Cyclisme

Martinez, Bardet, Alaphilippe … Les chances françaises pour les Strade Bianche 2024

Ce samedi, le peloton professionnel a rendez-vous avec les chemins blancs des Strade Bianche 2024. Un parcours de 215 kilomètres qui promet une course explosive. Mais quelles sont les chances françaises sur cette classique ?

La 18ᵉ édition des Strade Bianche débutera ce samedi. Les Français font office d'outsider dans cette classique italienne. Lenny Martinez, Romain Bardet, Julian Alaphilippe, quelles sont les chances françaises sur la course ?

Il s'érige comme une potentielle surprise, Lenny Martinez surprend avec son excellent début de saison 2024. Le jeune coureur de la Groupama FDJ a remporté le Trofeo Laigueglia devant Andrea Vendrame et Juan Ayuso. Un résultat qui a forcé l'équipe française à l'aligner sur la classique italienne. Ce mercredi, sur la première semi-classique italienne de l'année, Martinez est partie seul dans la dernière ascension, laissant ses 4 autres compagnons du jour. Plus fort quand la pente s'élève, le coureur de la Groupama FDJ découvrira les chemins blancs de Toscane. Sur le parcours le plus long et le plus dur par rapport aux 15 éditions précédentes, Martinez aura sa carte à jouer aux côtés de Romain Grégoire ou encore Valentin Madouas le champion de France. L'air italien semble réussir au jeune coureur de 20 ans qui a remporté sa 3ᵉ victoire professionnelle.

ROMAIN BARDET AURA UN COUP À JOUER

Pour peut-être sa dernière participation aux Strade Bianche, Romain Bardet voudra à coup sûr peser sur la course. Le Français va vivre sa première course hors de l'hexagone en 2024. À 33 ans, le coureur de la DSM-Firmenich PostNL a repris sa saison sur la Classic Var mi-février avec une 3e place. Le Français a ensuite enchainé une 11e place sur le Tour des Alpes-Maritimes, une 18ᵉ place sur la Faune-Ardèche Classic et une 13e place sur la Drôme. Le Français s'est par ailleurs exprimé sur une potentielle retraite après son podium sur la Classic Var :

“Oui et non. Je ne pense pas trop à la suite sachant que ça peut très bien être la dernière fois que je fais tout ça. Je suis très content de mon hiver. Je veux juste prendre le maximum de plaisir sur les courses. Je sais que je suis encore performant, pas autant de temps que je le souhaiterais car je n’ai pas toutes les cartes en main. C’est juste une question d’envie et de conditions extérieures qui font que je suis à un âge où je me pose des questions pour la suite,” explique-t-il à Direct Velo.

Alaphilippe veut profiter de sa forme

Vainqueur en 2019 sur l'épreuve en Toscane, Julian Alaphilippe a connu un début de saison mitigé. Attaqué par son patron Patrick Lefevere sur ses résultats, le Français a montré qu'il avait des jambes sur les premières classiques Belges. Cependant, le coureur de la Soudal Quick Step a manqué de chance sur le Omloop Het Nieuwsblad avec deux chutes et deux crevaisons. Alors qu'il rentre dans sa dernière année de contrat avec le Wolfpack, Alaphilippe voudra briller sur la classique italienne. Dans une interview pour Vélo Magazine, le Français est revenu sur sa relation avec Patrick Lefevere :

“La même qu'avant. On s'est toujours parlé depuis que j'ai rejoint son équipe, dans les meilleurs moments et quand les choses allaient moins bien. Il sait que je fais de mon mieux et que je suis un grand professionnel. Il fait son job et je fais le mien. Je ne m'arrête pas à certains commentaires dans les médias. Quand on a quelque chose à se dire, on s'appelle.”

Strade Bianche 2024 : la liste de départ de cette édition

Data powered by FirstCycling.com

 

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut