Biathlon

Les 30 Moments marquants de 2020 : la retraite de Martin Fourcade

Martin Fourcade

Dans une année où la pandémie mondiale de Covid-19 a chamboulé les programmations sportives et autres évènements planétaires (J.O, Euro, …), chaque sport a dû s’adapter pour survivre. Si 2020 restera une année morose pour bien des personnes, les douze mois qui la composent furent tout de même riches en émotions pour tout fan de sport. Du passage de la NBA à Paris aux records de Lewis Hamilton, en passant par les prouesses de Tadej Pogacar ou le Final 8 de la Ligue des Champions, la rédaction de We Sport revient pour vous sur les trente moments marquants de 2020. Aujourd’hui, retour sur la mélancolique retraite de Martin Fourcade, qui a montré aux yeux des Français que ” le biathlon c’est l’association du ski de fond et du tir”, et c’est là pour lui sa plus belle victoire…

 

Une empreinte pour l’éternité

Un palmarès titanesque 

  Que dire ? Comment résumer en quelques paragraphes, le grand monsieur qu’est Martin Fourcade ?  La boucle est bouclée certains diront, d’autres plus amers regretteront ce choix d’une retraite à 31 ans. Néanmoins une chose est sûre : l’Homme a marqué à tout jamais l’histoire de ce sport. Lui, le basque de naissance condamné à “l’exil” dans le Vercors pour assouvir sa drôle de passion (le biathlon n’était qu’un sport d’initié). Une décennie de règne sans partage, ou presque, digne des plus grandes dictatures et hégémonie sportive que le sport a pu connaître. Au total ce ne sont pas moins de 83 victoires que glanera Martin, l’Ogre Catalan comme on l’appelle, entre 2010 et 2020.

  De Kontiolahti, un certain 14 mars 2010 sur une poursuite, jusqu’à la même course sur le même domaine, 10 ans plus tard. La boucle est bel et bien bouclée et cette fois-ci ce n’est pas une pénalité… Souvent titillé mais jamais dépassé, le sextuple champion olympique a fait main basse sur le gros globe de cristal (récompensant le vainqueur du classement général), durant 7 ans de la saison 2012-2013 à celle de 2017-2018, sans compter les 26 petits globes. Sept ans de domination face à des clients comme Ole Einar Bjoerndalen, plus grand biathlète de l’histoire avec 95 victoires en Coupe du Monde, Emil Svendsen, Tarjei Boe ou encore Simon Schempp. Avec aujourd’hui 7 médailles aux JO (5 titres et 2 en argent), le français est le plus titré des JO, été et hiver confondu. La longueur de ces records et titres ne pourrait s’apparenter à être tous exprimer ici, ils sont bien trop nombreux… Titanesque, vous avez dit ?

Quand un Fourcade en cache un autre

Véritable révélation des Jeux olympiques 2010, avec l’argent glané sur la mass-start, il n’était pas le Fourcade attendu sur les pistes de Whistler. Son frère aîné, Simon était jusqu’alors dans la lumière et se présentait comme un candidat crédible à un titre ou du moins un podium aux JO de 2010. Pourtant c’est bien son petit frère de 4 ans son cadet qui s’illustrera lors de cette quinzaine. Le jeune Martin Fourcade, alors âgé de seulement 21 ans finira l’année en trombe avec 3 victoires d’affilée en Coupe du Monde, lui permettant de finir 5e au classement général. L’histoire est en route…

Martin fourcade s’adjuge une médaille d’argent sur le mass-start des JO de Vancouver en 2010. Crédits : Reuters

Le doute, puis le phénix renaît de ses cendres 

Après les JO de Pyeonchang en février 2018, le fraîchement quintuple champion olympique a voulu faire une avant-saison tonitruante pour pouvoir rivaliser avec son principal concurrent, J.Boe. Trop pour Martin. Arrivé “cramé” en début de saison il passera un hiver difficile et finira à une anonyme 12e place au classement général. Longtemps dans le doute il a décidé de rechausser les skis encore une saison. Et quelle saison ! Il retrouve sa fiabilité derrière la carabine, affichant le meilleur taux de réussite de la saison, en blanchissant 372 cibles sur 405, soit un pourcentage de 91% (ski-nordique.net). Accoutumé des victoires il finira sa carrière de la plus belle des manières, en remportant la poursuite à Kontiolahti et s’adjugeant de surcroit une 2e place au classement général, à 2 petits points de J.Boe…

