Football Manager : le lifeban, un style de partie extravagant

Connu dans la communauté française du jeu sous le nom de lifeban, ce style de partie est populaire mais partage les puristes. Certains en font leur spécialité, au point d’en connaitre tous les mécanismes. Voici comment jouer à Football Manager sans jamais recruter de votre partie.

 

Pas d’achats, on fait confiance à la formation

La particularité du lifeban est que vous n’avez pas le droit de recruter de joueurs. Cela crée des économies en effet, que vous pourrez mettre dans de plus gros salaires, mais en priorité dans les infrastructures de jeunes. Les seuls joueurs sur lesquels vous pourrez compter sont les regens du centre de formation. Les cuvées que vous aurez une fois par an représenteront la relève de l’équipe première, si elle est fructueuse.

Quelque soit le club qu’on contrôle, il faut faire des sacrifices, faire confiance à des jeunes de 15 ou 16 ans par exemple qui n’ont absolument pas le niveau pour la division. Cela permet à ces jeunes d’acquérir de l’expérience et surtout de progresser plus rapidement.

 

Attendre les cuvées annuelles pour se sauver

En fonction du pays dans lequel vous vous trouverez, les dates d’apparitions des cuvées de regens vont varier. Par exemple, en France, cela se situe entre fin février et début mars tous les ans. Lorsque les joueurs arriveront, vous recevrez un message avec les joueurs à l’essai dans votre boite de réception

 

Une cuvée de regens, une impression de jeu de hasard. Ici, une génération de jeunes au Levadia Talinn, en Estonie.

 

Vous n’aurez pas toujours des regens au poste souhaité. Les cuvées sont totalement aléatoire et c’est possible que vous retrouviez avec six buteurs mais aucun défenseur droit par exemple. La solution est de former des joueurs à un nouveau poste ou de continuer à titulariser des jeunes naturels au poste. La polyvalence et la capacité à protéger vos joueurs seront de mise.

 

Comment influe la génération de jeunes ?

Plusieurs facteurs rentrent en jeu tels que :

  • La note formation jeunes (NFJ) de votre pays : Une note cachée entre 0 et 200 non variable qui détermine la probabilité d’un club basé dans ce pays à générer de bons jeunes.
  • Les infrastructures de votre club : Si vous possédez de bonnes infrastructures jeunes, en plus d’un centre de formation adéquat, il sera plus facile d’attirer des jeunes de qualité.
  • La note de réputation de votre club : Une note semi-cachée située entre 0 et 10 000 mais que vous ne voyez que sous forme d’étoile ou de catégorie (Obscure, Locale, Nationale, Continentale ou Mondiale)
  • Les caractéristiques de votre responsable formation jeunes et sa personnalité : Les meilleures étant Professionnel, Perfectionniste et Citoyen modèle (must have).

Tous ces facteurs rentrent en compte pour déterminer le meilleur moyen de savoir si vous allez avoir de bons jeunes. Cependant, il reste un point important : les étoiles ne sont pas significatives. Ces notations influent en fonction de votre staff, qui, selon leurs notes de connaissance niveau et potentiel, vont établiront des rapports différents.

Il existe d’autres facteurs qui peuvent influencer la génération de certains regens, mais qui sont anecdotiques :

  • La nationalité de votre entraîneur et son staff : Plus vous avez de staff de la même nationalité, plus il sera facile d’apercevoir un regen étranger dans votre équipe. (Un entraineur maltais dans un club allemand et vous tombez sur un allemano-maltais par exemple).
  • Vos affiliations jeunes ; Si vous signez un partenariat avec un club qui vous permet de recruter des jeunes de son centre, ils vous enverront dans une cuvée de temps en temps un regen des leurs à l’essai. Il est possible qu’il soit bon !

 

Mais quel club choisir ?

Tout dépend de ce que vous souhaitez ! On peut jouer avec ce style de partie avec presque n’importe quelle équipe : avec de grands clubs comme le Milan AC, le Real ou bien Manchester United. Mais il est plus intéressant de choisir de très bons clubs formateurs comme le Barça, Arsenal, le Bayern ou encore dans le registre des équipes moins huppées comme Rennes, Sochaux, Le Havre. Dernier challenge possible et celui le plus intéressant, propulser le club d’une petite nation au sommet de l’Europe comme San Marino ou le FC Vaduz.

La particularité est que ces deux clubs jouent dans un championnat étranger (respectivement la Série D et la Challenge League Suisse) car le niveau des compétitions de leurs pays est trop faible. L’avantage de ces deux clubs est que la majorité des joueurs de Saint-Marin et du Liechtenstein sont issu de leurs centres de formation et il y a parfois d’excellents joueurs. Cela booste en plus le niveau de l’équipe nationale.

Il est aussi possible d’être complètement masochiste en choisissant un club paumé aux infrastructures pourries. Partir d’un club amateur de D7 anglaise avec que des paysans ou un club de D3 des Îles Féroés. Il est possible de varier les goûts, mais la patience sera primordiale…

 

Les meilleurs clubs du jeu en terme de formation de jeunes

  • Benfica Lisbonne (Portugal)
  • Defensor Sporting (Uruguay) 
  • Vitorul Constanta (Roumanie)
  • RB Salzburg (Autriche)
  • FC Bâle (Suisse)
  • Atalanta Bergame (Italie)
  • Dinamo Zagreb (Croatie)
  • Nacional Montevideo (Uruguay)

 

Voilà, désormais, c’est à vous de jouer. Prenez votre canette de Red Bull, un paquet d’amandes, et partez à l’aventure ! N’hésitez pas à nous partager votre expérience sur les réseaux sociaux !

 

Crédit photo en Une : Sports Interactive

A propos de l'auteur

Rédacteur football, basket, eSport pour We Sport FR et chroniqueur radio pour l'émission Soyons Sports à Shalom Besançon. Fan du FC Sochaux depuis qu'un certain Teddy Richert a fait des merveilles en finale de Coupe de France 2007.

Poster un commentaire

nunc consectetur commodo elit. neque. ipsum venenatis, quis, adipiscing eget tempus