Jeux olympiques

JO 2024 : Manaudou se confie sur ses objectifs à Paris

Champion de France sur 50m nage libre jeudi à Chartres, Florent Manaudou a validé sa qualification pour les JO de Paris 2024 sur sa distance préférée. De quoi aborder la compétition avec une certaine ambition.

Cela ne devait être qu'un formalité, et Florent Manaudou ne s'est pas fait peur. En remportant la finale des Championnats de France de natation (du 16 au 21 juin à Chartres) sur 50m nage libre – vainqueur en 21”54 devant Maxime Grousset (21”67), le nageur a validé sa qualification pour les JO de Paris 2024. Un soulagement pour lui, cinq ans après avoir fait son retour dans les bassins.

“Je ne m'attendais pas à ça. Je ne m'attendais pas non plus à nager aussi vite. Je pensais [en sortant de sa pause des bassins, ndlr] que j'allais un peu survivre dans la natation en faisant de bons chronos qui me permettraient de faire des relais. Mais peut-être pas aller chercher des finales mondiales ou olympiques.”, a-t-il confié dans une interview accordée à Eurosport.

Objectif finale

Désormais assuré de participer aux JO de Paris 2024, où il fait partie des finalistes pour être porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture, il peut clairement afficher ses ambitions. “L'objectif, c'est d'aller en finale et après en finale, tout sera possible”, avance-t-il prudemment. Un objectif qui peut étonner par rapport à ses dernières performances, lui qui reste sur trois médailles olympiques sur la distances lors des trois dernières olympiades (or à Londres en 2012, argent à Rio en 2016 et Tokyo en 2021).

Apparu plus étendu que par le passé, Florent Manaudou semble même faire primer son plaisir sur la performance. “Il ne faut pas oublier que j'ai 33 ans. Le moteur de faire les Jeux, c'est bien quand on est jeune. Mais quand on est plus vieux, il faut un autre moteur et aujourd'hui le moteur plaisir était là. Je suis hyper content”, a-t-il expliqué. S'il semble avoir trouvé d'autres moyens de se satisfaire, nul doute qu'une nouvelle médaille aux Jeux olympiques, qui plus est à Paris, ne serait pas de refus.

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees.

Dernières publications

En haut