Son influence sur l’essor du biathlon en France

L’explosion du biathlon en France

Auparavant la propriété exclusive d’Eurosport, le biathlon a fait son apparition en 2015 sur la chaîne l’Équipe. Depuis les audiences cartonnent à coups de millions de téléspectateurs. 5 des records historiques de la chaîne sont dus au biathlon. Avec en figure de proue les 1,34 millions de téléspectateurs de Quentin Fillon-Maillet lors de sa victoire sur la mass-start, à Antholz. Considéré comme un sport anecdotique, le biathlon s’est transformé en un véritable sport national. Un succès national résultant des performances d’un seul homme, M. Martin Fourcade. Il est indéniable que si ce sport est aujourd’hui autant suivi c’est en très grande partie grâce aux victoires à foison du Catalan. Un élan populaire démontré par la liesse de spectateur au Grand-Bornant en 2017. Tout cela combiné avec l’excellent travail de production et de couverture d’évènement de la chaîne l’Equipe.

Son aura sur l’Equipe de France…

  Le passage du biathlon d’un sport méconnu du grand public, à un sport national apporte son lot d’améliorations. L’aura de Martin Fourcade n’aura pas seulement permis l’essor de son sport auprès du grand public, mais également de donner plus de moyens à cette fédération. Désormais les athlètes ne sont plus de simples anonymes, les Fillon-Maillet, Desthieux, ou encore le récent Émilien Jacquelin ont basculé eux aussi dans une nouvelle galaxie. Les moyens qui leur sont mis à disposition ont augmenté en même temps que leur discipline s’est imposée. Avoir un tel leader dans ses rangs permet parfois de se laisser le temps de grandir et de lui laisser dans un premier temps la pression.

  Le plus bel achèvement de ce quatuor (M.Fourcade, Jacquelin, Desthieux et Fillon-Maillet), est leur victoire sur le relais des championnats du Monde en début d’année à Anterselva, marquant le dernier point d’orgue de cette magnifique Equipe de France. Il est temps pour eux de prendre leur destin en main et de combler le vide laisser par Martin.

Ses sorties médiatiques et nouvelles responsabilités

Sa lutte contre le dopage

  Ce qui fait du Catalan un personnage aussi médiatique et médiatisé réside dans ses prises de position et ses déclarations sans langue de bois. Tout au long de sa carrière il n’aura jamais cessé de prendre position vis-à-vis du dopage, au point d’égratigner certains personnages publics. On pense à sa déclaration sur Laurent Jalabert notamment : « En France, d’anciens dopés commentent les courses à la télévision. Je n’ai rien contre Laurent Jalabert, mais c’est une honte que le service public l’embauche ».

  Une déclaration qui aura fait réagir à l’époque mais qui montre tout du franc-parler du personnage. Autre exemple avec l’athlète russe, Alexander Loginov qui a écopé d’une suspension de 2 ans pour dopage. Martin avait qualifié de “honteuse” la victoire de Loginov sur le sprint à Oberhof. Un torchon qui brûle depuis déjà longtemps avec les Russes. Comme lors du relais d’Ochfilzen en 2017, soldé par une victoire russe. Ces derniers n’avaient pas daigné serrer la main de Martin lui reprochant d’avoir fait tomber Loginov lors du passage de relais.

Ses nouvelles fonctions 

Moins actif sur les skis, Martin Fourcade ne l’est pas en coulisse. À 30 ans, il est le président de la commission des athlètes du comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, preuve de son influence sportive qui dépasse les rudes mois d’hiver. Déjà membre de la commission des athlètes de la fédération internationale de biathlon (IBU), le Catalan pourrait revêtir une 3e casquette (encore un record) pour être élu membre de la commission des athlètes en 2022, au CIO. Vous avez dit “un dernier tour de piste ?” (titre de son livre paru fin septembre).

La retraite de Martin Fourcade a provoqué une vague touchante de remerciements dans le monde du sport en général. Ses records et prestations époustouflantes, couplés à sa personne si charismatique font du personnage un membre à part. Terminé les jours de courses à vivre au rythme des balles décochées de sa carabine, à notre plus grand regret. Merci champion !

Bonus 

Crédits images : Icon Sport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire