NBA

NBA : Comment le Utah Jazz devrait aborder l’intersaison

Utah

Le Utah Jazz a une nouvelle fois déçu en post-season et la question d'un renouvellement d'effectif est d'actualité pour la franchise de Rudy Gobert et Donovan Mitchell.

Utah a conservé la même équipe sans changement radical, pensant que les erreurs commises l'an dernier lors de la série contre les LA Clippers ne se répéteraient pas. Mais une série de défaites face à des Dallas Mavericks sans Luka Doncic pour les trois premiers matchs (dont deux défaites) leur a donné tort.

L'intersaison présente maintenant l'une des questions les plus importantes de l'histoire de la franchise. L'Utah envisage-t-il de transférer Donovan Mitchell et Rudy Gobert, ou opte-t-il pour une reconstruction complète et l'échange des deux All-Stars ? Et qu'en est-il de l'avenir du coach Quin Snyder ?

Une équipe en pleine mutation

En mars 2021, le Jazz était sur la bonne voie. Donovan Mitchell, Rudy Gobert et Mike Conley Jr. ont été nommés au match des étoiles, et l'Utah se dirigeait vers le meilleur bilan de la NBA. La santé de la franchise était assurée dans un avenir prévisible. Gobert et Mitchell venaient de signer des prolongations maximales de cinq ans (Conley allait suivre sur un contrat de trois ans), et c'était maintenant au front office du Jazz de continuer à ajouter les bons joueurs autour d'eux.

Ce qui s'est passé, c'est la défaite contre les Clippers sans Kawhi Leonard, et une équipe qui avait gagné 52 matchs a été exposée sur le plan défensif. “C'était une nuit difficile à bien des égards sur le plan défensif, mais je ne voudrais certainement pas tirer de conclusions hâtives”, a déclaré Snyder après le sixième match perdu contre Los Angeles l'année dernière. Au lieu de démanteler son effectif, Utah a décidé de le réduire, d'ajouter les vétérans Rudy Gay et Hassan Whiteside et a pensé que la défaite en playoffs servirait d'expérience d'apprentissage et de motivation.

Cette saison, le Jazz a terminé avec un score respectable de 49 victoires mais a une fois de plus échoué en playoffs. La continuité de l'équipe s'est finalement transformée en échec, mais avec plusieurs signes avant-coureurs en cours de route. Ils ont perdu six matchs alors qu'ils menaient de plus de 10 points dans le quatrième quart-temps (à égalité avec les Knicks pour le plus grand nombre).

L'origine de leurs problèmes est une mauvaise défense périmétrique, qui s'explique par le fait qu'ils se font continuellement battre sur le dribble. Les difficultés de Donovan Mitchell en fin de match n'ont pas aidé. Le Jazz a contesté 83,5 % des tirs à 3 points, le troisième taux le plus bas de la ligue cette saison. L'année dernière, ils se classaient 29e dans cette catégorie.

Mitchell a tiré à 33% de réussite dans les moments décisifs, le troisième plus mauvais pourcentage de réussite parmi les 37 joueurs qui ont tenté 50 tirs dans les cinq dernières minutes du quatrième quart-temps ou de la prolongation avec le score à cinq points près. Il n'a réussi que six de ses 32 tirs à trois points et n'a atteint que 25 % de réussite sur les tirs de plus de trois mètres.

Les déficiences défensives et les difficultés de Mitchell en fin de match ont refait surface au premier tour. Les Mavericks ont effectué le plus grand nombre de tentatives à 3 points (41,6) et étaient deuxièmes pour les tirs à 3 points réussis (15,2). Lors des défaites des matchs 2 et 3, Mitchell a tiré à 25% de réussite dans les cinq dernières minutes du match.

Pour aggraver les choses, l'attaque du Jazz, qui dépendait fortement des tirs à 3 points (il était deuxième pour les tirs et les tentatives pendant la saison régulière), a calé pendant les playoffs. Lors de la défaite contre Dallas, ils ont tenté le troisième plus petit nombre de tirs à 3 points par match parmi les équipes des playoffs (28,8) et se sont classés derniers pour les tirs à 3 points réussis par match (8,0).

