Le Mans – La Toyota n°8 s’impose pour la troisième fois consécutive !

0
Crédits photo : @24heuresdumans
Ligue 1

Au terme des ces 24h du Mans sans spectateur, c’est une nouvelle fois une Toyota qui s’est imposée, la n°8 pour la troisième fois de suite. Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Kazuki Nakajima triomphent donc, et finissent devant la Rebellion n°1. Cette dernière a empêché le doublé Toyota, la n°7 ayant eu quelques soucis en pleine nuit. 

Toyota, triomphe longue durée

Déjà titrée en 2018 et 2019, l’écurie nippone a remis le couvert cette année, toujours avec sa même monoplace fétiche. Comme l’année dernière, la n°7 a joué de malchance (crevaison en toute fin de course). Vers 3h du matin, le prototype de Mike Conway, Jose Maria Lopez et Kamui Kobayashi a connu des problèmes de turbo, immobilisant la voiture quasiment 30 minutes aux stands. Assez pour permettre à la n°1 de Gustavo Menezes, Norman Nato et Bruno Senna, du Team Rebellion, pour s’intercaler entre les deux voitures japonaises.

Le podium est donc composé à 100% de LMP1, la 4e place finale étant occupée par le deuxième équipage Rebellion (n°3 de Nathanaël Berthon, Louis Delétraz et Romain Dumas). Enfin, la dernière voiture engagée en LMP1, la ByKolles n° 4 pilotée par Tom Dillmann, Bruno Spengler et Oliver Webb n’a pas pu rallier l’arrivée (problèmes mécaniques à la tombée de la nuit).

Oreca et Aston Martin en vue

Dans la catégorie LMP2, c’est la Oreca n°22 d’Albuquerque, Di Resta et Hanson qui s’est imposée. Terminant tout de même à 17 tours de la première LMP1, l’écurie United Autosports réalise là une bien belle performance. Elle devance de seulement 32 secondes (!) la JOTA n°38 de Davidson, Gonzalez et Da Costa, tout récent champion du monde de Formule E. La Panis Racing finit quant à elle sur le podium, profitant d’un accident mineur sur la Aurus n°26 pilotée par Vergne, Rusinov et Jensen, 4e de sa catégorie.

Dans les catégories GT, Aston Martin a raflé la mise que ce soit en Pro ou Amateur. En catégorie GTE Pro, c’est l’Aston Martin n°97 de Martin, Lynn et Tincknell qui s’est imposée. Les Ferrari ont longtemps fait jeu égal avec les GT britanniques, tandis que les Porsche 911 n’ont elles pas fait le poids du tout.

En GTE Am, c’est également une Aston Martin qui s’est imposée, la n°90 pilotée par Charles Eastwood, Salih Yoluc et Jonathan Adam. Ces derniers ont fini à 47 tours de la LMP1 n°8, et à 6 tours de la première GTE Pro.

L’ambiance au Mans avait beau paraître terne, ces 24h du Mans ont tout de même tenu toutes leurs promesses. L’une des plus belles courses du monde, un temps menacée par la Covid-19, a finalement tenu son rang. Et une fois de plus, Toyota en a bien profité. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here