NBA

NBA : Philadelphie contraint de payer une grosse amende pour Joel Embiid

La rencontre de NBA entre Philadelphie et Oklahoma du 3 avril dernier a été marquée par une anecdote qui a de quoi faire sourire. Si tous les yeux étaient rivés sur le retour à la compétition de Joel Embiid après deux longs mois d'absence, sa franchise est ressortie de ce match avec une amende salée. Mais pourquoi les Sixers doivent payer une grosse amende après le retour de J.Embiid dans le 5 majeur ?

L'affrontement entre Philadelphie et Oklahoma avait tout du match de saison régulière ordinaire en NBA. Pourtant, il marquait surtout le retour à la compétition de la star des Sixers Joel Embiid. Le MVP de la saison dernière était absent des parquets depuis le 30 janvier en raison d'une blessure au genou. Pour sa reprise, l'homme aux trois nationalités a réalisé une performance plus que correcte mais pas encore dans ses standards (24 points tout de même). Mais surtout, il a pu contribuer à la 41e victoire de son équipe (109-105). Un succès au combien important pour la franchise actuelle 8e de la Conférence Est. Autant dire que la course aux playoffs est toujours aussi haletante.

NBA : Pourquoi les Sixers doivent payer une amende après le retour de Joel Embiid ?

À l'issue de la rencontre, la NBA, la ligue nationale de basket, a sanctionné Philadelphie d'une amende de 100 000 $ (92 000 €). La raison est burlesque pour une équipe professionnelle : Joel Embiid a été enregistré trop tardivement sur la feuille de match. En effet, le numéro 21 a été ajouté une heure avant le début de la partie. Ce qui fait défaut à l'équipe, c'est qu'il était jusqu'alors noté sur la liste des joueurs blessés. Néanmoins, force est de constater que ce gros chèque reste dérisoire au vu des budgets à disposition des différentes franchises. Point positif, Joel Embiid ne s'est pas reblessé ce soir-là.

À lire également : Joel Embiid : Biographie, Statistiques en Carrière, Palmarès

Actuellement en Master à l'ESJ Lille, je m'avère être un adepte du groundhopping à la recherche de grosses ambiances qui ambitionne de parcourir le globe à travers ses stades de foot. Côté maillot, je fus biberonné au chardon nancéien et au coaching de Pablo Correa. J'ai aussi grandi avec le calme d'Arsène Wenger et les tacles de Laurent Koscielny sur Canal. Mais parce qu'il n'y a pas que le football dans la vie, je vibre tout autant à encourager Thibaut Pinot dans son virage, Julia Simon devant L'Equipe, mais aussi Arthur Fils sur Eurosport.

Dernières publications

En haut