Formule 1

Pourquoi l’implication de l’Arabie saoudite dans le sport est-elle controversée ?

Arabie saoudite

Le septuple champion du monde de Formule 1 britannique Lewis Hamilton a réitéré son appel à l'Arabie saoudite pour qu'elle améliore son bilan en matière de droits de l'homme, à la veille du deuxième grand prix de l'histoire du pays.

Le royaume du Golfe est l'un des États accusés d'investir dans le sport et d'utiliser des événements très médiatisés pour “laver sa réputation” dans d'autres parties du monde. Le club de Premier League Newcastle a été racheté l'année dernière par un groupe dirigé par le fonds souverain d'Arabie saoudite, ce qui a suscité des inquiétudes similaires.

Le Fonds d'investissement public saoudien (PIF), qui a fourni 80 % des fonds pour la transaction, a donné à la Premier League des “assurances juridiquement contraignantes” qu'il était géré séparément de l'État. De nombreux supporters de Newcastle ont salué la reprise, mais les critiques ont condamné l'accord comme “un coup extrêmement dur pour les défenseurs des droits de l'homme”.

Hamilton dit qu'il n'est pas à l'aise de courir dans le pays mais que ce n'est pas la “responsabilité” du pilote de savoir où courir, mais qu'il a le “devoir” de sensibiliser les gens.

Le recours à la peine de mort en Arabie Saoudite

L'Arabie saoudite fait partie des pays qui procèdent au plus grand nombre d'exécutions. En mars, elle a exécuté 81 hommes en une seule journée, soit plus que pendant toute l'année dernière. Ils avaient été reconnus coupables de “multiples crimes odieux”, notamment de terrorisme, d'enlèvement et de viol, selon l'agence de presse nationale SPA.

L'association de défense des droits de l'homme Reprieve a déclaré que 16 autres exécutions avaient eu lieu depuis lors soit 108 au total depuis le début de l'année. Les organisations de défense des droits de l'homme affirment que de nombreuses personnes ne bénéficient pas de procès équitables en Arabie saoudite, une allégation que le gouvernement rejette.

Hamilton a également évoqué le cas d'Abdullah al-Howaiti, qui a été arrêté en 2017 à l'âge de 14 ans et condamné à mort à 17 ans. Sa famille a écrit à Hamilton pour lui demander d'intervenir.

Le meurtre d'un journaliste 

La réputation internationale de l'Arabie saoudite a été gravement entachée par le meurtre en 2018 de Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien basé aux États-Unis qui était un éminent critique du gouvernement.

Agnès Callamard, experte des droits de l'homme nommée par l'ONU, a déclaré que des agents saoudiens avaient “utilisé des moyens d'État pour exécuter M. Khashoggi” dans son consulat d'Istanbul. Le dirigeant de facto de l'Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed bin Salman, et d'autres hauts responsables ont été incriminés. Bien que le prince héritier ait nié toute implication, sa réputation a été fortement ternie.

Après que le Fonds d'investissement public du royaume a été autorisé à acheter une participation de 80 % dans Newcastle United, la fiancée de M. Khashoggi, Hatice Cengiz, a qualifié cette prise de contrôle de “déchirante”.

Emprisonnement de militants des droits de la femme

En 2018, les autorités saoudiennes ont arrêté 13 militantes des droits des femmes qui avaient mené une campagne pour lever l'interdiction faite aux femmes de conduire. Au moins quatre d'entre elles auraient été torturées et harcelées sexuellement par des interrogateurs.

En 2020, un tribunal antiterroriste a déclaré la militante la plus en vue, Loujain al Hathloul, coupable de crimes contre l'État. Après que la sentence initiale a été confirmée en appel, Lynn Maalouf, d'Amnesty International, a déclaré : “En n'annulant pas la condamnation de Loujain al Hathloul, les autorités saoudiennes ont clairement démontré qu'elles considèrent le militantisme pacifique comme un crime.”

Répression des intellectuels, des religieux et des réformateurs

Les militants des droits des femmes n'ont pas été les seules personnes détenues dans le cadre de la répression des critiques en Arabie saoudite, où les partis politiques, les syndicats et les groupes indépendants de défense des droits humains sont interdits.

Des dizaines de défenseurs des droits humains, d'intellectuels, d'universitaires, de religieux et de réformateurs ont également été arrêtés depuis 2017, simplement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, selon des organisations internationales de défense des droits humains.

Nombre d'entre eux ont fait l'objet de procès manifestement inéquitables, selon Amnesty International, pour de vagues accusations de terrorisme et de cybercriminalité, et ont été condamnés à de lourdes peines, dont la peine de mort.

Quelques jours avant le rachat de Newcastle United, un tribunal a confirmé la condamnation à 20 ans de prison d'un travailleur humanitaire saoudien, Abdul Rahman al Sadhan, pour avoir écrit des tweets satiriques critiquant les autorités.

La guerre dévastatrice au Yémen causée par l'Arabie Saoudite

L'Arabie saoudite a été vivement critiquée pour une campagne militaire au Yémen voisin qui a provoqué une catastrophe humanitaire.

Une coalition dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue en 2015 après que les rebelles yéménites ont pris le contrôle d'une grande partie de l'ouest du pays et ont contraint le président à fuir à l'étranger. Plus de 100 000 personnes auraient été tuées dans les combats.

Des dizaines de milliers de personnes seraient également mortes de causes indirectes, comme le manque de nourriture, de services de santé et d'infrastructures. Le blocus partiel imposé par la coalition a entravé les efforts visant à aider les 20 millions de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire.

Les experts des Nations unies estiment que les deux parties au conflit pourraient avoir commis des crimes de guerre, bien que la coalition ait insisté sur le fait qu'elle respecte les règles de la guerre.

Juste avant la séance d'essais de Formule 1 de vendredi – le Grand Prix d'Arabie saoudite du week-end devant avoir lieu le dimanche 27 mars – les rebelles houthis du Yémen ont revendiqué la responsabilité d'une attaque au missile contre un dépôt pétrolier situé à environ dix kilomètres du circuit de Jeddah, selon l'Associated Press.

Punition des relations homosexuelles

Bien que l'Arabie saoudite n'ait pas de lois concernant l'orientation sexuelle ou l'identité de genre, les relations sexuelles hors mariage, y compris les rapports homosexuels, sont strictement interdites.

Selon l'interprétation que fait le pays de la loi islamique, la peine de mort est une sanction possible pour les comportements sexuels entre personnes de même sexe. Il est également illégal pour les hommes de “se comporter comme des femmes” ou de porter des vêtements féminins, et vice versa.

Une loi anti-cybercriminalité criminalise les activités en ligne qui vont à l'encontre de l'ordre public et de la morale religieuse. En juillet 2020, un tribunal a condamné un blogueur yéménite à 10 mois de prison puis à l'expulsion pour avoir publié une vidéo appelant à l'égalité des droits, notamment pour les homosexuels.

Dernières publications

En haut