Volley

Ligue des Champions de Volley masculine : qui pour succéder aux Polonais de Kędzierzyn-Koźle ?

cev champions league

La champions League de volley reprend ses droits ce mardi 30 novembre avec 20 équipes sur le pont ! Les équipes Russes, Italiennes et Polonaises sont les grandes favorites de cette édition et la lutte sera encore acharnée. Qui inscrira son nom sur le trophée de la plus grande compétition de volley dans le monde ? Voici notre guide pour vous permettre de suivre la Ligue des Champions de volley masculine 2021-2022.

Ligue des Champions de volley Masculine : quels sont les prétendants au titre ?

Vainqueur au nez et à la barbe des équipes Italiennes et Russes, le Zaksa Kędzierzyn-Koźle avait créé la sensation la saison dernière. Pourront-ils cependant rééditer leur exploit ? Rien n’est moins sûr tant la concurrence sera rude.

La CEV Champions League, objectif numéro 1 des équipes Italiennes

Souvent les Italiens ont privilégié la Serie A au détriment de la Ligue des Champions. Non pas que la Coupe d’Europe n’avait pas d’intérêt, mais gagner le scudetto représentait plus aux yeux des supporters et des dirigeants. Mais la tendance s’est inversée ces dernières années, et on n’hésite plus à dire de l’autre côté des Alpes quand on construit une équipe dans le but de remporter la C1.

Pour la saison 2021-2022, 3 équipes transalpines participeront à la plus prestigieuse des compétitions avec des ambitions de victoire finale. À commencer par Perugia. Depuis l’arrivée du meilleur joueur du monde il y a 3 ans, Wilfredo Leon, le club ne cache pas ses ambitions, enfin gagner la Ligue des Champions. Mis en échec lors des 2 précédentes éditions (1/2 en 2019 et 1/4 en 2021), Pérouse s’est attaché les services du passeur international Italien Simone Giannelli, du réceptionneur-attaquant Américain Mathew Anderson et du pointu Luxembourgeois, Kamil Rychlicki. Un recrutement XXL pour viser le triplé championnat-coupe d’Italie-C1.

Le champion d’Europe 2019, la Lube Civitanova, tentera aussi de reprendre son bien, laissé la saison dernière. Toujours portée par ses cadres Juantorena, De Cecco ou bien le Cubain Simon, la Lube semble en léger retrait cette saison par rapport à Perugia, sans doute à cause d’un recrutement sans éclat, mis à part l’arrivée de Lucarelli en provenance de Trentino. Mais disposant d’un groupe stable depuis 2 saisons, la Lube restera encore un sérieux candidat au titre.

Dernière équipe Italienne, l’Itas Trentino. Finaliste malheureux la saison passée, le club phare des années 2010 (avec 3 titres) avance sur la pointe des pieds cette saison. Miné par des problèmes financiers, Trentino a dû se résigner à laisser partir Giannelli (à Perugia), son attaquant de pointe Nimir (Modèna) et son réceptionneur-attaquant Brésilien Lucarelli (Lube). En retrait sur le papier, elle dispose pourtant de la star de demain, Alessandro Michieletto. Champion d’Europe avec la Squadra Azzurra en septembre dernier, le jeune réceptionneur-attaquant de 20 ans est déjà le leader de l’équipe qu’il voudra ramener en finale de la Ligue des Champions. Ce sera compliqué pour le club des Dolomites.

Les prétendants Russes à la victoire en CEV Champions League

15 ans, cela faisait quinze années que la Russie avançait dans la compétition avec le Zenit Kazan. Vainqueur de la Ligue des Champions de volley en 2008, 2012, 2015, 2016, 2017 et 2018, le club du Tatarstan (demi-finaliste en 2021) a échoué la saison dernière en Superliga Russe et doit se contenter de la C2 cette année. Un camouflet qui devrait se réparer cette saison. Mais en attendant, ce sont 3 autres équipes qui représenteront la Russie cette saison. En 1er lieu, le Dinamo Moscou. Vainqueur la saison dernière du championnat, de la coupe nationale et de la C2 (les 3 fois contre… Saint-Pétersbourg en finale), le club de la capitale semble un peu juste pour espérer la victoire finale. Bien qu’emmené par son attaquant de pointe, le Bulgare Tsvetan Sokolov, le groupe manque encore d’expérience à ce niveau et voudra s’aguerrir durant la compétition.

