Jeux olympiques

La Chine termine en tête du tableau des médailles des Jeux paralympiques d’hiver

Chine

La Chine a pris la tête du classement des médailles aux Jeux paralympiques d'hiver de son pays, avec un total de 61 médailles, soit plus du double de celui de toutes les autres nations.

La dernière des 18 médailles d'or remportées par la Chine en curling en fauteuil roulant n'était peut-être pas surprenante puisque la Chine défendait son titre remporté à Pyeongchang 2018 dans ce sport. Cependant, le nombre de victoires, ainsi que les 20 médailles d'argent et 23 médailles de bronze, est remarquable étant donné que l'or en curling en fauteuil roulant obtenu il y a quatre ans était son seul podium précédent aux Jeux paralympiques d'hiver.

Le skieur de fond Yang Hongqiong a été l'athlète chinois le plus titré des Jeux, avec trois médailles d'or, et a été nommé porte-drapeau du pays pour la cérémonie de clôture d'aujourd'hui. L'équipe chinoise de 96 athlètes a remporté des médailles d'or dans les six sports, à l'exception du hockey sur glace para, dans lequel elle a décroché sa toute première médaille en battant la Corée du Sud pour le bronze.

Trois médailles d'or en ski alpin para, ainsi que neuf médailles d'argent et sept médailles de bronze figurent au palmarès de la Chine. L'entraîneur principal d'origine italien, Dario Capelli, a attribué ce succès à un investissement important dans un programme sportif. “La Chine a remporté les Jeux olympiques et paralympiques et la mentalité chinoise est que lorsqu'ils veulent quelque chose, ils veulent le meilleur”, a déclaré Capelli. “Ils veulent le meilleur et ils investissent beaucoup d'argent. Les athlètes, chaque jour pendant 11 mois, s'entraînent, skient, s'entraînent, skient. Je ne sais pas dans quel autre pays ils peuvent faire ça. Nous sommes partis de zéro, mais nous avons commencé à travailler comme de vrais athlètes professionnels juste pour arriver ici. La Fédération [Association chinoise de ski] et le gouvernement chinois, ils couvrent tout dans la vie. Nous vivons tous les jours dans un hôtel. Un mois à Shanghai, deux mois à Pékin, puis trois, quatre mois à Harbin et ensuite la station de ski” a t-il ajouté dans une interview pour Eurosport.

Les athlètes chinois ont été largement absents des compétitions internationales depuis le début de la pandémie de COVID-19, notamment des championnats du monde de sports de neige para en janvier. Bien que cela fasse d'eux une sorte d'inconnue à l'approche de Pékin 2022, Capelli a détaillé les préparatifs de l'équipe de ski alpin en vue des Jeux et la manière dont ils se sont adaptés à certaines des mesures les plus strictes au monde introduites dans le cadre de l'approche “zéro COVID” de la Chine. “[L'objectif était] d'apprendre aux athlètes à skier sans le ski”, a-t-il déclaré. “Avec cette pandémie, plusieurs fois nous n'avons pas skié. Nous n'avons pas pu avoir la chance de skier sur la vraie neige. J'ai trouvé un système avec quelques exercices pour continuer à avoir les mêmes sensations que les athlètes ont sur la piste, mais sans le ski. Nous sommes restés en ville, près de l'hôtel, parce que nous étions en quarantaine, sans avoir la possibilité de bouger, d'aller au ski indoor ou de venir à la station de ski pour continuer à avoir cette sensation. Grâce à l'université chinoise de Pékin, j'ai fabriqué des machines spéciales pour les athlètes afin qu'ils continuent à ressentir l'équilibre, à rester concentrés, à essayer de faire plus de mouvements avec l'équilibre, à simuler les mêmes sensations que sur le ski et la piste” explique le coach italien.

La Chine est devenue le cinquième pays hôte à être en tête du tableau des médailles lors des 13 éditions des Jeux paralympiques d'hiver, la Russie à Sotchi 2014 étant le dernier pays à l'avoir fait, des Jeux qui ont été entachés par un scandale de dopage d'État.

Dernières publications

En haut