Football

L’analyse tactique de Nice – OL

À l’occasion de la 16e journée de Ligue 1, l’OL s’est imposé 4-1 à l’Allianz Riviera samedi soir. Analyse d’une rencontre dominée par les Rhodaniens.

 

Avant le choc entre Lille et le PSG dimanche soir, Lyon avait mis la pression sur ses concurrents aux premières places. Pour s’imposer, l’OL a défié une équipe niçoise disposée en 3-4-3. Les pistons Jordan Lotomba et Hassane Kamara évoluent très haut, tandis que Rony Lopes et Alexis Claude-Maurice occupent les demi-espaces.

 

En face, Rudi Garcia reconduit son classique 4-3-3.

Lyon, seigneur dans l’axe

Dès le début de la rencontre, Nice met en place un 5-4-1 pour annihiler les offensives lyonnaises.

 

Cette densité importante empêche l’OL de développer ses attaques placées via des relais dans le cœur du jeu. Ses transitions offensives, arme de prédilection depuis le “Final 8” de la dernière Ligue des Champions, sont également contenues par des Aiglons disciplinés défensivement. Sur cette séquence, la totalité de l’équipe est dans ses vingt mètres.

 

Sans véritable solution, les Rhodaniens tentent de sauter le bloc niçois par du jeu long. Manquant de justesse, les ouvertures se heurtent notamment à un Robson Bambu (cercle noir) efficace dans la gestion de la profondeur. Ici, Lucas Paqueta essaie de trouver Karl Toko Ekambi (cercle blanc), sans succès.

 

La supériorité numérique de l’OL dans l’entrejeu offre tout de même de nombreuses formations de triangles dans la circulation du ballon. Les transmissions sont facilitées par les qualités techniques de Bruno Guimaraes, Lucas Paqueta et Houssem Aouar.

 

Ces triangles créent de plus en plus d’espaces au sein d’un bloc azuréen qui se délie au fil des minutes. L’OL parvient notamment à déséquilibrer Nice en passant par les côtés.

 

Lyon tire profit de son aisance technique et de sa supériorité numérique dans l’axe, tant et si bien que les Gones évoluent en 4-4-2 losange lors de certaines séquences. Memphis Depay (cercle blanc) occupe alors une position d’électron libre derrière Karl Toko Ekambi et Tino Kadewere, tous deux réaxés par rapport à leur position initiale.

 

L’intelligence des milieux de terrain lyonnais fluidifie la conservation du ballon. Leur placement offre sans cesse une solution au porteur. Lucas Paqueta (cercle blanc) est ici parfaitement situé entre deux adversaires pour proposer une solution courte à Memphis Depay.

 

De plus, Nice s’avère finalement dépassée dans sa gestion de l’entrejeu. De nombreux espaces axiaux sont laissés aux Rhodaniens qui les attaquent parfaitement, comme Bruno Guimaraes (cercle blanc) sur cette phase de jeu.

 

Ici, le Brésilien (cercle blanc) peut proposer une solution librement au milieu de quatre adversaires.

 

S’il n’est finalement pas servi à ce moment précis, Bruno Guimaraes est à nouveau démarqué quelques secondes plus tard. Cette fois-ci dans le camp du Gym, Bruno Guimaraes reçoit le ballon et le transmet à Karl Toko Ekambi (cercle bleu) qui inscrira un but avant d’être signalé en position de hors-jeu.

 

Lucas Paqueta (cercle blanc) profite également des largesses niçoises pour rayonner au milieu de terrain. Sa résistance à la pression, sa faculté à récupérer le ballon et ses déplacements entre les lignes accentuent la domination lyonnaise.

 

En réaction, Nice tente de densifier l’axe en optant pour un 5-3-2 afin de marquer les trois milieux de terrain lyonnais. Mais cette réaction est trop tardive pour renverser le cours de la rencontre.

Nice, la menace par les côtés

Malgré le résultat final, Nice domine tout de même les premières minutes de la rencontre. Plus dangereux que leurs adversaires jusqu’à l’ouverture du score, les Aiglons affrontent un OL en 4-5-1 lorsqu’il n’a pas le ballon.

 

Amine Gouiri (cercle noir) est particulièrement précieux dans l’animation niçoise. Ses déplacements entre les lignes font de lui une solution facilement trouvable par ses partenaires.

 

L’ancien Lyonnais monopolise également l’attention des défenseurs adverses. Son intelligence sans ballon permet alors de libérer des espaces pour ses équipiers. Ici, Marcelo (cercle blanc) décide d’aller cadrer l’international Espoirs (cercle noir). Hichem Boudaoui (cercle rouge) profite de ce mouvement d’Amine Gouiri pour se déplacer dans la zone libre.

 

Les joueurs d’Adrian Ursea essaient d’exploiter les espaces dans le dos des latéraux rhodaniens. Grâce au positionnement de Jordan Lotomba, Nice appuie sur la principale faiblesse de Maxwel Cornet (cercle blanc). Sur cette séquence, c’est un appel du remplaçant Youcef Atal (cercle noir) qui déclenche la passe de Kephren Thuram.

 

L’Algérien hérite alors du ballon dans une position très dangereuse. Si Maxwel Cornet parvient à le reprendre, cette action symbolise l’une des failles majeures de l’arrière-garde lyonnaise.

 

Même constat dans le couloir droit, où Hassane Kamara (cercle noir) profite du laxisme de Léo Dubois. L’ancien Rémois a beaucoup de champ sur son côté et n’hésite pas à attaquer l’espace.

 

Mais à la perte du ballon, les Lyonnais évoluent en transition rapide pour prendre à défaut des Niçois portés vers l’avant. Quelques secondes après le centre repoussé d’Hassane Kamara, Karl Toko Ekambi est en possession du cuir dans les trente derniers mètres.

 

Plus bas sur le terrain, Képhren Thuram (cercle noir) est remarquable à la relance. Souvent disponible et juste dans ses transmissions, il alimente efficacement ses partenaires situés plus haut. Le milieu de terrain boucle la rencontre 85 ballons touchés et 71 passes réussies*, les plus hauts totaux du match derrière les défenseurs centraux Robson Bambu (103 ballons touchés et 80 passes réussies) et Stanely N’Soki (87 ballons touchés et 76 passes réussies).

 

Toutefois, le Français est souvent seul à la relance. Son isolement empêche parfois les Niçois de trouver des joueurs plus offensifs avec le ballon.

 

Cette incapacité à remonter la balle contrait les attaquants à venir la chercher plus bas. Alexis Claude-Maurice, aligné sur le flanc gauche, vient ici le réclamer à 40 mètres de son propre but.

 

Sûr de ses forces, l’OL a de nouveau montré la qualité de son milieu de terrain dans l’animation d’une rencontre. De leur côté, les Niçois ont affiché des idées offensives intéressantes malgré le score final. De quoi aborder les prochaines rencontres avec davantage de confiance.

 

*Statistiques fournies par WhoScored.com

 

Crédits images de jeu : Canal+

Crédits photo de Une : Sébastien Nogier – MAXPPP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire