Overwatch : le Summer Showdown nous a offert du beau spectacle

0
Après le May Melee Tournament, place au Summer Showdown !
Ligue 1

Après le May Melee Tournament qui avait donné lieu à de très beaux matchs, c’est ce weekend que se déroulait le Summer Showdown. C’est ce nouveau format qui a succédé aux finales de stage et qui se déroule en fonction de chaque région, apportant ainsi de la diversité et des affrontements dantesques ! (crédit photo : millenium.org)

Le Summer Showdown : comment ça fonctionne ?

Comme vous le savez peut être, en Overwatch League il y a 20 équipes réparties en deux 2 régions : Asie et Amérique du Nord. Chaque région va donc voir s’affronter les différentes équipes qui la compose. Pour l’Asie, les sept équipes sont directement qualifiées pour les quarts de finale et c’est l’équipe la mieux classée, ici les Guangzhou Charge, qui passe directement en demi-finale. Lors des quarts de finale, les 2e et 3e choisissent leur adversaire. Ensuite, comme dans un tournoi à élimination directe, les vainqueurs montent et les perdants sortent.

Pour ce qui est de la région Amérique du Nord, on a 13 équipes à répartir. Ainsi, Boston Uprising (12e) et Washington Justice (13e) ont dû se départager avant le début du tournoi et c’est l’équipe de la capitale qui l’a emporté. Par la suite, les équipes occupant les 5e, 6e et 7e place choisissent leur adversaire entre le 8e et le 12e. Les quatre premiers sont directement qualifiés en quarts de finale. Comme pour l’Asie, les matchs se jouent en trois cartes remportées, sauf la finale qui se joue en quatre.

Région Asie : le champion dépossédé de sa couronne

Tenante du titre, puisque vainqueur du May Melee Tournament, l’équipe des Shanghai Dragons était attendue de pied ferme. Cependant, avant d’en découdre, il fallait passer les quarts de finale. C’est Séoul qui sera la première équipe à rejoindre les demi-finales en battant 3-1 des London Spitfire timides. De son côté Guangzhou a balayé les Chengdu Hunters 3-0 ; les Hunters qui peinent à reproduire leurs performances habituelles. Et enfin, malgré les arrivées de QOQ et d’Architect, New York Excelsior va également balayer Hangzhou Spark.

Les demi-finales seront à sens unique avec deux 3-0. Shanghai va sortir le grand jeu avec Lip sur Sombra qui aura été impérial et qui permettra aux siens de sortir Séoul Dynasty, bien trop facilement. La deuxième demi-finale opposait Guangzhou à New York et la Grosse Pomme est repartie fanny, puisque corrigée par un Eileen en très grande forme sur son Genji, un pick que l’on voit énormément ces derniers temps.

Pour la finale, on avait donc Shanghai Dragons contre Guangzhou Charge, les deux meilleures équipes de la division asiatique. Et le moins que l’on puisse, c’est que le spectacle était au rendez-vous. Guangzhou a démarré très fort avec un solide 2-0 sur Illios, tout en maîtrise, Happy et Eileen menant la cadence. Hollywood fut beaucoup plus serré entre les deux formations, là encore les duos Ashe-Genji faisant énormément de travail que ce soit Happy-Eileen ou Fleta-Diem, on se rendait coup pour coup. 3-2 pour Guangzhou puis 2-1 sur Anubis, où sur la défense Shu et les siens ont été bien plus en place que Shanghai, voir même ultra agressifs. On était donc à 3-0 pour Guangzhou quand Shanghai a décidé de se réveiller, comme ils l’avaient déjà fait contre Séoul lors du May Melee Tournament.
C’est sur Gibraltar, une map qu’affectionne particulièrement les Dragons, que la révolte va sonner pour la formation chinoise. Le duo Fleta-Lip va particulièrement bien combiner en variant les picks comme Echo, Soldat 76 ou McCree, 3-1 pour Shanghai. Puis 3-2 suite à une victoire sur Busan.

Ce sera finalement sur Blizzard World que Guangzhou va finalement sceller cette rencontre, après avoir eu des sueurs froides. Sur 6 cartes, on aura vu un très haut niveau de jeu, et Guangzhou a été meilleur. Je parlais de Happy-Eileen mais le duo de tank Rio-Cr0ng a été impérial, les concrétions du Sigma de Cr0ng ont toujours été bien combinées avec les Halt! de Rio sur Orisa. Une finale de haut vol mais au résultat logique.

Région Amérique du Nord : le coq sanctifié

Pour les matchs d’accession aux quarts de finale, on aura quatre résultats similaires : quatre 3-1. On pouvait dire au revoir aux Los Angeles Valiant, sortis par une surprenante équipe de Toronto Defiant; Washington Justice sortira les Los Angeles Gladiators, bien trop juste malgré le florilège de talent dans leur équipe (Birdring, Kevster, Space…); les Florida Mayhem, finaliste du May Melee Tournament, seront éliminés par Houston Outlaws et enfin Paris Eternal se débarrassera des Dallas Fuel d’une main de maître.

