Tennis de table

Mondiaux tennis de table : les Bleus domptent Taïwan et filent en finale !

À l'occasion des mondiaux de tennis de table par équipes à Busan en Corée du Sud, l'équipe de France a de nouveau impressionné ses supporters. Après la médaille de bronze des filles suite à leur défaite contre la Chine, les garçons affrontaient Taïwan (appelé Taipei chinois dans la discipline) pour une place en finale. Au terme d'un combat acharné, la bande aux frères Lebrun et à Simon Gauzy a décroché leur billet pour le dernier tour de la compétition.

Les Bleus n'avaient plus atteint la finale des mondiaux de tennis de table par équipes depuis leur médaille d'argent en 1997. Aujourd'hui à Busan (Corée du Sud), l'équipe de France a dominé Taïwan en quatre manches. Devant 20 000 spectateurs en direct sur la chaîne Twitch de RMCsport, les Français ont fait le show offrant la meilleure publicité possible au tennis de table national. Cependant, tout n'a pas été simple pour autant. Alors que Félix Lebrun avait mis la France devant à l'issue de la première manche (3-1 contre Chuang), son frère Alexis n'avait pas réussi à en faire autant contre le 8e mondial Yun-Ju Lin. Défait 3-0, le joueur de 20 ans a vu Taïwan recoller.

Mondiaux tennis de table 2024 : une finale de prestige !

Néanmoins, la joie fut de courte durée pour les adversaires des Tricolores. En effet, l'expérimenté Simon Gauzy est venu remettre les pendules à l'heure en expédiant en trois sets Kao. Derrière, il ne restait plus qu'à Félix Lebrun (17 ans) de venger son frère. Contre Yun-Ju Lin, la jeune star du tennis de table français a fait le spectacle. Sûr de ses forces, il a livré une partition proche de la perfection pour envoyer la France en route vers un titre mondial. Pour cela, il faudra se défaire de la meilleure nation du monde : la Chine. Mais rien n'est impossible à en voir leur victoire serrée (3-2) contre la Corée du Sud. Rendez-vous demain à 12 h pour connaître le dénouement !

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut