Esport

Quel impact la signature de Rekkles avec la Karmine Corp peut-elle avoir sur la structure et la LFL ?

Rekkles Karmine Corp

Considéré encore aujourd’hui comme l’un des meilleurs AD Carry d’Europe mais devenu indésirable chez G2 Esports, équipe qu’il avait rejoint fin 2020, Martin « Rekkles » Larsson a fait un choix fort en rejoignant la Karmine Corp, structure française du deuxième échelon européen. Recrutement le plus improbable de l’intersaison, impensable il y a encore un an lorsque Kamel « Kameto » Kébir et Amine « Prime » Merki avaient lancé la structure, il laisse entrevoir une entrée dans une nouvelle dimension pour eux et pour la LFL, ligue dans laquelle évolue la nouvelle équipe du Suédois. Analyse d’une signature qui pourrait propulser ces deux entités encore plus haut que ce à quoi elles semblent aspirer depuis l’an dernier.

C’est un mariage fou que tout le monde espérait mais auquel personne ne voulait croire. L’an dernier, lors de son passage sur le divan de DFG pour son émission Quoi de neuf docteur ?, le CEO de la KCorp ironisait déjà à ce sujet. À la question « J’hérite de beaucoup d’argent, je ? », ce dernier avait en effet répondu : « J’achète Rekkles. ». Si ses finances n’ont sûrement pas connu un important coup de boost comme dans cet hypothétique futur, qui aurait cru qu’une année plus tard cette boutade deviendrait réalité ?

Une ligue déjà attrayante et une décision réfléchie

Avant de s’intéresser à ce que l’ancienne icône de Fnatic peut apporter, il est intéressant de rappeler que cette signature est issue d’un concours de circonstances et d’un choix finalement assez peu aléatoire. Il y a pile un an, le 23 novembre 2020, G2 Esports réalisait le mouvement le plus hype de l’intersaison en attirant Rekkles dans ses filets, l’arrachant ainsi à son ancienne équipe, Fnatic, rival historique de la structure fondée par Carlos « ocelote » Rodrìguez. Malheureusement, cette union tournera au divorce après seulement une année de vie commune, la faute à une saison compliquée pour l’équipe espagnole, sans-titre en 2021 et absente des Worlds pour la première fois de son histoire. G2 a alors pris la décision radicale de placer son adc star sur un marché des transferts rapidement bouché sur la position, une situation qui limita rapidement les options du Suédois au plus haut échelon européen, le LEC (League of Legends European Championship), et qui fit chuter sa cote et son prix. Dans une impasse, la situation fut finalement débloquée par la Karmine Corp, meilleure équipe européenne hors-LEC en 2021, qui profita de l’occasion pour frapper un grand coup. Si, de prime abord, ce choix peut s’apparenter être une régression, cela semble finalement être le choix le plus judicieux pour plusieurs raisons.

Depuis sa création en 2019, la LFL s’affirme comme l’une des références en ERL (European Regional Leagues, 2e échelon européen). Affichant une compétitivité et un niveau élevé, en atteste ses quatre équipes victorieuses aux European Masters en huit éditions de l’évènement, La Ligue Française de League of Legends est même considérée depuis l’an dernier comme une sorte d’antichambre officieuse du LEC, comme en atteste la venue de nombreux joueurs passés par cette ligue en France. Ainsi, barré par une jeunesse flamboyante à son poste dans la meilleure ligue d’Europe, Martin « Rekkles » Larsson s’est donc rabattu sur la compétition qui lui offre le plus de chance de rebondir en un temps record. En affrontant des joueurs également passés par le LEC ou aspirant à ce niveau d’excellence, le Suédois maximise sa visibilité tout en se laissant la chance de prouver sa valeur face à des joueurs de talent.

Rejoindre la LFL sonnait donc presque comme une évidence une fois les options LEC ou LCS (League of Legends Championship Series, ligue nord-américaine) abandonnées, surtout dans une structure comme la Karmine Corp. Créée l’an dernier par le streameur Kameto et l’ancien youtubeur Prime, l’équipe s’est affirmée en seulement quelques mois comme l’une des plus solides d’Europe, remportant deux fois les EU Masters et le Spring Split en LFL, mais aussi en se classant deuxième au Summer et lors de la Grande Finale à Monaco. Ainsi, Rekkles se donne la possibilité d’évoluer dans ce qui est à la meilleure équipe de la meilleure ligue européenne hors-LEC, et le joueur lui-même l’a bien compris. En effet, ce dernier aurait lui-même été à l’origine du début des discussions entre les deux camps, comme l’a révélé le CEO de la KCorp mardi dernier lors de son passage dans l’émission Popcorn : « Il faut savoir que c’est lui qui est venu voir la KCorp ! […] Il s’est renseigné pour savoir ce qu’il se passait chez nous. ». Une prise de contact qui a changé les plans pour les doubles champions d’Europe*, la possibilité d’avoir le Suédois dans la roster étant trop belle pour ne pas être discutée.

