Football

Les démons de Paris refont surface

Bis repetita. Ce mercredi 9 mars, le PSG s’est fait rattraper par ses démons. Le Real Madrid s’est qualifié en quart de finale de Ligue des Champions en venant à bout de Paris (3-1). Une malédiction qui poursuit le club de la capitale depuis 2014.

Tout commence le 8 avril 2014 contre Chelsea. Alors que les Parisiens s’étaient imposés 3-1 au match aller sur des buts d’Ezequiel Lavezzi, Javier Pastore et un csc de David Luiz, le PSG est arrivé confiant pour son match retour de quart de finale au Stamford Bridge. Malheureusement pour les Blues, Eden Hazard se blesse à la 18ème minute et est contraint d’être remplacé par son homologue, André Schürrle. Coaching payant puisque c’est lui qui inscrit le premier but de la rencontre juste avant la pause. Au retour des vestiaire le Paris Saint-Germain pensait tenir son billet pour les demi-finales. Mais c’est là que Demba Ba, l’international sénégalais, entre en scène et délivre Chelsea en offrant la qualification à son équipe à la 87ème minute.

L’histoire se répète le 12 avril 2016 contre Manchester City

Après avoir concédé le match nul (2-2) lors du quart de finale aller, les hommes de Laurent Blanc avaient à coeur de confirmer. Mais tout bascule en quelques minutes. L’ancien entraineur du PSG change de tactique et propose un 3-5-2 avec un Serge Aurier, habituellement latéral, aligné en défenseur central. Là, les Parisiens sont débordés et les Citizen en profitent pour marquer le coup. Kevin de Bruyne, le seul buteur de ce match, qualifie son équipe à la 78ème minute. Ce désarroi total entrainera l’éviction de Blanc alors qu’il venait de renouveler son contrat avec le club quelques semaines auparavant.

La nuit noire de Barcelone

Lors du huitième de finale aller, les joueurs du PSG ont mis une correctionnelle au Barça en remportant le match 4-0 sur des buts de Julian Draxler, d’Edinson Cavani et un doublé d’Angel Di Maria. Les Barcelonais ont été oppressés par les joueurs d’Unai Emery, ancien entraineur du club, tout au long du match. Ils n’ont pas vu le jour. Le match retour devait être une balade de santé pour les Parisiens. Mais ce fut la soirée la plus tragique de l’histoire du club. Vous devez sûrement connaitre le scénario. Le Barça mène à la pause 2-0, sur un but de Luis Suarez et un csc de Layvin Kurzawa. Dès le retour des vestiaires, Lionel Messi marque un penalty à la 50ème et ramène les Blaugrana à un but de l'égalisation sur l’ensemble des deux confrontations. Mais Paris n’a pas dit son dernier mot puisque Edinson Cavani va marquer à la 60ème minute. Mais le désastre arrive. Paris recule et subit les offensives de Barcelone. L’invraisemblance va se produire. Trois buts en sept minutes. Neymar va enregistrer l’un des plus beaux matchs de sa vie en inscrivant deux buts coup sur coup. Il va même participer à la qualification de son équipe en faisant la passe décisive sur son ancien coéquipier, Sergio Roberto (90ème+5). Les Parisiens rentrent bredouille, la “remontada” est née ce soir-là.

Le cauchemar de Manchester

Tout était réuni pour se qualifier en quart de finale. Les hommes de Thomas Tuchel s’étaient imposés à Old Trafford 2-0 sur des buts de Presnel Kimpembe et Kylian Mbappé. Pour ce match retour, le PSG reçoit un United en manque d’effectif, qui souffre. Mais la malédiction de Paris refait surface quand Romelu Lukaku marque le premier but de cette rencontre à la 2ème minute. Juan Bernat égalise rapidement (12ème). L’attaquant belge n’a pas dit son dernier mot et s’offre un doublé à la 30ème minute en profitant d’une erreur de Gianluigi Buffon. Les Parisiens luttent et croient à leur qualification jusqu’au moment des arrêts de jeu. En effet, l’arbitre de cette rencontre, Damir Skomina, demande au VAR de vérifier une potentielle main de Presnel Kimpembe. Le VAR est clair, le défenseur parisien touche le ballon de la main. Un penalty est accordé au Reds Devils et sera transformé par Marcus Rashford. Paris est éliminé et sombre encore une fois.

