France – Roumanie : cet hommage à la Fed Cup

Dimanche 21 avril 2019, il est un peu plus de 22h quand la paire Garcia/Mladenovic envoie l’équipe de France en finale de Fed Cup.

Au terme d’un week-end intense en émotions, les françaises exultent en emportant tout le Kindarena avec elles.

Un week-end de Fed Cup comme on les aime

Quel week-end… Tout y était : la dramaturgie, le suspens, l’intensité… Ce France – Roumanie restera longtemps dans nos mémoires. On nous avait promis un vrai week-end de Fed Cup, et on l’a eu !

Si cette rencontre était la dernière sous sa forme actuelle sur le sol français, je pense qu’il n’y avait pas plus bel hommage. Qu’on se le dise : tout était parfait. Il fallait être dans la salle pour le comprendre. Déjà 30 minutes avant le début du premier match, le public roumain venu en nombre laisse présager que la bataille des supporters sera rude. Nombreux, unis, et surtout bruyants, on ne pourra qu’applaudir ces supporters survoltés qui ont porté leur équipe jusqu’au bout. Prenant parfois largement le dessus sur le public français, cette vraie ambiance de Fed Cup rend la rencontre encore plus intense.

Au terme d’un Samedi où la logique des résultats a été respectée, le Dimanche décisif tant attendu s’annonce électrique.

Et quel Dimanche… Voir Caroline Garcia sortir un match d’anthologie, certainement le plus solide depuis bien des mois, aux multiples rebondissements face à Simona Halep est un parfait résumé de l’esprit Fed Cup. Oubliez la logique du circuit lorsque vous jouez pour la nation, car voir la n°1 française à “rien” de battre Simona Halep, il n’y a qu’en Fed Cup que ça pouvait arriver quand on connait la saison délicate de “Caro”.
3h de combat, mais une défaite amère pour l’équipe et les supporters français survoltés. Tant pis, le week-end continue et la logique du 2-1 était annoncée depuis le début.
Et finalement, quand on connait l’issue du week-end, on apprécie bien volontiers le match d’égalisation à 2 partout de Pauline Parmentier.

Rien n’aurait prédit en début de rencontre que “Paupau” serait l’héroïne de la nation. Et c’est justement ça qui est beau. Il n’y a qu’en Fed Cup qu’un match opposant la 50ème à la 80ème joueuse mondiale est capable de galvaniser autant les foules. Pauline a apporté sa pierre à l’édifice, et l’histoire est belle quand on connait son amour pour cette équipe.

2 points partout. Il est 19h, voilà 6h que nous sommes enfermés dans cette salle bouillante totalement coupés du monde, et le double décisif tant attendu va acter ce week-end électrique.

Un double d’anthologique comme ode à la Fed Cup

Ce qui semblait impensable il y a encore quelques semaines a partout lieu sous nos yeux : la mythique paire Garcia/Mladenovic rentre sur le court. Comme un symbole, ce sont bien les deux ex-coéquipières dont la brouille a tant fait parler qui vont tenter d’apporter la victoire. L’histoire est belle. Revoir ces deux là côte à côte avec un objectif commun ne pouvait arriver qu’en Fed Cup, finalement là où tout a commencé.

Et au terme d’un match irrespirable où l’ascenseur émotionnel laisse place à la délivrance, la France se qualifie en finale de Fed Cup. Exceptionnel.


Après 9h enfermés, concentrés sur l’équipe et rien que sur l’équipe, tantôt habités, tantôt au bord de la crise cardiaque, nous explosons de joie. Ceux qui étaient présents ressentiront certainement l’émotion de la victoire quand ils liront ces lignes. Car au lendemain de ce week-end exceptionnel, nous sommes tous unanimes pour placer cette rencontre très haut dans l’histoire de la Fed Cup.

2 jours après, je dois bien avouer qu’il est difficile de redescendre sur terre. Car après autant d’intensité en un week-end, le retour à la vraie vie fait bien du mal.

Quoi qu’il en soit, ce France – Roumanie a tenu toutes ses promesses.

Nous ne savons pas encore si cette rencontre était la dernière sous cette forme sur le sol français. En tout cas, Bernard Giudicelli était bien présent, et ne pourra ignorer le déchaînement des foules ce week-end.

Nous ne pouvons pas ignorer le danger qui pèse sur la tête de cette mythique compétition. Et il serait naïf de notre part de penser qu’elle ne soit pas mise à prix comme l’a été la Coupe Davis.
Vitrine du tennis féminin, la Fed Cup a prouvé ce week-end à quel point elle était belle et précieuse. Nulle part ailleurs sur le circuit WTA vous ne retrouverez autant d’ambiance et d’émotions dans un match de tennis féminin. Mais surtout, elle déchaîne les passions, et met en lumière des joueuses restant parfois dans l’ombre de la dur réalité du circuit.

Pour la belle histoire de Pauline Parmentier, pour la réunification de la paire Garcia/Mladenovic, pour le combat de Caroline Garcia face à Simona Halep et pour le beau week-end qu’a vécu Fiona Ferro; par pitié, messieurs les dirigeants, laissez nous vibrer encore un peu devant cette compétition magique.
L’argent n’achète ni les émotions, ni la passion.

Crédit photo en une : FFT

A propos de l'auteur

alias Madame Tennis. Le tennis matin midi et soir, 7 jours sur 7, 365 jours par an !

Poster un commentaire

sed massa dolor. neque. amet, ipsum venenatis, Praesent non