Auto/Moto

Quartararo en quête d’un deuxième titre : mission quasi impossible

Ce dimanche, la saison 2022 de MotoGP va se clôre sur le circuit Ricardo Tormo de Valence. A l’aube de ce dernier rendez-vous de la saison, Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) fait office de favori pour devenir champion du monde. Avec 258 points, l’Italien compte 23 unités d’avance sur son dauphin Fabio Quartararo. Mathématiquement toujours en lice, le pilote Yamaha aura besoin d’un miracle pour conserver son titre.

 

Qu’il semble loin ce 5 juin 2022. Ce jour-là, Fabio Quartararo venait de remporter le Grand Prix de Catalogne avec une aisance digne des grands champions. Seul au monde en piste, le Français voyait son rival Italien relégué à 81 points du leader du championnat. Si les observateurs le pensaient déjà hors du coup au classement général, Francesco Bagnaia se voulait optimiste. Pecco savait que la saison était encore très longue et que tout pouvait arriver. Bien lui en a pris car aujourd’hui, à l’approche de la finale de l’exercice 2022, c’est bien le pilote Ducati qui se présente en leader du championnat avec 23 points d’avance sur son dauphin tricolore. S’il a encore des chances de conserver son titre, Fabio Quartararo sait que son destin n’est plus entre ses mains. El Diablo a en plus contre lui plusieurs facteurs qui ne jouent pas en sa faveur.

 

Une forme actuelle peu rassurante

Avec sa 3e position en Malaisie, il y a deux semaines, Fabio Quartararo a mis fin à une série de cinq courses sans podium. Une éternité pour le champion du monde en titre qui n’avait jamais enchaîné trois Grands Prix sans monter sur la boîte en 2022. Peu à l’aise dans des conditions humides ou sur certains tracés, le tricolore a aussi dû faire face aux limites de sa Yamaha M1 sur des circuits taillés pour des Ducati. Le N°20 n’a plus gagné depuis le 19 juin dernier lors du GP d’Allemagne, un manque cruel de victoires qui explique aussi sa deuxième place au championnat avant le dernier rendez-vous à Valence. A contrario, Francesco Bagnaia peut capitaliser sur ses huit podiums en neuf courses, dont cinq victoires, ce qui le place dans la meilleure des positions au moment de conclure la saison. 

 

Seul face à la meute des Ducati

Depuis le début de la saison, Fabio Quartararo se bat face à Francesco Bagnaia pour le titre mais l’Italien profite de l’aide des sept autres pilotes équipés d’une moto Ducati. Son coéquipier dans le team officiel Jack Miller, les deux Pramac de Jorge Martin et Johann Zarco, Luca Marini et Marco Bezzecchi chez Mooney VR46 Team, Enea Bastianini et Fabio Di Giannantonio de Gresini Racing sont des atouts pour Pecco dans sa quête de la couronne mondiale. Si les dirigeants des équipes avouent qu’il n’y pas de consigne entre eux, hormis celle de ne pas prendre tous les risques dans les batailles en piste, depuis plusieurs courses Bagnaia peut s’appuyer sur ses “coéquipiers”. Quinze ans après le titre de Casey Stoner, Ducati ne veut absolument pas laisser passer cette occasion en or d’en décrocher un deuxième. Si la firme italienne est souvent passée proche du graal, notamment avec Andrea Dovizioso, les Rouges n’ont jamais été aussi bien placés pour enfin le décrocher. Ainsi, il ne serait pas étonnant de voir un tir groupé de Ducati dimanche en piste pour mener Francesco Bagnaia “tranquillement” jusqu’au drapeau à damiers. 

Face à cette armada, Fabio Quartararo risque d’être esseulé même si Franco Morbidelli a montré de belles choses en Malaisie avec une 7e place en qualifications. Cal Crutchlow et Darryn Binder, de l’équipe satellite Yamaha RNF Racing, ont aussi du mal à peser dans la balance. Seul contre tous ou presque, le champion 2021 devra créer l’exploit pour renverser toutes les motos italiennes.

 

Le circuit de Valence peu propice au rêve

Sur la papier, ce n’est pas la piste favorite de Fabio Quartararo. En sept courses, toutes catégories confondues, le Français n’a terminé qu’une fois sur le podium, deuxième en 2019. L’année suivante, il avait définitivement perdu le titre face à Joan Mir en chutant dès le début du Grand Prix. L’an passé, déjà titré en arrivant sur l’asphalte espagnol, El Diablo s’était classé cinquième mais ce sont surtout trois Ducati qui avaient verrouillé le podium avec en prime une victoire pour… Francesco Bagnaia. Autant dire que si la situation était déjà très confortable pour l’Italien, il peut aussi compter sur un tracé qui l’avantage sérieusement.

 

Victoire impérative pour être couronné

S’il veut conserver son titre, Fabio Quartararo doit impérativement remporter la course. Avec 23 points de débours sur le leader, le Français est dans l’obligation d’inscrire les 25 unités promises au vainqueur pour lui passer devant. Dans le même temps, il doit espérer que Francesco Bagnaia termine 15e et ne marque qu’un point ou abandonne la course pour rester derrière son rival.

L’espoir est infime mais tant qu’il y en a, le pilote Yamaha doit y croire. Surtout que son adversaire transalpin est connu pour craquer sous la pression. Si le pilote Ducati avoue avoir beaucoup travaillé sur le plan mental, il va se retrouver pour la première fois dans la situation de décrocher un titre mondial. Une pression inédite qui pourrait très bien lui faire commettre des erreurs. Chuter alors qu’il avait course quasiment gagnée, Pecco l’a déjà fait et ce sont ces points perdus qui permettent au Niçois d’être toujours en course au championnat. Dernier exemple en date en Malaise lors du dernier week-end de course où dans son ultime tour rapide lors des qualifications, l’Italien est allé à terre alors qu’il n’avait que le neuvième chrono. Heureusement pour lui, l’Azuréen n’avait pas réussi à faire mieux que douzième sur la feuille des temps. Cela reste néanmoins une preuve que le pilote Ducati n’est pas complètement serein. 

Au contraire, le Français connaît cette pression du champion pour l’avoir vécu en 2021. S’il parvient à pousser à la faute son concurrent direct et dominer le reste du peloton alors le miracle pourrait avoir lieu sur le circuit Ricardo Tormo de Valence. Ce dimanche, Fabio Quartararo devra se transformer en Tom Cruise pour lui aussi remplir sa mission impossible.


Dernières publications

En haut