Coupe de France

Football : l’AS Monaco tremble mais passe en quarts

L'AS Monaco gagne aux tirs aux buts et file en quarts de finale de Coupe de France

C’est au terme d’un match nul et vierge suivi d’une séance de tirs au but (5-3) que les joueurs de Niko Kovač se sont qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de France. Une première depuis quatre ans pour le club du Rocher.

 

Une domination stérile monégasque

Ce sont deux onze remaniés par rapport à la victoire monégasque de ce week-end en championnat qui se présentent sur la pelouse de Louis-II. Revanchards, les Messins exercent un pressing qui gêne énormément les joueurs de l’ASM à la relance. Le début de match est haché, marqué par beaucoup d’engagement et de nombreuses fautes de la part des deux équipes. Monaco n’arrive pas à développer son jeu. C’est quand le tacticien allemand de l’ASM demande à Diatta de se situer davantage entre les lignes que des espaces se libèrent. Les rares fois où des intervalles sont trouvés manquent de faire mouche : Gelson Martins bute par deux fois sur Oukidja (2e, 30e). Les intentions monégasques sont meilleures en début de deuxième mi-temps, mais ils n’arrivent pas à emballer la rencontre.

 

Une équipe messine courageuse mais peu dangereuse

L’équipe de Frédéric Antonetti a rendu une copie défensive très intéressante et cohérente. Rassurée par un Alexandre Oukidja qui faisait son retour après quatre matchs de suspension, la défense messine a été très solide. À la limite de la rupture par moments, la défense à 5 a parfaitement neutralisé le tandem Volland-Ben Yedder. Laissant parfois des espaces dans le dos, ils parviennent toujours à empêcher les Monégasques de marquer. La frappe contrée de Tchouaméni par Delaine (80e) ou encore le sauvetage héroïque de Kiki Kouyaté (92e) après une mauvaise relance dans l’axe ont montré le courage messin ce soir. La rencontre aurait pu basculer lorsque Centonze adresse un centre millimétré sur la tête de Maïga (78e). Mais ça passe à côté des cages de Majecki. Souvent délaissés par leurs milieux de terrain sur les contre-attaques, les trios d’attaquants Boulaya-Iseka-Vagner puis Sarr-Ambrose-Yade n’ont pas pu se montrer dangereux.

La séance de tirs au but aura été cruelle pour les Messins avec le raté de Maïga sur le 4e tir et le pénalty victorieux de Stevan Jovetić.

Crédits photo: Valery HACHE / AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire