Open d'Australie

Novak Djokovic : Pourquoi la nouvelle génération ne peut-elle pas l’arrêter ?

Peu de temps après que Novak Djokovic, 35 ans, ait éliminé un autre joueur beaucoup plus jeune pour remporter un 22e titre du Grand Chelem, on a demandé à son entraîneur Goran Ivanisevic combien de temps le nouveau champion de l'Open d'Australie pourrait rester au plus haut niveau.

Sa réponse a probablement jeté un froid sur le reste du circuit ATP. “Définitivement deux, trois années supplémentaires”, a déclaré Ivanisevic, qui a aidé Djokovic à remporter sept de ses titres majeurs.

“Son niveau est incroyable. Il vient de l'espace. Son cerveau fonctionne différemment”. Djokovic, qui aura 36 ans en mai, a montré toutes les facettes de sa grandeur en battant Stefanos Tsitsipas, 24 ans, lors de la finale de Melbourne dimanche.

Le Serbe a remporté cinq des sept derniers Grands Chelems auxquels il a participé, même si cette victoire est intervenue dans un tournoi où l'adolescent espagnol Carlos Alcaraz – numéro un mondial avant l'événement et nouveau leader de la nouvelle génération – a été écarté sur blessure.

Djokovic

L'aura de Djokovic règne sur les courts

Presque tous les jeunes adversaires parlent avant un match de traiter Djokovic comme n'importe quel autre adversaire – jouer l'homme et non le nom. Mais combien d'entre eux le croient vraiment et ne se laissent pas impressionner ?

Le Grec Tsitsipas a été le dernier des quatre joueurs ayant au moins dix ans de moins que Djokovic à être battu par lui à Melbourne. Au cours des quatre dernières années, Djokovic n'a perdu que cinq des 45 matches qu'il a disputés contre des adversaires âgés de moins de 23 ans.

Au cours de cette période, Djokovic a remporté six de ses sept finales de Grand Chelem contre des joueurs nés dans les années 1990. Le Russe Daniil Medvedev a remporté le seul succès de la jeune génération lors de l'US Open 2021.

Tsitsipas insiste sur le fait que la mainmise de Djokovic sur les jeunes joueurs n'est pas une “malédiction”. “Je ne vois pas cela comme quelque chose d'ennuyeux. C'est très bon pour le sport, d'avoir des concurrents comme lui, d'avoir des champions comme lui”, a déclaré Tsitsipas, qui a perdu ses 10 dernières rencontres avec Djokovic.

Que Tsitsipas pense sincèrement cela est une autre question. S'il le pense, il a l'impression d'être une exception. Il est révélateur que le Russe Andrey Rublev, cinquième tête de série, et l'Américain Tommy Paul – les joueurs que Djokovic a éliminés en quart de finale et en demi-finale de l'Open d'Australie respectivement – aient discuté de la peur que les joueurs ressentent en voyant son nom dans leur partie du tableau.

Rublev, 25 ans, a ri lorsqu'il a déclaré après sa victoire en huitième de finale qu'il aurait souhaité que Djokovic soit dans le camp opposé, mais il n'a pas ri lorsqu'il s'est montré de plus en plus découragé sur la voie d'une défaite en deux sets.

“Beaucoup de joueurs ont beaucoup de respect pour son jeu”, a déclaré Paul, 25 ans, qui a également été battu en trois sets. “Personne n'a vraiment envie de le voir dans sa partie du tableau”.

La mentalité sur le terrain

Lorsque les choses se corsent sur le terrain, Djokovic se donne à fond. C'est particulièrement vrai dans les moments les plus importants des grands matches et c'est l'une des principales raisons pour lesquelles il a remporté 22 des 33 finales de Grand Chelem qu'il a disputées.

Tsitsipas a déclaré que Djokovic, qui a sauvé 23 des 29 balles de break pendant l'Open d'Australie, dont deux sur trois en finale, est un joueur qui “vous pousse à vos limites” sur le court.

“Il est très important pour nous qui voulons arriver à son point un jour. Se faire botter les fesses est certainement une très bonne leçon à chaque fois“, a-t-il déclaré.

“Il a fait de moi un bien meilleur joueur. Il a rendu mon niveau de concentration de plus en plus élevé à chaque fois que j'ai l'occasion de jouer contre lui. Il faut être vraiment impliqué et se consacrer au jeu quand on joue contre lui.”

