On en parle aussi...

F1 : Présentation du circuit de Bakou

Bakou

La Formule 1 s'est peut-être dirigée vers son deuxième circuit de rue consécutif, mais le pittoresque Bakou City Circuit d'Azerbaïdjan – sur les rives de la mer Caspienne – ne pourrait pas être plus différent des virages plus courts et plus étroits du circuit du port de Monaco.

Un circuit exigent

Le premier secteur est une combinaison de longues lignes droites et de virages à 90 degrés avec des freinages violents, suivi d'un deuxième secteur serré et sinueux, avec un virage qui se faufile dans une bande d'asphalte de 7,6 mètres de large dans la vieille ville de Bakou.

C'est un circuit difficile à dompter, comme la plupart des pilotes présents sur la grille l'ont expérimenté au cours des années précédentes, notamment les deux principaux protagonistes de 2022, Max Verstappen et Charles Leclerc, qui ont un bilan généralement décevant sur le circuit de 6 km et 20 virages.

Vers un duel Verstappen – Leclerc ?

Verstappen, qui devance son rival de Ferrari de neuf points, a vu une victoire quasi certaine lui échapper l'année dernière lorsqu'il  s'est crashé. C'était trois ans après son infâme collision avec Daniel Ricciardo, alors coéquipier chez Red Bull. Le pilote néerlandais n'a terminé cette course qu'une seule fois en quatre tentatives – une P4 en 2019.

Le bilan de Leclerc est légèrement meilleur, dans la mesure où il a terminé les trois courses qu'il a disputées. Cependant, il n'a pas réussi à convertir la pole position de l'année dernière et s'est effacé en quatrième position. Il était prêt pour la pole en 2019, mais s'est crashé au virage 8, et n'a pu sauver que la cinquième place. Et son troisième résultat a été la sixième place.

Le Monégasque, comme Verstappen, arrive à Bakou désireux de rebondir après des performances respectives décevantes – selon leurs standards – à Monaco. Leclerc était en grande forme pour remporter sa course à domicile avant qu'un appel au stand erroné ne le prive non seulement d'une place sur la première marche du podium, mais aussi d'un podium tout court.

Verstappen, quant à lui, a été éclipsé par son coéquipier Sergio Perez tout au long du week-end, le Néerlandais ne parvenant pas à trouver l'équilibre comme le Mexicain pour lui donner la confiance nécessaire pour pousser la voiture. Si Ferrari ne s'était pas trompé dans la stratégie de Leclerc, Verstappen serait passé à côté d'un podium et aurait vu son avance au championnat se réduire. Ces deux-là n'ont pas tendance à rester à terre longtemps, remarquez.

C'est Leclerc qui arrive à Bakou avec la meilleure forme en qualifications, ayant décroché trois poles (bien qu'elles n'aient pas été converties) d'affilée, et ayant pris le départ de chaque course cette saison depuis la première ligne de la grille. Verstappen, cependant, a été plus fort lorsque les points sont distribués, remportant trois des quatre dernières courses et ajoutant une troisième place à Monaco.

Certains pensent que la force de Red Bull à la vitesse de pointe sera le facteur déterminant, tandis que d'autres suggèrent que les prouesses de Ferrari dans les virages – et sa forte traction – seront le facteur déterminant. Il faut aussi tenir compte du joker que représente Mercedes. Leur vaste programme de mise à niveau en Espagne les a ramenés dans la course, et bien qu'ils n'aient pas été inspirés à Monaco, les Flèches d'argent ont une longue tradition de difficultés dans les rues de la Principauté et ont donc anticipé cela. Les caractéristiques de Bakou devraient convenir beaucoup mieux à la W13.

Des outsiders à Baku ?

Et bien qu'ils ne soient probablement pas en lice pour la victoire, il y a quelques outsiders dans la course. Lando Norris a été très impressionnant alors qu'il souffrait d'une amygdalite lors des deux dernières courses. Imaginez ce qu'il peut faire maintenant qu'il est de retour en pleine forme. Son coéquipier Daniel Ricciardo, de l'écurie McLaren, ne doit pas être négligé non plus, l'Australien ayant déjà gagné ici en 2017 avec Red Bull. Et puis il y a Alfa Romeo, l'équipe suisse ayant fait l'un des plus grands pas – sinon le plus grand – de l'année dernière à cette année.

Ils ont été rapides sur tous les circuits à part Monaco cette année – avec Valtteri Bottas en particulièrement bonne forme. Le Finlandais a gagné ici une fois, et aurait pu gagner une deuxième fois s'il n'avait pas été victime d'une crevaison. “Depuis la première année où nous sommes venus ici, j'ai vraiment aimé la piste”, a-t-il déclaré lorsque nous avons discuté dans la voie des stands de Bakou. “C'est l'un des circuits les plus difficiles à clouer, surtout en qualifications – et la course est toujours imprévisible et peut être assez folle, donc j'ai l'impression qu'ici, toujours en course, il s'agit de jouer le long jeu et de calculer les risques. Mais en qualifications, vous devez prendre des risques. Je pense que cet équilibre fonctionne pour moi.”

Bakou a pris l'habitude de livrer des Grands Prix palpitants, aidé en grande partie par son tracé exigeant, propice aux bonnes courses et qui punit lourdement les erreurs. Sera-t-il à la hauteur de sa réputation ce week-end ?

Dernières publications

En haut