Combattez !

Paris Grand-Slam : les françaises sélectionnées

Dans quelques jours se tiendra sur tatamis de l’Accor Hotel Arena, installés pour l’occasion, l’un des plus grands tournois de judo du monde.

Le Paris Grand Slam est le premier des quatre tournois majeurs se tenant avant les Jeux Olympiques de Tokyo en juillet prochain, et fera office pour certains de grande répétition avant l’événement planétaire.

Avant le début de cette compétition, à laquelle Wesportfr sera présent, retour sur les sélectionnées françaises et les chances de médailles.

 

La Sélection féminine

*  : Championne de France en titre, automatiquement qualifiée pour le Paris Grand Slam.

-48kg :

  • Shirine BOUKLI : (Vice-championne d’Europe et du Monde juniors 2019)
  • Mélanie CLEMENT : (5ème aux Championnats du Monde 2019)
  • Marine GILLY * : (5ème aux Championnats d’Europe juniors 2017)
  • Mélodie VAUGARNY : (3ème au Paris Grand Slam 2019)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

Dans cette catégorie des -48kg, Mélanie Clément est la française avec le plus d’expérience à l’international, capable de tenir tête à la championne du Monde en titre Daria Bilodid ou à la jeune japonaise Wakana Koga, 3ème au Grand Chelem d’Osaka 2019.

Mais il faudra aussi compter sur Mélanie Vaugarny, surprenant l’année passée ici même, ou Shirine Boukli lancée dans une très bonne dynamique.

La tache sera plus difficile pour Marine Gilly, mais l’appui du public parisien lui donnera surement des ailes.

-52kg :

Pénélope BONNA : (Championne d’Europe 2011 ; vice-championne de France 2019)

Astride GNETO* : (3ème au Paris Grand Slam 2019 et 2018, 3ème au Master de Qingdao 2019)

Faiza MOKDAR : (Championne d’Europe juniors 2019 et 2018 ; 5ème aux Championnats du Monde juniors 2018)

Anais MOSDIER : (3ème aux Championnats d’Europe juniors 2017, 3ème aux Championnats de France 2019)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

Absente pour une fracture de l’orbite, la n°1 mondiale et favorite dans cette catégorie Amandine Buchard cède sa place à Pénéloppe Bonna. L’expérimentée judokate est parvenue à revenir au plus haut niveau depuis quelques mois et aura très certainement à cœur de remonter sur un podium majeur.

Astride Gneto aura aussi l’opportunité de poursuivre sur sa lancée, elle qui fut médaillée des deux précédentes éditions.

Enfin, les jeunes Faiza Mokdar et Anais Mosdier auront une belle carte à jouer en arrivant libérées et pourraient créer la surprise.

-57kg :

Sarah-Léonie CYSIQUE : (5ème aux Championnats du Monde 2019)

Priscilla GNETO : (Championne d’Europe 2017)

Véronique MANDENG : (Vice-championne de France 2019)

Hélène RECEVEAUX : (3ème aux Championnats du Monde 2017)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

C’est une opposition entre jeunesse et expérience dont l’issue pourrait modifier le titulaire des Jeux. En effet, Sarah-Léonie Cysique semble prendre de plus en plus ses marques chez les séniors comme en témoignent ses performances lors des derniers Championnats du Monde, mais Hélène Receveaux semble déterminée à reconquérir la place de titulaire en vue des Jeux.

Priscilla Gneto sera en embuscade pour tenter de marquer les esprits et remonter sur un podium majeur tandis que Véronique Mandeng découvrira le plus haut niveau international.

-63kg :

Clarisse AGBEGNENOU : (Championne du Monde 2014, 2017, 2018 et 2019)

Agathe DEVITRY* : (Championne d’Europe par équipe juniors 2017)

Yasmine HORLAVILLE : (5ème aux Championnats du Monde juniors 2017)

Cloé YVIN : (Vice-championne de France 2019)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

On peut espérer une médaille sans prendre trop de risque. La quadruple championne du Monde Clarisse Agbegnenou aura certainement à cœur de remporter l’or à Paris, elle qui a connu sa 1ère défaire depuis longtemps en fin d’année dernière.

Hormis donc la fer de lance de l’équipe de France, les sélectionneurs ont fait le pari de la jeunesse et ont décidés de lancer les filles médaillées aux derniers Championnats de France dans le grand bain.

-70kg :

Clémence EME : (3ème aux Championnats du Monde juniors 2017)

Marie-Eve GAHIE : (Championne du Monde 2019)

Melissa HELEINE* : (3ème aux Championnats du Monde juniors 2014)

Margaux PINOT : (3ème aux Championnats du Monde 2019)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

Dans cette catégorie où la France s’est imposée comme reine aux derniers Championnats du Monde, on peut espérer à Paris une finale franco-française entre Marie-Eve Gahie et Margaux Pinot. Pour Clémence Eme et Melissa Heleine, il faudra toutefois sortir les griffes pour réussir à se faire une place dans le carré final.

-78kg :

Vanessa DUREAU : (3ème des Championnats de France 2019)

Madeleine MALONGA : (Championne du Monde 2019)

Fanny-Estelle POSVITE* : (3èmes aux Championnats du Monde 2015)

Audrey TCHEUMEO : (Vice-championne olympique 2016)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

Une autre catégorie où le dossard rouge de champion du monde est sur les épaules d’une française et où donc on peut espérer une médaille. En outre, le duel à distance entre Fanny-Estelle Posvite et Audrey Tcheuméo sera palpitant à suivre, cette dernière étant désireuse de remonter dans la hiérarchie de la catégorie mais s’inclinant face à la première lors de leurs dernières confrontations directes.

Enfin, Vanessa Dureau aura la lourde tâche de se démarquer parmi ces championnes confirmées et de capitaliser sur sa place de 3ème aux derniers Championnats de France.

+78kg :

Romane DICKO : (Championne d’Europe 2018, 1ère au Grand-Prix d’Israël 2020)

Léa FONTAINE : (5ème aux Championnats du Monde juniors 2019, championne d’Europe juniors 2019)

Anne-Fatoumata M’BAIRO : (2ème au Grand Chelem d’Abu Dhabi 2019 et 2018, 7ème aux Championnats du Monde 2017)

Julia TOLOFUA* : (5ème au Grand Chelem d’Osaka 2019, Championne d’Europe juniors 2016)

Ce que l’on peut attendre dans la catégorie :

Beaucoup de jeunesse dans cette dernière catégorie féminine, mais également beaucoup de talent. Ce sera donc l’occasion de combattre sans complexe pour ces filles, mais avec tout de même une petite idée derrière la tête pour viser une place à minima de n°2 en vue du voyage au japon cet été.

Avec toutes ses têtes de série engagées (sauf blessure) et quatre combattantes par catégories (privilège du pays organisateur), l’équipe de France met toutes les chances de son côté pour briller devant son public les 8 et 9 février prochain.

Ce sera le moment de prendre la température des adversaires en ce début d’année mais aussi de gagner sa place pour les prochaines étapes du circuit international qui passeront par l’Allemagne à la fin du mois, ou encore la Russie au printemps, avant de finir au pays du Soleil levant cet été.

 

Crédit image : FFJDA

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Aliquam felis Aenean nec ut elit. sed Praesent at dolor. ultricies