Benzema en bourreau de la catastrophe de Madrid

Les démons du PSG ont surgi de nouveau le 9 mars 2022 contre le Real Madrid. À l’aller de ce huitième de finale au Parc des Princes, les Parisiens ont surdominé les Merengue et remporté le match 1-0 sur un but de Kylian Mbappé dans les tous derniers instants de la rencontre. Au retour de ce huitième de finale de Ligue des Champions, les hommes de Mauricio Pochettino devait confirmer pour prétendre à une qualification en quart de finale. C’est ce qu’on fait les parisiens pendant 60 minutes. Pendant la première heure de jeu, Kylian Mbappé a encore été flamboyant, permettant même à son équipe de mener au score à la 34ème minute dans un Bernabeu plein à craquer. Il s’est vu refusé deux de ses buts pour hors-jeu à la 39ème et 54ème minute. Mais Paris cède encore à la malédiction. Gianluigi Donnaruma va faire une erreur capitale qui va permettre aux joueurs de Carlo Ancelotti de croire à une qualification. Karim Benzema vient presser le gardien italien pour tenter de récupérer le ballon, Donnaruma se loupe et envoie le ballon dans les pieds de Vinicius Jr. L’attaquant brésilien fait la passe à Benzema et marque. Les Merengue y croient plus que jamais pendant que les Parisiens sont en plein doute. Quelques minutes plus tard, KB9 fait encore des siennes sur une faute de marquage de Marquinhos. Les Parisiens accusent le coup. Il faut attendre deux minutes pour le prochain but. À l’engagement les hommes de Pochettino perdent le ballon, Vinicius accélère dans la surface. Marquinhos tente de dégager le ballon mais l’envoie directement dans les pieds de l’international français. D’un coup de pied réflexe, il envoie son équipe en quart de finale. Karim Benzema a inscrit son triplé en 17 minutes. Il devient le joueur le plus capé en Ligue des Champions avec 141 apparitions. Il a aussi explosé un autre record, celui d'Alfredo Di Stephano. En effet, le Français devient le troisième meilleur buteur du Real Madrid derrière Raul et Cristiano Ronaldo avec 309 buts. Encore une fois le PSG sort par la petite porte malgré le meilleur effectif du monde sur le papier.

Après le match, au micro de Canal+, Mauricio Pochettino n’a pas voulu admettre sa défaite et accuse le VAR de ne pas avoir sifflé faute sur le contact entre Karim Benzema et Gianluigi Donnaruma. “C'est facile, je crois que le premier but concédé a changé le match. Je me demande ce que fait la VAR. Pour moi, il y a faute sur Donnarumma. C'est une honte car lorsqu'on voit l'action, il y a faute. Et après cette situation, le match a changé. Pendant 60 minutes, on a dominé le Real. Je pense que c'est impossible de ne pas parler de cette grosse erreur faite par les arbitres. C'est quelque chose difficile à expliquer que je ne pardonnerai pas“, a déclaré l'entraineur argentin.

Quant à Benzema, il a partagé, au micro de Canal+, toutes les erreurs que le Paris Saint-Germain avait pues faire et comment les hommes d’Ancelotti ont réussi à contrer cet effectif en fin de match. Ils ont compris qu'il fallait effectuer un pressing sur l'international italien, Marco Verratti, ainsi que les deux défenseurs centraux, Presnel Kimpembe et Marquinhos, fautif sur les deux derniers buts. Grâce à cette pression sur les joueurs parisiens “ils n’arrivent pas à se connecter avec les 3 devants. Et c’est le problème de toutes les équipes qui veulent repartir de derrière“, a déclaré Benzema.


Dernières publications

En haut