Quarterback, le symbole de l’Amérique traditionaliste

0
Credit photo: USA Today
Ligue 1

WeSport s’est penché sur un sujet un peu sensible propre au football américain : la place du quarterback de couleur dans un sport considéré comme traditionnel. De Marlin Briscoe à Lamar Jackson, on va essayer de comprendre les problèmes qui peuvent toucher ceux que Cam Newton définit comme des “quarterblacks”.

 

 

Si le basket est le sport préféré des minorités vivant aux États-Unis, c’est un peu moins le cas du foot US. Le football américain est plutôt considéré comme le sport de l’Amérique « traditionnelle » ! C’est, par exemple, le sport roi en Alabama, Texas ou Caroline. Des états qui ne sont pas forcément à la pointe de la modernité sur les questions raciales.

Le poste de quarterback est le symbole du côté traditionaliste de ce sport. Si aujourd’hui 70% des joueurs évoluant en NFL sont noirs, le poste de quarterback reste la chasse gardée des blancs. À ce poste qui est de loin le plus prestigieux, 79% des joueurs de la grande ligue sont blancs.

 

Un cliché à la peau dure

Le poste de quarterback est un des postes les plus mythiques du sport US. C’est un poste à part qui demande beaucoup de responsabilité et d’intelligence. Dans un pays où la ségrégation a été abolie dans les années 1960, c’est donc un poste que l’on imagine difficilement confié à un joueur noir… C’était même interdit au début des années 1900 ! Évidemment les choses ont évolué, même si une grande majorité des quarterbacks évoluant en NFL sont blancs. Le peu de quarterbacks d’origine afro-américaine qui ont réussi en NFL ont quasiment toujours été stigmatisés. Ils ne sont pas vraiment considérés d’égal à égal avec leurs homologues blancs.

Pour faire simple, et en exagérant un peu, le quarterback blanc à l’image d’un quarterback tacticien donc intelligent. C’est un quarterback sobre qui lance depuis sa poche. On pense évidemment à Peyton Manning, Tom Brady, Drew Brees qui évoluent à l’heure actuelle en NFL. Ce schéma s’applique également aux anciennes légendes comme Brett Favre, Dan Marino ou encore Joe Montana.

Quarterback double menace, un terme péjoratif ?

Pour le quarterback noir, l’essentiel est de savoir courir. C’est de toute façon un joueur fantasque qui doit compenser son manque de rigueur par son physique ! Lamar Jackson, Michael Vick, Cam Newton, Colin Kaepernick, Russell WIlson ou même Deshaun Watson sont considérés avant tout comme des athlètes plutôt que comme des purs quarterbacks.

Cam Newton et Deshaun Watson, deux quarterbacks engagés sur ce sujet (crédit photo: Clutchpoints)

Patrick Mahomes est l’exception qui confirme la règle. Considéré comme un quarterback classique malgré ses origines afro-américaines, le quarterback des Chiefs, MVP en 2018 et vainqueur du dernier Superbowl échappe à ce cliché.

Il y a quelques années, Cam Newton a utilisé le terme de « Quarterblack » pour définir ce cliché du quarterback coureur. En College Football et en NFL, un quarterback capable de courir est  un quarterback « double menace ». Par exagération, on associe souvent ce terme de « double menace » aux quarterbacks de couleur. Deshaun Watson a d’ailleurs refusé d’être mis dans cette catégorie pour cesser d’alimenter ce cliché et faire évoluer les mentalités.

 

 

Un peu d’histoire

Si les clichés restent théoriques et donc contestables, les choses sont différentes pour les chiffres. Difficile de contester des données chiffrées et concernant les quarterbacks de couleur en NFL, les données sont édifiantes…

Rien à signaler avant 1968…

Alors que la NFL fêtait ses 100 ans la saison dernière, il a fallu attendre la fin des années 60 pour voir un quarterback noir occuper ce poste prestigieux.  C’est Marlin Briscoe qui eu « le privilège » de devenir le premier quarterback de couleur à être titulaire en NFL. C’était avec les Broncos de Denver. Pourtant son équipe souhaitait le faire jouer cornerback à ses débuts. Il a insisté et le 6 octobre 1968, suite à la blessure du quarterback titulaire, il entra définitivement dans l’histoire ! Pourtant auteur d’une superbe saison qui lui valut le titre de rookie de l’année, les Broncos ne comptaient pas sur lui. Transféré à Buffalo puis à Miami (avec qui il gagna deux Superbowls), Marlin Briscoe a effectué une superbe carrière… mais au poste de receveur !