Cette intersaison présente maintenant plus de questions que l'année dernière. Il y a un ensemble de travail de deux ans dans la post-saison qui indique un besoin de changement. Mais par où commencer pour le Jazz ? Et les propriétaires sont-ils prêts à dépenser pour une équipe qui a perdu au premier tour ?

Le Jazz récupère onze joueurs et prévoit une fois de plus d'avoir l'une des meilleures masses salariales de la NBA. Leur choix de premier tour 2022 appartient aux Memphis Grizzlies dans le cadre de l'échange de Conley, et un premier protégé 2024 a été envoyé à Oklahoma City pour se débarrasser des 20 millions de dollars dus à Derrick Favors. Un premier tour peut être envoyé au plus tôt en 2026, mais seulement si le premier top 10 du Thunder est transféré en 2024. Au deuxième tour, ils n'ont que trois choix disponibles (2025, 2026 et 2029).

En dehors de Mitchell et Gobert, les contrats négociables sont ceux de Conley, Jordan Clarkson, Royce O'Neale, Rudy Gay et Bojan Bogdanovic. Le reste du roster est composé de Juancho Hernangomez, Jared Butler, Nickeil Alexander-Walker et Udoka Azubuike. Ces cinq joueurs ne faisaient pas partie de la rotation des playoffs, seul Hernangomez ayant eu des minutes significatives.

Le Jazz a la possibilité d'utiliser les 6,3 millions de dollars de l'impôt sur le niveau intermédiaire et les 9,8 millions de dollars de l'exception commerciale, mais cela entraînerait une pénalité financière. Rappelez-vous, Gay a signé la même exception de mi-niveau la saison dernière et n'a pas participé aux playoffs. Si Utah veut remanier son effectif, il pourrait commencer par prendre une décision sur l'avenir de ses All-Stars.

À lire aussi – Philly, et maintenant ?

Donovan Mitchell et Rudy Gobert, un avenir loin d'Utah ?

La rupture de la paire Mitchell-Gobert ne devrait pas être un sujet de conversation étant donné que les deux joueurs viennent de signer des extensions maximales de cinq ans et ne deviendront pas agents libres avant la saison 2025 (les deux ont une option pour 2025-26). Le statut contractuel des deux joueurs et leur impact sur les deux côtés du ballon devraient inciter Utah à construire autour d'eux, et non à dissoudre leur partenariat.

Mitchell sort d'une saison régulière au cours de laquelle il a marqué 25,9 points en moyenne, la deuxième fois de sa carrière qu'il a marqué au moins 25 points en moyenne — les seuls autres joueurs du Jazz à avoir fait cela sont Karl Malone, Adrian Dantley et Pete Maravich. Mais le meneur d'Utah a péché défensivement.  Si Mitchell a du mal à défendre, Gobert est le point d'ancrage du Jazz.

Lorsque Gobert est sur le terrain, l'Utah se classe numéro 1 en efficacité défensive. Quand il n'est pas sur le terrain, ils sont à égalité avec les Lakers de Los Angeles pour la 21e place.  Il est juste de dire que Gobert a été exposé par les tactiques de small-ball des Clippers et des Mavericks dans leurs séries, mais cela a plus à voir avec la mauvaise défense périmétrique de l'Utah.

La force de Gobert en défense se heurte à des failles en attaque. Gobert n'est pas une menace périmétrique et s'appuie fortement sur les opportunités de seconde chance (28,7% de son attaque et le plus grand nombre parmi tous les joueurs) et les lobs (troisième plus grand nombre).

Les points forts de son jeu – les screen assists et les tirs en pick-and-roll – ont été marginalisés dans la série de Dallas. Selon Second Spectrum, Utah a marqué en moyenne 1,04 point par tir direct lorsque Gobert était le passeur en saison régulière. Ce chiffre a chuté à 0,85 point au premier tour. Gobert s'est également classé dans le top 10 des tirs réussis dans le pick-and-roll cette saison, mais n'en a réussi que cinq dans la série de Dallas.

Mitchell et Gobert peuvent-ils coexister ? Si la réponse est oui, alors comment ce roster peut-il s'améliorer ? Et si non, lequel des deux pourrait être transféré par Utah ? Cette question va définir l'intersaison du Jazz.

 

Dernières publications

En haut