Tour de France

LA VICTOIRE DE FABIO JAKOBSEN AU TOUR DE FRANCE PROUVE QUE PATRICK LEFEVERE A FAIT LE BON CHOIX

Jakobsen

Le patron de Quick Step Alpha Vinyl, Patrick Lefevere, n'a jamais été la figure la plus populaire du cyclisme professionnel. En choisissant Jakobsen, qui n'a pas encore fait ses preuves, plutôt que le recordman Cavendish pour les sprints du Tour, il ne s'est pas gagné beaucoup plus d'admirateurs. La victoire de Jakobsen dans sa première bataille a prouvé que le Belge est un brillant manager d'équipe et d'hommes.

Patrick Lefevere n'est, c'est un euphémisme, pas du goût de tout le monde. Il ne connaîtrait pas, par exemple, la signification du mot “woke”. S'il le savait, il n'aurait pas décrit Sam Bennett comme “le summum de la faiblesse mentale” dans une colonne de journal publiée après le Tour de France de l'année dernière.

Choisir Jakobsen, un choix payant 

Il n'aurait pas non plus fait autant de déclarations publiques peu charitables et peu sympathiques sur l'un de ses coureurs vedettes. Remco Evenepoel est peut-être la relève de Merckx, ou peut-être pas, mais il n'a que 22 ans et on devrait donc le laisser un peu plus tranquille.

Lefevere est le produit d'une autre époque, et certains discuteraient de sa place dans celle-ci. La raison pour laquelle il en a une est qu'il est aussi totalement, et de manière exaspérante, brillant. Si le cyclisme avait le profil du football, ou si le monde entier comprenait mieux notre sport, il serait reconnu pour le maître stratège et le manager qu'il est. Les comparaisons avec des gens comme Alex Ferguson abonderaient et ne seraient d'ailleurs pas inappropriées.

Sans faute, et sans les ressources dont disposent les Grenadiers d'Ineos et les super-équipes, il gagne des courses de vélo. Même lors d'une campagne de printemps décevante, son équipe termine avec un Monument et quelques classiques. Combien d'équipes du WorldTour considéreraient cela comme une réussite éclatante ?

Pas de place au sentiment

Une “mauvaise” série ne dure jamais longtemps, car il ne la permet pas. Si Lefevere n'a pas le temps de se préoccuper de la “faiblesse mentale” et de son caractère inapproprié, Quick-Step, sous ses différentes formes, est une unité pleine à craquer de “force mentale”.

Vous pourriez l'appeler la confiance en soi, si cela vous convenait mieux. Quelle que soit l'étiquette que vous voulez donner à cette chose, elle est un ingrédient essentiel de la réussite sportive. Un haut niveau de confiance en soi explique pourquoi Fabio Jakobsen a été capable de se battre physiquement, littéralement, pour sa position dans un sprint du peloton contre l'un des pugilistes les plus expérimentés de ce sport.

C'est grâce à des niveaux élevés de cet élément qu'il a remporté le Tour de France dès sa première tentative sur une étape sur route. C'est ce qui lui a permis de revenir de la plus horrible chute de vélo que beaucoup d'entre nous aient jamais vue en temps réel. “Je ne suis pas sans peur”, a déclaré Jakobsen au Cycling Show d'Eurosport l'autre jour. La façon dont il a navigué dans ce final, il aurait pu nous tromper.

Lefevere savait, peut-être mieux que Jakobsen lui-même, qu'il allait courir comme ça. Avoir les jambes les plus rapides du peloton – ce qui ne fait aucun doute cette saison pour Jakobsen – ne serait pas suffisant s'il y avait une chance que le sprinter jette l'éponge au moment de vérité. Mark Cavendish a montré à Lefevere, à maintes reprises, qu'il n'abandonnera pas. Jakobsen ne devait donc pas seulement être plus rapide sur la route, il devait aussi être l'égal de Cavendish sur le plan psychologique.

Le sport professionnel est l'industrie la plus méritocratique qui soit. Pour Lefevere, choisir le jeune Néerlandais plutôt que la star britannique chevronnée était un jugement forcément peu sentimental. Pour compliquer un peu les choses, il n'y a pas de certitudes dans le sport, et il a donc fallu faire un acte de foi. Foi dans la capacité de Jakobsen à se remettre complètement de son accident en Pologne. Une foi qui a alimenté la confiance suprême de Jakobsen en lui-même.
C'était un pari, mais un pari qui s'est avéré payant.

Au cours de la dernière décennie, les équipes de Lefevere ont remporté en moyenne plus de 3 victoires par Tour de France – une par semaine de course, ou à peu près. Avec deux victoires lors des deux premières étapes, Quick Step pourrait avoir atteint son quota habituel avant même que cette édition ait quitté le Danemark. Qui oserait encore douter du jugement sportif de l'homme de 67 ans ?

 

Dernières publications

En haut