Marlin Briscoe à jamais le premier! (Credit photo: Unomaha)

Si Marlin Briscoe restera le pionnier, James Harris est considéré comme le premier quarterback de couleur réellement titulaire. Il commence sa carrière à Buffalo en 1969. Drafté au 8e tour par les Bills, il sera titulaire dès le début de la saison. Transféré chez les Rams après trois saisons à Buffalo, il s’accroche à son poste malgré de nombreuses menaces. Il deviendra le premier quarterback de couleur à disputer le Pro Bowl et également le premier à gagner un match de playoffs.

D’autres quarterbacks ont évolué en NFL durant les années 70. Il faudra cependant attendre 1984 pour voir un autre quarterback noir marquer l’histoire. Malgré un exil forcé dans la ligue canadienne à ses débuts, Warren Moon a réussi à se faire un nom en NFL. Avec près de 15 saisons et plus de 200 matchs au compteur, il a notamment marqué l’histoire des Oilers de Houston. Neuf fois pro-bowlers, il est devenu le 1er quarterback de couleur à être intronisé au Hall of fame en 2006 !

 

 Plus de visibilité mais peu de bagues !

Bien que largement minoritaire, les quarterbacks d’origine afro-américaine sont de plus en plus nombreux à évoluer en NFL.  Si il a fallu attendre 2003 et le regretté Steve McNair pour voir un quarterback noir devenir MVP, tout s’est accéléré ces dernières années. Cam Newton (2015), Pat Mahomes (2018) et Lamar Jackson (2019) sont la preuve que les choses sont en train de changer !

MVP en 2018, Patrick Mahomes a remporté le titre avec Kansas City cette saison. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, il n’est que le troisième quarterback de couleur a remporté Trophée Lombardi. C’est Doug Williams qui a remporté pour la première fois un Superbowl en 1988 avec les Redskins de Washington. Il a même été élu MVP de cette rencontre. 26 ans plus tard, Russell Wilson a également inscrit son nom au palmarès du précieux Trophée Lombardi.

D’autres quarterbacks n’ont pas eu la même chance mais ils ont au moins participé à cette grande finale. Entre 1999 et 2015, quatre quarterbacks de couleur (Steve McNair, Donovan McNabb, Colin Kaepernick et Cam Newton) ont disputé et perdu un Superbowl.

Trois vainqueurs et quatre perdants, le ratio est très faible alors qu’on disputait cette année le 54e Superbowl. 108 quarterbacks ont donc eu l’occasion de disputer le match le plus important de la saison NFL.  Sur 108, on trouve donc seulement sept quarterbacks de couleur, soit moins de 7%…

 

 

Lamar Jackson fait taire les critiques

Cette saison a été l’avènement de Lamar Jackson. Son début de carrière a pourtant prouvé que ce problème « de quarterblack » était bel et bien d’actualité. Vainqueur du Heisman Trophy en 2016 avec Louisville, Lamar Jackson avait des statistiques loin d’être ridicule à la passe. Ce sont pourtant ses qualités physiques qui ont été mises en lumière avant la draft. Beaucoup de spécialistes doutaient de sa capacité à devenir un bon quarterback en NFL. On lui conseillait même de se reconvertir en receveur. 

Not bad for a running-back !

Pour aller à l’encontre de ses clichés, Lamar Jackson a même refusé de participer au test de vitesse lors du draft combine. Il a préféré se concentrer sur les ateliers dédiés au quarterback afin de ne pas alimenter les spéculations ! Sélectionné en 32 positions par les Ravens de Baltimore, il n’est que le 5e quarterback de cette draft 2018…

Lamar Jackson, le Michael Vick 2.0 (credit photo: Mock Draft HQ)

Ce sont plutôt ses jambes qui ont parlé au début sa carrière en NFL l’an dernier. Il a surtout utilisé ses qualités physiques pour être performant lors de la demi-saison jouée avec Baltimore. Après un rapide et brillant apprentissage, il est revenu en début de saison 2019 avec la ferme intention de démontrer qu’il était un vrai quarterback. S’il a certes battu le record de yard au sol pour un quarterback (1206 yards), il est le joueur qui a lancé le plus de touchdown avec 36 unités ! Petit détail, il a également été élu MVP de la saison. « Not bad for a running-back ».

Pendant ce temps, Josh Allen quarterback puissant mais « maladroit », a été choisi en 7ème position de la même draft par les Bills (soit 23 places devant le tout frais MVP). Bizarrement, personne ne lui a demandé de changer de poste pour jouer tight-end ou linebacker…

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here