Le Zenit Saint-Pétersbourg quant à lui, semble mieux armé que le club de la capitale pour rivaliser avec les grosses équipes Italiennes. En recrutant le meilleur libéro du monde, le Français Jenia Grebennikov, tout en gardant les pépites Russes Egor Kliuka, Ivan Iakovlev et Victor Poletaev, le club de « la Venise du Nord » peut légitimement viser très haut.

Le Kuzbass Kemerevo, au contraire, ne semble pas armé pour viser la victoire. Tombé dans la poule de la mort avec La Lube Civitanova et Kędzierzyn-Koźle, c’est-à-dire les 2 derniers vainqueurs, le club de Sibérie tentera de surprendre à domicile devant son public. La recrue phare, le Brésilien Alan Souza s’étant blessé dès son arrivée et vu son contrat être non validé, Kemerevo cherchera à se faire plaisir et jouer les troubles fêtes.

Zaksa Kędzierzyn-Koźle pour le doublé en CEV Champions League ?

Vainqueur à la surprise générale la saison dernière de la Ligue des Champions de volley,  Zaksa Kędzierzyn-Koźle sera attendu au tournant. Arrivé à la fin d’un cycle la saison dernière, le club Polonais a vu certains cadres comme le passeur Français Benjamin Toniutti, le central Jakub Kochanowski et le libéro Pawel Zatorski s’envoler vers d’autres cieux. Difficile de les remplacer, mais le club s’est tourné vers le réservoir Polonais pour en remplacer certains, comme le passeur Marcin Janusz en provenance de Gdansk, ou bien Norbert Huber qui s’éclatait du côté de Belchatow. Enfin, le libéro international Américain Erik Shoji est venu apporter son expérience pour tenter de faire aussi bien que la saison dernière.

Mais la Pologne aura un 2nd atout pour remporter la Ligue des Champions de volley masculine, Jastrzebski Wegiel. Champion de Pologne la saison dernière, le club a décidé de faire appel aux champions Olympiques Français ! Bienvenue à Benjamin Toniutti, Trevor Clevenot et Stephen Boyer ! En ayant gardé l’ossature de l’équipe tout en rajoutant ces 3 joueurs, Jastrzebski Wegiel se porte tout naturellement en sérieux candidat à la CEV Champions League.

Et les Français dans tout ça ?

La France n’aura qu’un seul représentant cette année en Ligue des Champions de volley, l’AS Cannes, champion de France en mai dernier. Vainqueur surprise la saison dernière, le club du Sud éprouve les pires difficultés depuis le début de saison, avec seulement 2 victoires en championnat et une triste avant dernière place au classement. Avec un budget limité par rapport aux prétendants au titre, les Cannois sont de plus tombés dans un groupe où se trouvent Perugia et Itas Trentino, c’est-à-dire 2 grands favoris à la victoire finale. Autant dire que la mission s’annonce ardue pour les champions de France 2021.

Ligue des Champions de volley Masculine : la formule de la compétition

Les 20 équipes sont regroupées dans 5 poules de 4. Les équipes s’affrontent sur des matchs aller-retour. À la fin de la phase de groupes (6 matchs au total), les 1ers de chaque poule sont qualifiés pour les 1/4 de finale, ainsi que les 3 meilleurs seconds.

1/4 et 1/2 sont disputés sur une confrontation aller-retour et départagés à la différence de sets. En cas d’égalité de sets, les clubs disputeront un set en or en 15 points pour déterminer l’équipe qui se qualifiera pour le prochain tour.

La finale se jouera sur un match et sur terrain neutre, dans un lieu encore indéterminé à l’heure actuelle.

CEV Champions League : les groupes

Groupe A : Friedrichshafen (All), Roeselare (Bel), Jastrzebski (Pol), Hebar (Bul)

Groupe B : Varsovie (Pol), Dinamo Moscou (Rus), Maaseik (Bel), Ziraat Bankasi (Tur)

Groupe C : Lube Civitanova (Ita), Kędzierzyn-Koźle (Pol), Kemerevo (Rus), Maribor (Slo)

Groupe D : Berlin (All), Benfica (Por), Novi Sad (Ser), Saint-Pétersbourg (Rus)

Groupe E : Trentino (Ita), Perugia (Ita), Cannes (Fra), Fenerbahce (Tur).

Vous disposez maintenant de toutes les informations pour suivre la Ligue des Champions de volley masculine. Est-ce que les Italiens reprendront le trophée ? Les Russes peuvent-ils récupérer leur bien ? Les Polonais ont-ils les moyens de conserver la CEV Champions League ? Réponse en mai 2022 !

Dernières publications

To Top