La technique et la tactique

Tout le monde a un plan de match avant d'affronter Djokovic. L'exécuter contre quelqu'un de son talent est une autre histoire. Comme l'a dit Paul après la demi-finale, Djokovic peut les faire “jouer si mal”.

L'Américain a donné un aperçu de sa tactique et de la façon dont Djokovic a neutralisé ses plans. “Je voulais servir et faire des volées. Je n'ai pas servi et volé une seule fois”, a-t-il déclaré.

“Quand je faisais mon premier service, j'avais l'impression qu'il le retournait vers la ligne de fond. J'étais automatiquement en défense. J'ai voulu faire des amortis. Je n'ai pas eu l'occasion de le faire parce qu'il frappait si profondément. Je voulais changer de rythme avec mon slice. J'ai raté mes trois premiers slices du match. Je me suis dit ‘très bien, je vais commencer à frapper mon revers, je ne tranche pas bien'. Il ne m'a pas laissé faire toutes ces choses à cause de ce qu'il faisait si bien.”

Un physique exceptionnel

Djokovic a longtemps apprécié la nécessité de prendre soin de son corps pour prolonger sa carrière et connaître le succès jusqu'à la trentaine. Il a régulièrement cité le passage à un régime sans gluten il y a plus de dix ans comme une recette de son succès.

Bien qu'il ne se considère pas comme un végétalien, Djokovic évite de manger de la viande, du poisson et d'autres produits d'origine animale. Le yoga et les étirements quotidiens ont joué un rôle clé dans le maintien de l'extraordinaire élasticité dont il fait preuve lorsqu'il court après les balles sur le court.

“La façon dont il prend soin de son corps, la façon dont il aborde tout, la nourriture, c'est incroyable. C'est incroyable, le niveau”, a déclaré Ivanisevic.

L'année dernière, lorsque Djokovic a expliqué les raisons pour lesquelles il ne s'était pas fait vacciner contre le coronavirus, il a déclaré qu'il voulait être “en accord avec son corps autant que possible”. Il a ajouté qu'il avait “toujours été un grand étudiant du bien-être, de la santé, de la nutrition”.

Djokovic : la preuve humaine de la résilience

Le succès s'accompagne d'un examen minutieux et Djokovic se retrouve souvent au centre de drames, qu'ils soient de son fait ou non. L'année dernière, il n'a pas pu défendre son titre à l'Open d'Australie après avoir été expulsé du pays à la suite d'une polémique sur son statut vaccinal Covid-19.

Djokovic avait également été gêné par une blessure aux ischio-jambiers à Melbourne Park, ce qui, selon Ivanisevic, aurait exclu “97 % des autres joueurs”. “Si je remonte le temps il y a deux semaines et demie, je n'aimais pas vraiment mes chances avec la façon dont je me sentais avec ma jambe”, a déclaré Djokovic.

“Ensuite, c'était juste une question de survie de chaque match, en essayant de passer au tour suivant”.

Son père Srdjan a été photographié à l'extérieur de la Rod Laver Arena avec des partisans du président russe Vladimir Poutine, créant une controverse que Djokovic a déclaré ne pas être “agréable” à gérer. Néanmoins, il a réussi à mettre toutes ces distractions derrière lui en égalisant le record de majeurs masculins de Rafael Nadal.

“Cela a demandé une énorme énergie mentale pour rester présent, pour rester concentré, pour prendre les choses au jour le jour”, a déclaré Djokovic. Peu de gens parieraient contre le fait que le numéro un mondial remporte plus de tournois majeurs que n'importe quel autre joueur dans l'histoire du sport, à moins que Tsitsipas, Alcaraz ou le reste de la jeune génération – plus Nadal, 36 ans, qui s'apprête à remporter un 15e titre à Roland-Garros en juin – ne parviennent à l'arrêter.

“Bien sûr, 35 ans, ce n'est pas 25 ans, même si je veux croire que c'est le cas. Mais je sens que j'ai encore du temps devant moi. Nous verrons jusqu'où je pourrai aller”, a déclaré Djokovic.

Coordinateur We Sport FR - Passionné de cyclisme - #TeamPogi

Dernières publications

En haut