Basketball

NBA Cinq Majeur : l’Ouest était très en forme cette semaine

Fait rare, les 5 meilleures performances de la semaine sont à mettre au crédit de joueurs issus de la conférence Ouest. Curry, Paul George, DeRozan, Zion Williamson ou encore Jokić ont survolé leurs concurrents cette semaine. Chacun s’est illustré à sa manière, dans la victoire comme dans la défaite. Découvrez également nos flops de cette semaine de NBA, plus bas dans l’article.

Cinq majeur : Zion bestial, Curry impérial

Meneur : Stephen Curry (Golden State Warriors)

Quelle semaine pour le Chef du côté de San Francisco ! Au cours d’une série de matchs annoncée pourtant comme compliquée, sans Wiseman ni Oubre Jr., les Warriors ont fait forte impression. Les victoires contre Milwaukee, Houston et Denver (!) font beaucoup de bien au collectif de Kerr. Contre Atlanta, ces derniers ont cependant perdu malgré les 37 points de Curry. Autre match à +30 points, et autre défaite contre les Wizards. Contre Houston, le double-MVP a frôlé la barre des 40 points, qu’il a carrément dépassée contre les Bucks (41 points). La nuit dernière, il compilait même 53 points, à 10/18 à 3 points. Une semaine de MVP complètement folle.

Arrière : Paul George (Los Angeles Clippers)

Enfin une semaine référence pour Paul George du côté des Clippers. Aux abonnés absents en début d’année, il a parfaitement fait taire les critiques en pleine baisse de régime des autres leaders du vestiaire. 33,7 points de moyenne, 5,7 passes à 60% au shoot, trois matchs au-dessus des 30 points (36 contre les Blazers), 4 victoires et aucune défaite… Élu joueur de la semaine à l’Ouest, la surprise est minime. Un grand Paul George pour de grands Clippers. La machine serait-elle de nouveau lancée ?

Ailier : DeMar DeRozan (San Antonio Spurs)

Une double confrontation perdue contre Denver n’a pas empêché DeRozan de briller dans l’ensemble. Sa semaine, entamée avec la vingtaine de points dans la défaite contre les Cavaliers, puis 14 contre Denver, a rapidement décollé. 24 points deux jours après, puis 33 contre Dallas au cours d’une victoire plus qu’importante, les Spurs se maintiennent à flot. Et surtout, un game-winner à 0.5 seconde de la fin du Q4 ! Qui plus est, il est le meilleur scorer en isolation (1,24 point par possession) cette saison. Sacré client.

Ailier-fort : Zion Williamson (New Orleans Pelicans)

Sans doute le poste le plus disputé cette semaine, Tatum ayant même été plébiscité par la NBA en tant que joueur de la semaine. Pourtant, c’est bien Zion qui a tout défoncé sur son passage. 34 points contre Atlanta malgré la défaite, 37 points et 15 rebonds contre les 76ers, leaders à l’Est, 38 points contre Cleveland… Une semaine de haute voltige avec deux victoires importantes, on dit merci Zion. L’ancien de Duke a prouvé une nouvelle fois qu’il était déjà une star de la NBA.

Pivot : Nikola Jokić (Denver Nuggets)

Encore une semaine en haut de la feuille de statistiques pour le pivot serbe. En l’absence de Embiid, encore blessé, c’est lui qui a fait du ménage grandeur nature dans la peinture. Revenus 4e à l’Est, les Nuggets peuvent en partie lui dire merci. Mardi dernier, il en plantait 27 contre Détroit. Quasiment en triple-double contre les Spurs (25-9-10) lors de la première confrontation entre les deux équipes, il le signait la nuit d’après (26-13-14). Jokić taille patron, encore une fois.

Cinq malheur : Beverley honteux, Plumlee fantômatique

Meneur : Patrick Beverley (Los Angeles Clippers)

Sale semaine pour PatBev. Peu en réussite contre Portland (8 points seulement), le meneur des Clippers a complètement disjoncté contre les Suns. 0 point au compteur, et surtout une expulsion logique après une faute grossière sur Chris Paul. Ajoutez à cela une blessure à la main (fracture du 4e métacarpien) lors du même match, et vous obtenez la recette parfaite d’une semaine totalement ratée.

Arrière : Victor Oladipo (Miami Heat)

Pas du tout désiré à Houston, Oladipo y a connu des mois compliqués. Envoyé du côté de Miami, où il voulait de toute façon atterrir, la réussite n’est toujours pas de son côté. Des pourcentages en berne, et surtout une nouvelle blessure dont il aurait bien voulu se passer. Agent-libre l’été prochain, l’ancien Pacer aurait aimé être enfin un peu tranquille. Sur une réception d’un dunk contre les Lakers, il s’est immédiatement tenu le genou et est rentré aux vestiaires. Alors, nouvelle galère pour Oladipo ?

Ailier : Harrison Barnes (Sacramento Kings)

6 défaites en autant de matchs en avril, les Kings ne tournent plus rond. Contre Détroit et Utah, Barnes a été inexistant. Avec 15 points à peine de moyenne, sa dernière semaine diffère clairement de la précédente. Il avait réussi à redonner de l’allant à sa franchise, mais sa récente méforme ne plaide pas en sa faveur du tout. Il a notamment souffert de la comparaison avec Ingram lors de son duel contre les Pelicans.

Ailier-fort : Pascal Siakam (Toronto Raptors)

Encore et toujours à la traine, l’un des précédents candidats au MIP semble clairement marquer le pas. Toronto, 11e seulement, ne fait plus peur à personne, et il en est en partie responsable. Tantôt absent physiquement, tantôt mentalement, le Camerounais va devoir se reprendre, et vite. Ses deux performances à 27 points, contre les Lakers et Chicago, n’ont pu empêcher la défaite des siens. Siakam marque, mais Siakam ne mène plus du tout les siens vers les sommets. Le clou du spectacle ? Ses 16 points et 0 (!) rebond contre les Knicks, ponctués d’une nouvelle défaite.

Pivot : Mason Plumlee (Detroit Pistons)

Le pire bilan à l’Est possède donc le pire pivot de la semaine, et il y a de quoi. Défait contre Denver, Portland et les Clippers, Plumlee n’a pas du tout pesé dans la balance. Il était d’ailleurs absent lors des deux victoires de la semaine contre OKC et Sacramento. Contre Denver, Jokić le mange (seulement 4 points en 20 minutes). Contre Portland, il n’en met que 8, à peine plus (12) contre les Clippers. Sa très faible moyenne au rebond est aussi inquiétante le concernant. Si Detroit ne veut pas sombrer encore un peu plus, il va vite falloir trouver des solutions.

Paul George, chef de file d’un 5 majeur étoilé, a lui réalisé une semaine d’enfer, au point d’être donc récompensé en tant que joueur de la semaine. De l’autre côté de la balance, on y retrouve des joueurs en manque de rythme, de repère, ou minés par les blessures. Quoiqu’il en soit, ces 5 là vont bien devoir se rattraper un jour ou l’autre.

Crédits photo une : @warriors

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire