Mais qui es-tu, Ansu Fati ?

0
Crédits photo en une : House Of Futbol
Ligue 1

A bientôt 17 ans, le néo-international espoirs espagnol Ansu Fati est la nouvelle coqueluche du Camp Nou. Le tout jeune attaquant blaugrana rayonne par son talent, mais fait aussi briller la Masia, en perte d’éclat depuis quelques années.

Ansu Fati au FC Séville à 9 ans – Crédits : Causerie Magazine

De son nom complet Anssumane Fati Vieira, Ansu Fati est né un jeudi de l’automne 2002 (31 octobre) à Bissau, capitale de la Guinée lusophone. Dans un climat politique tendu (coups d’Etat, attentats…), la famille Fati quitte son pays d’origine pour la péninsule ibérique, plus précisément à Herrera, ville andalouse à une heure de route de Séville. A seulement six printemps, son père Bori Fati, ancien footballeur en Guinée-Bissau et évoluant à l’époque au CDF Herrera, inscrit son fils dans son club. Il n’aura besoin que de quelques semaines pour impressionner par son aisance technique et sa vitesse. Il débute d’abord à l’école Peloteros, avant de rejoindre un an plus tard les équipes du FC Séville. 

Mais en 2012, il a face à lui l’opportunité de rejoindre l’un des meilleurs centres de formation en Europe : la Masia du FC Barcelone. Il reçoit en même temps un offre d’un autre club : celle du Real Madrid, son rival éternel. Lors d’un entretien accordé à la Cadena SER, le père d’Ansu a dévoilé que « le Real avait proposé plus d’argent que le Barça. Mais nous avons choisi le FC Barcelone, parce qu’ils sont venus jusque chez nous avec le contrat et m’ont directement convaincu ! » Et puis, une autre raison non négligeable : son grand frère, Braima, avait rejoint la cantera (“mine” en espagnol) catalane une année plus tôt. Il commence son aventure catalane chez les poussins, en étant plus jeune d’un que tous ses coéquipiers. 

 

De la Masia au Camp Nou

Ansu Fati (à gauche) en compagnie de Take Kubo (2ème à droite)

Dès ses premières semaines sous le maillot blaugrana, Ansu Fati forme un duo offensif virevoltant avec le Japonais Take Kubo (RCD Majorque, prêté par le Real). Les deux joueurs inscrivent 129 à eux deux (56 pour Fati, 73 pour Kubo). Avec la génération 2001, ils remportent en plus du championnat en 2009 la Mediterranean International Cup à Grenade aux dépens du Real Madrid dirigé par Guti. Avec sept buts, Ansu finit pichichi du tournoi et se révèle de plus en plus au public. 

Cependant, plusieurs histoires empêcheront l’éclosion de la pépite guinéenne : d’une part, l’affaire des jeunes joueurs visant le Barça. De l’autre, une fracture du tibia qui l’éloigne des terrains durant plus de dix mois. La persévérance et le travail lui permettent de faire son retour chez les Juvenil, avant de continuer son ascension jusqu’à l’équipe réserve de Barcelone à seulement 15 ans. 

La saison 2018/2019 sera sous le signe de la consécration pour la pépite de Bissau : il brille lors de l’UEFA Youth League la saison dernière, avec 4 buts inscrits en 9 rencontres, malgré l’élimination en demi-finales par Chelsea. Des prestations qui ne laissent pas le staff d’Ernesto Valverde insensible. Après ça, Fati grapille rapidement les échelons : il signe son premier contrat professionnel avec le Barça en juillet 2019. Un mois plus tard, Ansu remplace Carles Perez face au Real Betis (victoire du FCB 5-2) et réalise sa première apparition chez les A. A 16 ans et 298 jours, il devient le deuxième plus jeune joueur de l’histoire du Barça à jouer un match en équipe première.

 

Ansu Fati célèbre son but face à Valence – Crédits : FC Barcelone

Depuis, il devient le troisième plus jeune joueur à inscrire un but dans le championnat espagnol, le plus jeune à disputer une rencontre de Ligue des Champions avec le FC Barcelone (record détenu auparavant par Bojan Krkic). 

Sa précocité remarquable a tapé dans l’oeil de la Fédération Espagnole de Football, qui s’est occupé de sa naturalisation pour qu’il puisse disputer la Coupe du Monde des moins de 17 ans, qu’il ne dispute finalement pas. Il est convoqué quelques jours plus tard par la Roja Espoirs, avant de devoir faire un choix pour sa nationalité sportive : l’Espagne ou le Portugal, étant donné qu’il peut obtenir le passeport portugais, lui qui est originaire d’une ancienne colonie lusitanienne. 

Aujourd’hui nouvelle coqueluche du club catalan, Ansu Fati a eu du mal à confirmer ses bonnes performances du début de saison. Seul le temps lui donnera raison pour se faire un nom dans l’antre du Camp Nou…

 

Crédits photo en une : House Of Futbol

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here