* D’après plusieurs sources, la Karmine Corp avait trouvé un accord verbal avec l’AD Carry norvégien Jakob « Jackspektra » Kepple avant de revenir sur sa position pour ouvrir la porte à une arrivée de Rekkles.

Une image de marque vêtue de bleu

Pour la Karmine Corp, l’arrivée de Rekkles au sein du lineup sur League of Legends laisse entrevoir des avantages aussi bien sportifs que médiatiques et économiques. D’un point de vue sportif, la signature du Suédois permet avant tout de compenser la vague de départ d’une partie de l’effectif. En amont de sa venue, la structure avait annoncé la fin de sa collaboration avec le support Raphaël « Targamas » Crabbé, le jungler Jakub « Cinkrof » Rokicki et l’adc Matthew « xMatty » Coombs, tous pressentis pour évoluer en LEC en 2021 (G2 pour le premier, BDS pour les deux autres ?). Si la signature de Rekkles ne compense numériquement que le départ de l’adc anglais, elle a le mérite de montrer que la KCorp nourrit des ambitions toujours plus grandes. En effet, compter une légende européenne – un titre auquel Rekkles peut largement prétendre – dans ses rangs montre une envie de faire au moins aussi bien que cette saison et laisse entrevoir de grandes ambitions pour les années à venir. Vraisemblablement signé pour deux ans, la star suédoise semble vouloir s’engager durablement dans un projet où l’ambition à peine cachée est de rejoindre le LEC le plus vite possible – possiblement à l’horizon 2023. Compter Martin Larsson dans ses rangs est ainsi une façon de d’ores et déjà légitimer cette future candidature, mais aussi de frapper fort sur le plan médiatique. Un domaine où la structure avait déjà énormément de poids.

En à peine un an, la Karmine Corp peut se targuer d’avoir l’une des – voire là – fanbase la plus large d’Europe. Boostée par la figure de son CEO Kamel « Kameto » Kébir, déjà très populaire avant de se lancer dans l’esport, elle rassemble plusieurs milliers de personnes lors de chacune de ses rencontres. Mieux, l’engouement qu’elle génère permet de battre des records. En effet, toutes les rencontres qu’elle disputait amenait énormément de personnes sur les lives de Kameto ou d’OTP (One Trick Production), diffuseur officiel de la LFL et des European Masters en France, comme en atteste les pics de viewers qu’elle a provoqué (194 979 lors du clasico contre Solary au Spring en LFL, 377 531 face BT Excel en finale des EU Masters Spring). La KCorp sait attirer les foules, et cela devrait donc encore s’accroître avec la venue de Rekkles. Très apprécié par la communauté, en atteste ses plus 568 000 followers sur Twitter, il attirera de nouveaux fans, faisant grandir un peu plus un Blue Wall – surnom donné aux supporters de la Karmine Corp – qui était déjà important. Une exposition gagnant-gagnant entre la structure et le joueur, qui semblent déjà se rendre mutuellement les bénéfices que chacun apporte à l’autre (depuis l’annonce de sa signature la semaine dernière, le joueur a gagné plus de 30 000 followers sur Twitter).

Au-delà de l’impact médiatique, cette signature déjà historique pourrait booster les finances de la Karmine Corp, pour le présent et le futur. Déjà réputée pour sa propension à sortir des maillots spéciaux, notamment après ses victoires aux European Masters, et à voir ses produits dérivés s’écluser de manière satisfaisante, la KCorp pourrait s’attendre à voir ces diverses ventes connaître une croissance exponentielle. Le nom de Rekkles fait vendre, et les maillots floqués à son nom devraient s’arracher à une vitesse folle lorsqu’ils seront commercialisés. Plus que la vente directe d’éléments estampillés au nom de sa nouvelle recrue, la Karmine Corp pourra tirer partie du starpower du Suédois pour attirer de nouveaux sponsors. Représenter la structure pour représenter indirectement le joueur reste une idée aguicheuse, qui semble pouvoir garnir les caisses et le budget de l’équipe. L’investissement pour faire venir Martin Larsson fut apparemment colossal – on parle d’un buyout à un million d’euros avec un contrat d’également un million d’euros sur deux ans –, surtout pour une équipe d’ERL, mais le retour sur ledit investissement a tout pour être bénéfique pour la structure. High risks, high rewards pour l’équipe et aussi pour la ligue ?

