NBA

Qui sortira du playin à l’est ?

Alors que la bataille fait rage en tête de la conférence Est pour savoir qui aura l’avantage du terrain, la lutte s’intensifie également entre la 7ème et la 10ème place, synonyme de playin. On connaît déjà les 4 équipes qui y participeront, à savoir les Cleveland Cavaliers, les Brooklyn Nets, les Hawks d’Atlanta et les Charlotte Hornets. Le combat s’annonce indécis tant ces quatre équipes semblent aussi imprévisibles.

Deux victoires et demie. Voilà ce qui sépare à l’heure actuelle Cleveland, 7eme et premier qualifié pour le playin, de Charlotte, 10eme et le moins bien classé de tous. Pris en sandwich, Brooklyn et Atlanta tentent tant bien que mal de sauver une saison jusqu’alors bien terne. Mais il faudra quoi qu’il arrive en passer par le playin. A quelle position ? Là résident toutes les interrogations. Car difficile à l’heure actuelle de déterminer qui terminera à l’une des deux dernières places qualificatives pour la post-season.

Brooklyn, le talent pur

Sur le papier, les Nets semblent être les mieux armés. KD marche sur l’eau cette saison (29.9pts, 7.4rbds, 6.2asts) et, dans un bon jour, personne ne semble en mesure de l’arrêter. La saison de Brooklyn a pris un autre tournant la semaine dernière avec l’annonce du maire de New-York, autorisant toutes personnes, même non vaccinées, à pratiquer dans une enceinte de la ville. Ce qui signifie que Kyrie peut jouer à domicile ! Et là, ça change tout. Car en sa présence, les Nets ne sont plus tout à fait les mêmes et disposent d’une puissance de frappe a en faire pâlir plus d’un. Il n’y a qu’à voir ses cartons cette saison alors qu’il n’a pu que jouer par intermittence (32pts, 8rbds, 7asts contre les Warriors, 38pts contre les Bucks, 50pts contre les Hornets, 60pts contre Orlando, 43 contre Memphis, 42 contre Housont pour ne citer que ceux-là!). Avec l’ajout, des Drummond, Seth Curry et autre Dragic, et si la franchise réussit à relancer par séquences des Aldrige ou autre Griffin, Brooklyn ne sera pas bon à prendre au premier tour des playoffs, c’est une certitude. De là à aller plus loin? Difficile à dire tant l’état des deux superstars conditionnera la suite de la saison. Mais les New-yorkais devraient terminer 7 ou 8ème et donc avoir 2 chances (en cas de défaite lors du premier match) pour atteindre les playoffs. Largement dans leurs cordes.

Atlanta et la forme du moment

Même à l’heure actuelle, leur saison ressemble à un cuisant échec. Un finaliste de conférence, 4ème de saison régulière l’an passé et qui n’est pas capable de finir dans les 6 premiers, cela reste une déception. Alors oui, les Hawks ont commencé à enclencher la marche avant, sous l’impulsion d’un Trae Young phénoménal (28.3pts, 9.7asts).  Oui, ils restent sur 11 victoires lors des 15 derniers matchs, ce qui leur permettra d’arriver en playin en grande pompe. Mais attention tout de même, car Atlanta est très dépendant de la forme de ses shooteurs. En l’absence de Collins, et avec un Capela toujours sous utilisé, bien que plus impliqué ces derniers temps (22pts et 15rbds contre Indiana, 19pts et 13rbds contre les Warriors, 17pts et 15rbds contre Charlotte), il faudra des Gallinari, Bogdanovic et autres Huerter au rendez-vous. Les hommes de Nate McMillan en ont largement les moyens, d’autant qu’ils disposent de l’un des meilleurs game changer de la ligue. Même s’il faudra sans doute passer par deux grosses prestations consécutives.

Des Cavs en roue libre

L’équipe la moins en forme des quatre. Après un début de saison tonitruant, les Cavaliers ont longtemps navigué dans le top quatre de la conférence, avant de totalement s’écrouler. Et il y avait de quoi. Après l’absence de Sexton pour la totalité ou presque de la saison, Cleveland a du faire face à la cascade de blessures qui a touché tour à tour Garland, Allen ou encore Mobley. La raquette semble bien dépourvue alors que se profile les matchs couperets. Si Allen devrait être forfait, il y a encore un petit espoir de retrouver à temps celui qui est à la lutte pour le trophée de Rookie of the Year. Si les champions 2016 ne s'effondrent pas, ils auront alors deux matchs pour essayer de décrocher une place en playoffs. Mais en l’état actuel, rien ne dit que cela sera suffisant. Avec 16 défaites sur les 24 derniers matchs, le momentum n’est clairement pas de leur côté.

Les Hornets, le point d’interrogation

L’équipe la plus illisible du quatuor. La moins régulière, mais sans doute pas la moins talentueuse. LaMelo Ball, Miles Bridges (en course pour le titre de MIP), Gordon Hayward.. sans compter les Terry Rozier ou autre Kelly Oubre. Longtemps à la lutte pour le top 6, la franchise de Michael Jordan a payé cher l’énième absence sur blessure d’Hayward. Les Hornets ont alors enchaîné les défaites, dégringolant au classement. Fort heureusement, Knicks et Wizards n’ont pas été plus réguliers. Du coup, il faudra sans doute passer par deux victoires en playin pour espérer voir plus loin. Si les ajouts intelligents de Montrezl Harrell ou Isaiah Thomas peuvent vraiment apporter quelque chose sur des matchs couperets, Charlotte a plutôt intérêt à jouer comme à son habitude : à 1000 à l’heure. Dans un bon jour, quand LaMelo régale et que des Oubre ou Rozier mettent tout dedans, la franchise de Caroline du Nord peut faire tomber n’importe qui. En revanche quand elle n’est pas impliquée à fond défensivement .. il faudra beaucoup de travail et un brin de réussite pour atteindre les playoffs. James Borego a matière pour réaliser quelque chose de beau. Pour cela, il faudra que ses jeunes frelons se sentent impliqués et appliqués.

La lutte s’annonce infernale pour les deux derniers strapontins à l’Est. Si sur le papier, Brooklyn semble avoir les faveurs des pronostics, rien n’est fait, et chaque équipe jouera crânement sa chance. Palpitante fin de saison en perspective !

Crédit photo: SportTV

Dernières publications

En haut