Les 30 moments qui ont fait 2018 : Roger Federer à l’Open d’Australie

0
Ligue 1

Des cris de joie ou de rage. Nos larmes de bonheur ou de tristesse. Des heures passées devant des matchs. C’est ça le sport. La rédaction de WeSportFr revient pour vous sur les 30 événements sportifs qui ont fait l’année 2018. A consommer avec deux étoiles dans les yeux (et sur le maillot). Aujourd’hui, la victoire de Roger Federer à l’Open d’Australie !

Ce qu’il faut de talent, de transcendance pour avoir du charisme et s’appeler Roger, en 2018. Même quand on le prononce “Rodgeur”. Ça ne s’explique pas, on nait avec. Et c’est la démonstration que fait tous les jours Roger Federer, 37 ans, meilleur joueur de l’histoire du tennis.

Le Seigneur, les agneaux

Peut-être en a-t-il fait, récemment, le plus démonstration en janvier dernier, en s’adjugeant l’Open d’Australie. Non pas que le bonhomme soit venu à bout d’une concurrence terrible (comme en 2017, en finale, contre Rafael Nadal), ou que le niveau de jeu du Bâlois ait été spécialement flamboyant. Mais sa campagne à Melbourne a, une nouvelle fois, démontré quel seigneur du tennis il est, et quelle distance le sépare des joueurs normaux.

Car le Suisse n’a jamais semblé en difficulté, finale mise à part. Opposé, successivement à Bedene, Struff, Gasquet, Fucsovics, Berdych et Chung, Roger Federer a attendu Cilic pour concéder un set. Il a suivi les pépins physiques de ses semblables Nadal et Djokovic à distance avec l’idée qu’à 36 ans, l’occasion était trop belle d’accrocher un vingtième Grand-Chelem.

Helvète underground

Mais, il ne faut pas s’y tromper, Roger Federer ne s’est pas contenté du minimum. Sans jouer le feu, il a rendu un tennis très propre, épuré. Régulier au service, il a pu se servir de tous ses atouts pour parvenir, sans encombre, jusqu’au bout. Avec son nouveau revers, acquis l’année précédente, il a confirmé que de nouvelles victoires dans les grands tournois passaient, pour lui, par une filière plus courte et plus agressive. Il a surtout prouvé que sa victoire sur Rafael Nadal, l’an précédent ne devait rien au hasard, et surtout pas à un chant du cygne.

Sans retrouver le même succès, Roger Federer a tout de même glaner jusqu’à son 99è titre. De quoi l’inscrire un peu plus dans l’histoire du tennis.

Créditi photo : 10sport.com

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here