Des retombées économiques et médiatiques attendues

Comme pour la Karmine Corp, l’arrivée de Rekkles dans l’Hexagone ne semble pouvoir être que bénéfique pour La Ligue Française de League of Legends. Tout d’abord, la signature du Suédois confirme une tendance qui ne fait que grandir au cours de cet intersaison : la LFL est la ligue régionale la plus compétitive d’Europe. En se rendant à l’évidence qu’il allait devoir redescendre d’un échelon pour pouvoir jouer en 2022, Martin « Rekkles » Larsson a immédiatement tourné son attention vers la France, et non vers l’Espagne ou l’Allemagne, deux autres places fortes de LoL en Europe. Affichant un niveau de jeu élevé depuis sa création et même étincelant en 2021, la LFL donne envie et voir un joueur comme Rekkles rejoindre ses rangs renforce la légitimité pour le futur d’une ligue qui devrait voir d’autres pointures (Crownshot, CodySun ou encore Jeskla sont annoncés dans le championnat français pour l’exercice à venir) évoluer en son sein la saison prochaine.

Qui dit de plus grands noms, parmi lesquels évidemment Rekkles, dit également plus d’exposition à l’international. Ce boost – théorique – d’intérêt pour une ligue déjà très bien exposée en France pourrait avoir plusieurs conséquences, parmi lesquelles une nouvelle hausse du nombre de viewers. Plus de spectateurs venant de pays non-francophones serait d’ailleurs une des raisons qui pousseraient actuellement OTP, le diffuseur officiel de la compétition sur Twitch, à considérer sérieusement la mise en place d’un broadcast (table des commentateurs) anglophone pour s’ouvrir vers un nouveau marché. Pour se recentrer sur Martin Larsson, a.k.a Rekkles, son image est – comme évoqué précédemment – vendeuse et la possibilité pour des fans internationaux de suivre les parties du joueur dans une langue qu’ils maîtrisent influerait forcément sur leur propension à regarder assidûment le championnat français.

Une hausse du viewership, de l’exposition, de la compétitivité et de l’engouement profiterait aussi à la LFL d’un point de vue financier. Avoir des images de marque, comme le sera Rekkles, dans son championnat attire des sponsors, et au même titre que la Karmine Corp, sa future équipe, la ligue devrait en tirer partie. Plus qu’un joueur esport, Martin Larsson est une figure, un symbole et une image. Au même titre qu’un Faker, mais à une échelle différente, il est LE joueur le plus connu d’Europe et rattacher son nom au Sudéois séduit assurément les sponsors et autres investisseurs. Dans un monde en pleine évolution où tout va très vite, avoir des liquidités permettrait au championnat d’encore mieux se structurer et de reverser plus d’argent à ses structures. Ces dernières seraient ainsi plus à même de se pérenniser au plus au niveau, d’améliorer leurs infrastructures et leur roster – en offrant notamment de meilleurs salaires* – et, par conséquent, de se montrer plus compétitives. Une sorte de cercle vertueux pour tous les participants de la LFL, qui ne peuvent que se réjouir du recrutement de stars comme Rekkles. Jusqu’à ce que ce dernier n’efface ce sourire visible sur le visage de ses futurs concurrents directs en les faisant souffrir sur la faille de l’invocateur.

* Selon les propos de Gilius, joueur de Schalke 04 en LEC en 2021, il aurait reçu entre les deux splits au moins une offre d’une équipe LFL avec un salaire supérieur à ce à quoi il aurait pu prétendre au plus haut niveau européen. Une tendance qui pourrait donc se confirmer très prochainement.

Plus qu’un coup sportif, la signature de Martin « Rekkles » Larsson avec la Karmine Corp est une action qui pourrait bénéficier à tout l’écosystème du League of Legends français. Sur tous les aspects, médiatique et économique notamment, la structure et la ligue dans laquelle elle évolue devraient ainsi tirer partie d’un recrutement qui relevait plus de la fiction que de la réalité il y a encore quelques mois.

Crédit image en une : Karmine Corp – Twitter

Dernières publications
To Top