Angleterre

Jimmy Greaves : icône des blues, légende des Spurs

Une étoile s’en est allée. La nouvelle est tombée dimanche matin. Jimmy Greaves, 81 ans, est mort. L’occasion de rendre un dernier hommage au meilleur buteur de l’histoire de la Premier League et l’un des meilleurs joueurs de football qui ait porté le maillot des Three Lions.

La coïncidence est étrange, étonnante. Presque romantique si on veut voir un peu de poésie dans un moment aussi funeste que celui-ci. Il fallait que les deux clubs de sa vie s’opposent sur le terrain et s’unissent dans la douleur le jour de sa mort. Jimmy Greaves s’en est allé. Un jour de derby, un jour de Tottenham – Chelsea.

Une légende du football anglais

Formé à Chelsea où il empile les buts en jeunes, Jimmy Greaves fait ses débuts professionnels en 1957 à 17 ans. Le garçon est précoce et vivra pleinement sa première aventure londonienne. À 20 ans, presque 21, il dépasse déjà la barre des 100 buts en championnat. Il faut dire qu’il finit meilleur buteur lors de la saison 1958/1959 avec 33 buts (plus jeune joueur à remporter cette distinction) et qu’il améliore son record en 1961 avec 41 réalisations en 40 matchs. Le diable est efficace et mérite de découvrir autre chose que le ventre mou du championnat anglais.

Direction l’Italie. L’AC Milan lui ouvre ses portes et accueille l’un des meilleurs joueurs d’Europe. Greaves n’a encore que 21 ans. Mais l’aventure tourne court après seulement quelques semaines. La raison ? Le mal du pays, qui frappe assez souvent les joueurs britanniques qui quittent leur chère terre. Il fait son retour dans la capitale anglaise en décembre 1961, après 12 matchs et 9 buts en Lombardie. Pas à Chelsea malgré son désir de revenir. Direction le nord de Londres et les Spurs de Tottenham.

Crédit photo : Twitter @footballmemorys

Jimmy Greaves y devient une star. La star incontestée d’un club, sans doute sa plus grande légende. En tout cas, son meilleur buteur. Avec au compteur 381 matchs et 266 buts, Jimmy Greaves est une légende du football anglais, sans doute son meilleur attaquant. Mais chaque légende a ses regrets. Son plus grand est la Coupe du monde 1966 où il ne disputera pas la finale.

Titulaire au début du tournoi, il se blesse contre la France mais revient à temps pour participer à l’ultime rencontre. Alf Ramsey lui préfèrera Geoffrey Hurst, double buteur controversé contre l’Allemagne. Greaves est champion du monde, mais le plaisir n’est pas au rendez-vous : « Je dansais sur le terrain comme tous les autres, mais même durant ce moment de triomphe et de joie, au fond de moi, je ressentais de la tristesse. Durant toutes mes années de footballeur professionnel, j’avais rêvé de disputer une finale de Coupe du monde. J’avais laissé passer le match d’une vie et cela faisait mal. ». Jimmy Greaves prend sa retraite internationale en 1968 avec 4 buts en 57 sélections.

D’autres regrets ? Sans doute celui de n’avoir pas gagné grand-chose en club. Alors certes, Greaves aura été meilleur buteur du championnat 1963, 1964, 1965 et 1969, doublant son grand rival de Manchester United, l’Ecossais Denis Law à plusieurs reprises. Jimmy Greaves figure également 7 fois dans le classement final du Ballon d’or, terminant 3e en 1963. Surtout, il est le meilleur buteur de l’histoire des Spurs (Harry Kane, 2e, en est à 223 réalisations) et même le meilleur buteur de l’histoire du championnat anglais : 357 réalisations (124 avec Chelsea, 220 à Tottenham et 13 avec la tunique des Hammers) loin devant Alan Shearer, meilleur buteur du championnat dans sa version moderne (283 buts).

Finalement, il n’aura remporté que deux coupes d’Angleterre en 1962 et 1969 et une coupe des vainqueurs de coupe en 1963. Sa fin de carrière est aussi loin d’être inoubliable. Transféré contre son gré à West Ham en 1970 après 9 saisons à Tottenham, l’Anglais prend sa retraite 1 an plus tard à seulement 30 printemps, et sombre dans l’alcoolisme.

Il avouait à The Guardian en 2003 être « complètement passé à côté des années 70. J’ai été bourré de 1972 à 1977. Cela m’arrivait de boire 20 pintes de bière durant la journée, puis une bouteille de vodka entière avant de me coucher ». Il reprend le football dans les divisions inférieures dès 1975 et stoppe toutes activités sportives semi-professionnelles en 1980, à 40 ans. Malgré tous ces honneurs, Jimmy Greaves reste tout de même assez peu estimé et très souvent oublié.

« Jimmy est tout simplement l’un des meilleurs joueurs à avoir un jour tapé dans un ballon de football. »

Ces mots, ce sont ceux de Ian St. John (décédé en février dernier), ancien attaquant de Liverpool dans les années 70 et ancien compère de Jimmy Greaves dans l’émission Saint and Greavsie. Un de ses anciens coéquipiers à Tottenham, Alan Gilzean, va encore un peu plus loin : « Sa conscience et son calme sous la pression étaient impressionnants. Quand je regarde Messi aujourd’hui, c’est comme regarder Greaves ces années-là. Il était tout aussi bon et très vif. »

Mais apparemment, cela n’aura pas suffi à marquer les mémoires. Greaves ne sera jamais décoré d’une médaille de l’ordre britannique. Il ne figure pas parmi les membres du FIFA 100, comprenant les 125 footballeurs vivants que le Brésilien Pelé considère comme étant les joueurs les plus exceptionnels et les plus talentueux de leur génération. Cette liste reste assez étrange puisqu’elle comprend par exemple le Turc Emre Belözoğlu et le Paraguayen Romerito. On remarquera aussi la présence de Gary Lineker, qui détient un palmarès à peine plus étoffé que Greaves, mais qui reste diablement moins efficace devant la cage : 0.49 but par match pour Lineker, contre 0.72 pour la légende des Spurs. En sélection, Lineker n’a marqué que 4 buts de plus que Greaves, malgré 23 sélections supplémentaires. Gary Lineker, ancien des Spurs a d’ailleurs rendu hommage à Greaves hier, comme Harry Kane par exemple.

En 2015 déjà, Jimmy Greaves avait dribblé la mort, se remettant d’un AVC qui l’avait privé de l’usage d’un bras et de la parole pendant plusieurs semaines. Hier, le 19 septembre 2021, James Peter Greaves, surnommé Jimmy Greaves, est décédé à l’âge de 81 ans. Qu’il repose en paix.

 

Crédit photo en une : Getty Images.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire