Golf

JO – Golf (H) : Xander Schauffele sacré champion olympique devant les surprenants Sabbatini et C. T. Pan

Crédit image en une : The Canadian Press

Clap de fin pour le golf masculin lors de cette édition des Jeux olympiques de Tokyo. Après un tournoi qui aura regorgé de surprises en tous genres, c’est finalement un des grands favoris à la victoire finale qui a décroché l’or : l’Américain Xander Schauffele. Juste derrière, Rory Sabbatini a rêvé une bonne partie de ce dimanche grâce à une dernière journée de rêve sur le parcours. Le bronze est revenu à C. T. Pan, vainqueur d’une partie de playoffs royale avec notamment le Nord-Irlandais Rory McIlroy et le récent vainqueur de The Open : Collin Morikawa. 

Le triomphe de Xander Schauffele

Dans un processus de sélection compliqué pour les représentants étatsuniens, Xander Schauffele, par ses résultats et sa régularité, est parvenu à obtenir le précieux sésame pour Tokyo. Une fois sur place, la sélection américaine apprend le forfait du grand favori du quatuor venu de l’autre côté du Pacifique : Bryson DeChambeau.

De l’autre côté du Pacifique, la Californie, San Diego et sa banlieue de La Jolla, lieu de naissance d’un certain Xander Schauffele. Né près du mythique parcours de Torrey Pines, site de l’US Open cette saison, l’Américain vainqueur à quatre reprises sur le PGA Tour restait sur de belles performances, sans succès, depuis plus de deux années et demie.

De régularité, le golfeur de 27 ans en fait preuve sur le parcours de Kasumigaseki. D’un 68 pour commencer jeudi, dans la moyenne des prétendants à la victoire, Xander Schauffele enchaîne un exceptionnel 63 le vendredi, pour se rapprocher et intégrer la dizaine d’hommes capable d’aller chercher la victoire.

Après une journée presque identique à son jeudi, carte de 68, Xander Schauffele se présente comme un prétendant solide au titre olympique, en dernière partie avec une carte totale de -14.

Il débute cette dernière journée avec deux birdies pour prendre quelques coups d’avance sur son principal adversaire après quelques trous : le Slovaque Rory Sabbatini, impressionnant avec un -6 sur ses 8 premiers trous. Rattrapé et avec un coup de retard sur le Slovaque à l’approche de ses deux derniers trous, la faute à un bogey frustrant au 14, le natif de la Jolla va signer un birdie décisif au 17 pour conclure sur un par et voir la vie en or, offrir à son pays un magnifique titre dans le pays des meilleurs golfeurs mondiaux.

L’or dans les mains, l’Américain est champion olympique de golf.
Crédit image : Twitter / @XanderSchauffele

Rory Sabbatini : la surprise argentée

Si l’on devait garder un seul visage de cette compétition japonaise, on a d’abord cru que cela serait l’Autrichien Sepp Straka, surprenant premier leader et intéressant protagoniste de cette semaine de golf avec à la clé une très belle 10e place largement facilitée par son 63 réalisé jeudi.

Pourtant, un homme va faire sensation, et bien plus, ce dimanche, offrant aux supporters slovaques et aux suiveurs du tour européen un magnifique spectacle digne de ses qualités et de son expérience. Rory Sabbatini, 45 ans, débute son dernier tour bien plus tôt que les dernières parties. Avec des performances convenables jeudi et vendredi (69 et 67), son 70 réalisé samedi ne lui permet pas de débuter son dernier tour dans les meilleures conditions.

Le Slovaque ne le sait pas encore mais il va connaître l’une des plus belles journées de golf de sa carrière. Impressionnant avec un -9 sur les 14 premiers trous, son eagle au 6 est une pure merveille et son bogey au 16 ne va pas l’empêcher de rendre une carte encore plus fabuleuse au club house. Auteur de deux birdies au 17 et au 18, Rory Sabbatini se paie le luxe de prendre les devants face à un Xander Schauffele qui ne tremblera finalement pas. De très loin au début de la journée, son magnifique 61 lui offre une médaille d’argent qui vient souligner l’ensemble de la carrière d’un golfeur qui avait terminé 2e à Augusta en 2007.

C. T. Pan vainqueur d’un playoff d’anthologie

Si le duo de tête a mis beaucoup de temps à se former et à livrer son verdict, la bataille pour la médaille de bronze nous a fait un plaisir immense, celui de voir s’affronter dans un playoff de folie des légendes du circuit professionnel. Alors que la troisième place du tournoi semble se dessiner à -15 après les cartes rentrées au club house de C. T. Pan et de Collin Morikawa (63 pour les deux golfeurs), Hideki Matsuyama, le Japonais à domicile, dispose de cinq trous pour prendre l’avantage sur la cohorte de golfeurs à -15 (Morikawa et C. T. Pan, rejoints par Rory McIlroy, Mito Pereira, Sebastián Muñoz ainsi que Paul Casey). Le récent vainqueur du Masters d’Augusta va alors céder sous la pression en enchaînant birdie 14 bogey 15 pour rester à -15 total.

La partie de playoffs à 7 (oui vous avez bien lu) démarre alors entre des golfeurs expérimentés du PGA Tour déterminés à revenir du Japon avec une médaille de bronze.

Au terme du premier tour de playoffs, ce sont deux des golfeurs les plus expérimentés, Paul Casey et Hideki Matsuyama qui craquent avec un bogey et voient leurs chances de médailles réduites à néant.

Si le trou numéro 2 n’aura aucune influence sur la décision finale, les cinq golfeurs se retrouvent sur le troisième trou de playoffs sur lequel il faut être agressif sur le premier coup pour se permettre d’attaquer le drapeau. À ce jeu, deux golfeurs tirent leur épingle du jeu : Collin Morikawa et C. T. Pan. Si le premier cité semble bien plus performant sur le papier, c’est finalement le Taïwanais C. T. Pan qui va faire basculer ce playoff en assurant le par pour une médaille de bronze qui vient saluer sa magnifique performance.

Le bilan d’une édition mitigée pour les Tricolores

Si les Français n’avaient pas affiché des ambitions de médailles, en cohérence avec les performances tricolores depuis de nombreux mois, le bilan est forcément décevant pour nos engagés, Romain Langasque et Antoine Rozner.

Avec respectivement une 35e et une 45e place, les Français se sont dits heureux d’avoir pris part à cette expérience et avoir beaucoup appris, il suffit uniquement de constater que les performances ne furent pas à la hauteur.

Orpheline d’un Victor Perez ayant préféré rester sur le continent américain, l’équipe de France était trop juste, trop irrégulière comme en atteste le week-end d’Antoine Rozner qui avait bien démarré mais qui a eu trop de mal notamment sur l’aller de ce parcours.

Avec trois coups de moins au total et une carte de -7 total, Romain Langasque a été extrêmement régulier comme à son habitude (69-70-69-69) mais n’a que trop peu scoré pour espérer un meilleur classement et ramener une médaille pour la délégation française.

 

Sur le parcours du Kasumigaseki Country Club, le spectacle et les surprises furent au rendez-vous pour cette édition qui restera comme l’une des plus disputées pour les médailles avec un succès américain et un playoff d’exception pour le bronze. 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire