Hors-jeu

« Plus de tolérance pour une lueur d’espoir »

Soutenu par de nombreux sportifs, Mason Ewing veut faire quelque chose de grand pour venir en aide aux enfants maltraités. C’est une rencontre particulière que nous avons fait aujourd’hui. Mason Ewing, producteur, réalisateur, scénariste et créateur de mode est à la tête de la société Mason Ewing Corporation. Sa particularité ? Il est le premier créateur de mode malvoyant au monde.

Soutenu par de nombreux sportifs, Mason Ewing veut faire quelque chose de grand pour venir en aide aux enfants maltraités. C’est une rencontre particulière que nous avons fait aujourd’hui. Mason Ewing, producteur, réalisateur, scénariste et créateur de mode est à la tête de la société Mason Ewing Corporation. Sa particularité ? Il est le premier créateur de mode malvoyant au monde.

Tu es né à Douala au Cameroun en 1982 et depuis, ton parcours est plus qu’atypique. Peux-tu m’en dire plus sur ton enfance ?

J’ai eu 37 ans cette année, je suis camerounais de ma mère et américain de mon père. J’ai perdu très jeune ma mère et je suis arrivé en France à l’âge de 6 ans où j’ai été confié à mon oncle et ma tante. J’ai eu une enfance difficile, maltraité par ma famille jusqu’à mes 14 ans (âge où j’ai perdu la vue suite à un coma lié aux brutalités que l’on m’a infligées). J’ai été ensuite placé dans différents foyers jusqu’à mes 19 ans mais là, l’ASE me met à la rue. Devenu SDF, je me suis retrouvé au samu social où j’ai subit des attouchements sexuels.

Aujourd’hui, tu es à la tête de Mason Ewing Corporation, une société qui comporte plusieurs branches dont deux fondamentales : Madison Color et SOS Madison International. Quel est le but de SOS Madison International ?

Le but de SOS Madison International est de venir en aide aux enfants maltraités, aux personnes handicapées et aux jeunes en situation précaire qui se retrouvent à la rue. Aucun enfant ne devrait être confronté à de telles situations.

En 2004, tu décides de lancer ta ligne de vêtement, Madison Color avec comme logo le « Bébé Madison ». Expliques-nous ta démarche.

La marque Madison Color occupe une place majeure pour la société Mason Ewing Corporation. En effet elle va permettre de récolter des fonds pour la fondation SOS Madison International mais surtout mettre en avant l’association et les valeurs qu’elle prône. Cette marque va amener une prise de conscience et plus de tolérance face aux personnes handicapées et malvoyantes.

Pour l’histoire, j’ai décidé de créer cette marque en 2001, alors que j’étais encore en situation précaire. C’est en 2004 que j’ai finalisé le logo, le “Bébé Madison” qui représente la tolérance, l’innocence et la pureté. Un enfant ne juge pas. C’est également à cette époque que j’ai fait le choix d’intégrer du braille sur chaque t-shirt afin de sensibiliser les gens à cette écriture et la mettre en avant. D’ailleurs, la marque Madison Color est à la recherche d’investisseurs pour l’aider à se développer.

On peut voir sur tes réseaux sociaux que beaucoup de personnalités, et plus particulièrement des sportifs, soutiennent ta démarche et ta marque de vêtements. En es-tu fier ?

Oui, j’en suis très fier. Il faut savoir que contrairement à beaucoup d’idées reçues, les sportifs sont extrêmement généreux et concernés par les actions de ce genre. D’ailleurs, les sportifs ont été les premiers vers lesquels je me suis tourné. Eux aussi, dans leur quotidien sont victimes du racisme et de multiples injustices. Le football notamment est très touché par cela et c’est pour ces raisons que j’ai commencé par là. Des événements vont être organisés pour donner de la visibilité à la marque et ainsi permettre de récolter des fonds pour la fondation.
J’ai récemment rencontré l’effectif de Monaco, principalement grâce à Bachir Nehar et Louis Ducruet. Falcao m’a offert un maillot et l’effectif un ballon qui seront revendus aux enchères pour aider SOS Madison International.
Dans la même idée, je serai à Lyon très prochainement pour rencontrer Gérald Baticle, la fondation OL et les joueurs.
Bruno Bellone, Jérémy Nzeulie (SIG Basket), Didier Roustan, Luis Ferrer et Emmanuel Petit me soutiennent également. D’autres aussi. C’est génial.

Quelles sont tes ambitions ? Où sera Bébé Madison dans 10 ans ?

Dans 10 ans, Bébé Madison sera une marque avec une force connue et reconnue de tous et permettra de sensibiliser un maximum de personne et de faire grandir l’association. Toutes les personnes intéressées pour nous soutenir sont d’ailleurs les bienvenues et peuvent me contacter sur notre site Internet.

Je te laisse le mot de la fin.

J’aimerais parler du cécifoot (football réservé aux personnes malvoyantes). SOS Madison International soutient cette discipline en permettant aux personnes malvoyantes de pratiquer leur passion. Je supporte ce domaine mais tous les sports doivent être soutenus pour permettre à chacun, valide ou handicapé, d’accéder à leur passion. Il faut aider financièrement ces clubs qui manquent de soutiens et qui pourtant font un travail formidable.
Par exemple, notre chaîne télé WakaTV souhaite diffuser les jeux paralympiques. Ils ne sont pas retransmis partout et c’est dommage. Aujourd’hui, les gens se disent que demain tout ira bien. Mais personne n’est à l’abri de devenir handicapé et il faut que chacun en soit conscient

https://youtu.be/KoeUJQKixEU

LinkedIn : www.linkedin.com/in/mason-ewing-0ba52a121/
Facebook : www.facebook.com/Mason-Ewing
Instagram : @masonewingofficial

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
felis sem, pulvinar vel, Praesent mattis elementum