Indian Wells – Miami : entre désert et palmiers

0
Ligue 1

Le mois de mars commence. Et avec lui, ses averses et nuages gris. Les joueurs de tennis, eux, profitent de ce mois terne en France pour s’envoler aux Etats-Unis et y disputer les deux premiers Masters 1000 (Premier Mandatory chez les femmes) de la saison. Présentation de la tournée américaine.

Indian Wells, le 5ème Grand Chelem

Avec des tableaux de 96 participants, 24 courts de tennis et plus de 450 000 spectateurs, le tournoi d’Indian Wells, ou BNP Paribas Open, est considéré par certains comme le 5ème Grand Chelem de l’année. Le milliardaire et propriétaire de l’Indian Wells Tennis Garden, Larry Ellison, fait tout pour que les joueurs et joueuses se sentent là-bas comme chez eux. Ils ont d’ailleurs élu à plusieurs reprises ce tournoi comme leur Masters 1000 préféré. Le plateau y est tout le temps aussi relevé que ceux des Grands Chelems et son palmarès est digne des plus grands tournois ; sur les 15 dernières éditions, 13 ont été remportées par Federer, Djokovic et Nadal. Chez les femmes, toutes les grandes joueuses ont posé le trophée dans leur vitrine.

View this post on Instagram

Welcome to #TennisParadise 🎾🌴 #BNPPO18

A post shared by BNP Paribas Open (@bnpparibasopen) on

Pas de surprise chez les hommes ?

Cette année encore, les trois légendes se présenteront en Californie en tant que favoris. Le Serbe et le Suisse (récent vainqueur de son 100ème titre !) sont d’ailleurs les recordmen de titres dans ce Masters 1000, avec 5 trophées soulevés. En l’absence du tenant du titre, del Potro, forfait pour blessure, un gap semble s’être creusé entre eux et les outsiders. Il faudra toutefois se méfier. Même si les favoris s’imposent souvent (toujours ?), chaque année nous réserve quelques surprises. En effet, le vent, souvent présent, et la chaleur peuvent réduire les écarts de niveau. Les jeunes pousses de la Next Gen auront à cœur de renverser l’ordre établi. Alexander Zverev, toujours à l’aise en Masters 1000 tentera de définitivement lancer sa saison après sa finale à Acapulco. Derrière, Medvedev et Tsitsipas essaieront de continuer sur leur folle lancée. Depuis le début de la saison, ils ont tous deux passé un cap et progressent semaine après semaine. Côté français, deux joueurs seront particulièrement attendus : Lucas Pouille, demi-finaliste de l’Open d’Australie et Gael Monfils, 5ème à la Race avec déjà 12 victoires dont un titre à Rotterdam.

Plus qu’ouvert chez les femmes

Chez les femmes, tout semble plus ouvert que jamais. On ne sait pas du tout où en est la tenante du titre et fraîche numéro 1 mondiale, Naomi Osaka. Idem pour la finaliste de 2018, Daria Kasatkina qui n’a gagné qu’un seul match en 2019. Il reste tout de même de nombreuses prétendantes. A commencer par les Américaines, Serena Williams (qui a boycotté le tournoi de 2002 à 2014) et Sloane Stephens ou pourquoi pas Danielle Collins qui s’y était révélée l’an dernier. Mises à part les Américaines, toujours à l’aise à domicile, on peut aussi citer Simona Halep ou Petra Kvitova qui pourrait prendre la place de numéro mondiale en cas de résultat positif. Belinda Bencic, qui semble revenir à son meilleur niveau, pourra jouer les trouble-fête ainsi que Kiki Bertens, la coupeuse de tête.. Chez les bleues, Caroline Garcia sera la joueuse à suivre.

Miami, nouveau look pour une nouvelle vie ?

Installé à Key Biscayne sur le site du Tennis Center de Crandon Park depuis 1987, le Miami Open by Itau (puisque c’est comme ça qu’il faut l’appeler) déménage en 2019. Le tournoi quitte son île entourée de palmiers et de sable pour s’installer dans le stade des Miami Dolphins, le Hard Rock Stadium, plus au cœur de la ville. James Blake, le nouveau directeur du tournoi, annonce une expérience unique, à la fois pour les joueurs mais aussi pour les spectateurs.

“Nous n’avons pas réfléchi à ce que nous ‘devons’ avoir mais plutôt à ce dont nous avons besoin de faire pour que cet événement soit le meilleur au monde”

James Blake, directeur du tournoi

J’espère que ce tournoi gardera cette ambiance qui le caractérise si bien et qui donne envie d’aller mettre ses pieds dans l’eau juste après un match. Réponse à partir du 20 mars.

Le Hard Rock Stadium, nouvel écrin du Miami Open – Image hardrockstadium.com

Il y est plus difficile de prévoir les favoris compte tenu du temps qui nous sépare du début du tournoi. En revanche, Serena Williams (8 fois vainqueur, record) et Novak Djokovic (6 fois vainqueur, record détenu avec André Agassi) partiront en terrain connu. On guettera aussi le retour en Masters 1000 de Jo-Wilfried Tsonga qui a choisi de faire l’impasse sur la Californie. Rafael Nadal tentera quant à lui de mettre fin à sa malédiction en Floride. En effet, il ne s’y est jamais imposé et détient un triste record. C’est le joueur qui a perdu le plus de finales d’un Masters 1000 sans jamais le remporter : il y a échoué 5 fois, tous les 3 ans depuis 2005 (2005, 2008, 2011, 2014 et 2017).

Sunshine Double, quette ultime du mois de mars

Que serait cette tournée américaine sans le Sunshine Double, le doublé Indian Wells – Miami ? Gagner 14 matchs (12 pour les têtes de série), c’est quasi plus compliqué que de remporter un Grand Chelem. En témoigne la liste restreinte de joueurs et joueuses ayant réalisé cette exploit. Ils sont 7 hommes en tout. Novak Djokovic, qui l’a réalisé 4 fois (2011, 2014, 2015, 2016), et Federer, 3 fois (2005, 2006, 2017), sont les maîtres en la matière. Jim Courier était le premier joueur à le réaliser en 1991. Derrière lui, d’illustres champions l’ont imité.

Les 7 hommes qui ont réalisé le Sunshine Double – Image ATP Tour

Chez les femmes, elles ne sont que 3 : l’incomparable Steffi Graff (94, 96), Kim Clijsters (2005) et Victoria Azarenka (2016) qui était injouable en début de saison. Ce nombre réduit montre que même les toutes meilleures (Serena en tête) n’ont pas réussi cet exploit. Une fois que l’ont connaîtra les vainqueurs du Masters 1000 de Californie, une pression supplémentaire s’abattra sur eux. Dès qu’ils atterriront en Floride, les questions sur un éventuel doublé leurs seront forcément posées. C’est toute la difficulté de cet enchaînement. Savoir évacuer la pression d’un premier titre pour surfer sur la vague positive.

 

On a déjà hâte d’y être. 101ème titre de Federer ? Djokovic qui continue d’écraser la concurrence ? Serena Williams qui regagne enfin un grand titre ? On aura la réponse à toutes ces interrogations pendant le mois de mars. Et vous pourrez bien évidemment suivre nos analyses sur WeSportFr.

 

Sources de l’image en Une : bnpparibasopen.com et miamidiario.com

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here