Open d’Australie (H) : Insubmersible Novak Djokovic !

0
Novak Djokovic, Open d'Australie, 2020
Novak Djokovic remporte l'Open d'Australie 2020 (twitter @atptour)

Novak Djokovic reste le roi de Melbourne. Mené 2 sets à 1, le Serbe a renversé la situation pour dominer Dominic Thiem au bout de de 5 sets tendus (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4). Il remporte ainsi son 8e Open d’Australie et récupère la place de n°1 mondial au classement ATP.

Il a plié très fort par moments, mais n’a finalement jamais rompu. Au terme d’un match au niveau de jeu fluctuant, Novak Djokovic a réussi à conserver sa couronne. Il domine un Dominic Thiem méritant mais un peu court physiquement en 5 sets et 4 heures de jeu (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4). Longtemps tendu, complètement dépassé dans le 3e set, le Serbe a su se remobiliser dans les 2 dernières manches pour remporter son 8e Open d’Australie, record du tournoi.

Un Djokovic nerveux…

Jamais Djokovic n’avait remporté une finale de Grand Chelem en remontant un retard de 2 sets à 1. Une scénario inédit pour lui, mais qui ne semblait pas prendre cette direction à la fin de la 3e manche. Malgré le gain du 1er acte, le Serbe apparaît très nerveux. A plusieurs reprises, il s’en prend au public, coupable de cris pendant les points. Sa nervosité explose lorsqu’il prend 2 avertissements d’affilée pour dépassement de temps au service, à 4-4 dans le 2e set.

Un premier tournant dans le match, puisqu’il perd dans la foulée les 6 jeux suivants. Mené 4-0 dans le 3e set, Djokovic est méconnaissable. Il multiplie les fautes directes (40 sur les 3 premières manches) et s’expose sur ses seconds services (33% de points gagnés derrière dans les 2e et 3e sets). Le match semble alors complètement échapper au Serbe.

… Avant de redevenir impressionnant

Cependant, à partir de ce moment-là, le match change de dynamique. Ou plutôt l’adversaire que Thiem affronte devient totalement différent. D’un Djokovic nerveux et imprécis, on passe au “Djoker” métronome et monstre de sang-froid. Le Serbe retrouve alors le niveau de jeu impressionnant qu’il a affiché tout au long du tournoi.

Face à un Djokovic qui ne laisse plus rien passe, difficile de s’en sortir sans élever son niveau de jeu. Thiem commence alors à en mettre un peu plus dans ses frappes. Sans succès : trop souvent à la faute, l’Autrichien concède son jeu de service à 4-3 dans le 4e set, puis 1-1 dans le 5e set sans réussir à breaker. Plus frais, plus solide, plus lucide, Djokovic ne sera plus inquiété et finit par s’imposer au bout de 4h de jeu.

Thiem n’a pas à rougir

Comme toujours en finale de l’Open d’Australie, Djokovic s’en est donc sorti. Il n’aura finalement pas manqué grand chose à Thiem pour soulever le trophée. Est-ce la pression de rejoindre la galaxie des vainqueurs de Grand Chelem ? Ou bien les 5h46 de jeu passés sur les courts de plus par rapport au Serbe ? Toujours est-il que l’Autrichien a eu l’ascendant dans ce match, malgré la perte du premier set. Il lui a surement manqué un peu d’expérience, pour éviter de donner des points à sa portée, ou pour la gestion des moments importants. Cette quinzaine reste malgré la défaite très positive pour Thiem, qui pourra s’en inspirer pour les prochaines échéances.

Avec ce 8e titre à Melbourne, Djokovic continue la mainmise du Big 3 sur le Majeurs, vainqueur des 13 derniers Grand Chelem. Il récupère également sa place de n°1 mondial, qu’il avait quitté au lendemain du Masters 1000 de Paris en novembre dernier. Surtout, il se rapproche de Roger Federer et de Rafael Nadal au nombre de Grand Chelem remportés, avec 17 titres. Dans son obsession d’apposer un peu plus sa marque dans l’histoire, ce n’est pas un détail.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here