Dès les quarts de finale, le niveau de jeu va considérablement augmenter. San Francisco ne fera pas dans la dentelle et infligera un sévère 3-0 à Washington. Paris va se faire peur, 3-1, contre des Vancouver Titans qui se mettent enfin en route, notamment avec un Dalton impérial. Philadelphia Fusion sera trop fort pour Houston, 3-0. Enfin, dans un match ultra serré entre Atlanta Reign et Toronto, c’est l’équipe canadienne qui va l’emporter, 3-2, notamment grâce à son duo Logix-Agilities, juste étincelant sur Ashe-Genji; Agilities fut flamboyant sur son pick de cœur et on le sentait de retour à son meilleur niveau, lui qui manquait de temps de jeu.

Cependant, malgré cette belle performance en quart, la demi-finale ne sera pas aussi simple. Toronto va être tout simplement balayé par Philadelphia 3-0 avec un Eqo de retour à son meilleur niveau sur Genji. Le joueur israélien sera l’un des artisans de cette victoire avec, comme à son habitude, Carpe.
Dans l’autre demi-finale, San Francisco affrontait Paris. On a eu le droit à l’un des plus beaux matchs de ce tournoi. Striker fut monstrueux sur sa Tracer avec notamment ce quadruplé à la bombe à impulsion sur Rialto, mais le vrai MVP du match fut sans hésitation Sp9rk1e. Lui et son Genji ont sauvé son équipe plus d’une fois, notamment sur Rialto où il réalise, à son tour, un quadruplé à la lame du dragon pour venir prendre la map et remonter à 2-2 ou encore sur les jardins d’Oasis, où il permettra à son équipe de l’emporter au terme d’une rencontre haletante, 3-2 pour Paris.

(source: @ParisEternal)

Comme on peut le voir sur ces statistiques, Sp9rk1e est nettement au-dessus de Rascal, en tout point. Le flex god de San Francisco est largement dominé par le DPS parisien.

Pour la finale, on avait donc Paris Eternal contre Philadelphia Fusion. Sur Lijiang Tower, il n’y a as vraiment eu d’affrontements, Paris a aligné SoOn et NiCoGDH, pour jouer Symetra et Mei, mais c’est surtout via les boops de FDGoD que Paris l’a facilement emporté, 1-0. King’s Row fut beaucoup plus serré et Eqo va dominer son vis-à-vis sur Genji, 1-1. Volskaya fut à l’avantage de Philadephia, avec là encore un gros travail d’Eqo et Carpe pour venir contenir les assauts parisiens, 1-2. Gibraltar va voir un entrant côté parisien, à savoir NoSmite, le main Winston pour abandonner quelques temps la double shield (Orisa-Sigma) afin de jouer de la Dive (Winston-D.Va). Avec Fielder sur Ana, Sp9rk1e va nous sortir quelques lames du dragon nanoboostées, qui permettront aux parisiens de l’emporter 3-1 et de recoller au score, 2-2.
Népal fut un déroulé pour les parisiens qui ont montré leur supériorité sur les maps de contrôle, avec les entrées de SoOn et de BenBest, qui ont fait beaucoup de bien sur leur rôle respectif. En revanche, Blizzard World fut très dur pour Paris, Philadelphia étant très agressif et contrôlant à la perfection le Genji de Sp9rk1e grâce à Alarm ou à Fury. 3-3 à la fin de cette map, on est allé jusqu’au bout du bout pour cette finale.
Rialto, choisie pour être le lieu de l’affrontement final, fut le théâtre du beau jeu. Alors que l’on pensait que Paris allait l’emporter dès le premier point, Eqo a rappelé à tous les spectateurs pourquoi il était titulaire ce soir, en réalisant un triplé sur le point pour permettre à son équipe d’y croire encore. Mais une fois arrivé devant le deuxième point, Paris a mis fin aux espoirs des Fusion pour finalement remporter ce tournoi au terme de 3h de finale, 4-3.

Paris Eternal et Guangzhou Charge sont nos deux vainqueurs du Summer Showdown 2020. Bien que certains éléments ont été plus mis en avant que d’autres (Sp9rk1e ou Eileen par exemple), il faut également saluer les performances XXL du reste des équipes mais également du coaching staff. En plus d’avoir été un grand rendez-vous d’Overwatch, les fans ont donné de la voix sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où le #FiatLux, fut premier des tendances France, de quoi contredire toutes les personnes parlant de “deadgame”, moi y compris.

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here