Roland-Garros : ce qu’il faut retenir de l’édition 2020

0
Crédit photo : Le Progrès
Ligue 1

Roland-Garros s’est achevé avec les victoires finales de Rafael Nadal et Iga Swiatek. Le spleen post Grand Chelem vient habiter nos cœurs de fans de tennis aujourd’hui, alors revenons ensemble sur ce qui a marqué cette édition 2020.

Une édition totalement inédite

Cette édition 2020 de Roland-Garros devait déjà être inédite avec son nouveau toit et ses courts éclairés, une grande première pour le tournoi parisien. Mais la crise sanitaire liée au Covid-19 a poussé les organisateurs à devoir reporter le tournoi en automne pour la première fois de son histoire. Une situation inédite qui a bouleversé l’organisation du majeur parisien.
Froid, vent, pluie, mais aussi protocole sanitaire strict et jauge de spectateurs ultra réduite, on était loin de la chaleur de la Floride cette année à Roland-Garros…

Deux vainqueurs qui ont survolé le tournoi

Le point commun entre Rafael Nadal et Iga Swiatek ? Ils ont tous les deux remporté le tournoi sans avoir concédé un seul set durant la quinzaine. Une première dans l’ère Open.

Sujet pourtant à de multiples interrogations à cause des conditions de jeu, Rafael Nadal a une nouvelle fois marqué l’histoire du tournoi. L’Espagnol a glané son treizième Roland-Garros (et son vingtième Grand Chelem) cette année. Si le monde est sujet à de multiples évolutions ces derniers mois, il y a en revanche une chose qui ne change pas : Rafael Nadal est le maître absolu de Roland-Garros. Et ce n’est pas une épidémie, ni un tournoi automnal, ni le froid, ni de nouvelles balles qui viendront détrôner l’Espagnol Porte d’Auteuil.

Iga Swiatek est en revanche la petite surprise du tableau féminin. A 19 ans, la jeune Polonaise a remporté son premier titre en carrière à Roland-Garros. Et en patronne ! Aucun set concédé, une moyenne de quatre jeux perdus par match et en bonus le scalp de Simona Halep, la grande favorite, en huitièmes de finale. Un exploit majuscule, qui a dévoilé au grand public une joueuse attachante.

La sensation Hugo Gaston

Il est la sensation de cette édition 2020 de Roland-Garros. Hugo Gaston a marqué le cœur des Français avec sa victoire sur Stan Wawrinka et son match de mutant face à Dominic Thiem. La wild-card française n’était pas vraiment (voire pas du tout) attendue sur ce Roland-Garros ; mais le jeune Toulousain, classé à la 239e place mondiale au début du tournoi, est venu bousculer cette édition automnale. Le Tricolore s’est incliné en huitièmes de finale au terme d’un combat incroyable contre le numéro trois mondial Dominic Thiem. Mené deux sets à rien, Hugo Gaston a usé de toute sa panoplie technique pour pousser l’Autrichien dans un match en cinq sets. Il s’est finalement incliné aux portes des quarts de finale, mais Hugo Gaston a régalé la France avec son jeu et son mental de guerrier.

Pas mal pour sa première participation à Roland-Garros, non ?

Les Bleues au rendez-vous

Fiona Ferro, la nouvelle patronne

Ne parlons pas du tableau masculin qui reste très décevant sur cette édition 2020. Il faut en revanche se tourner du côté des filles pour trouver de belles performances dans ce Roland-Garros 2020.

Commençons par le beau parcours de la nouvelle numéro une française Fiona Ferro. La vainqueure du tournoi de Palerme n’avait plus perdu un seul match depuis la reprise avant de débuter ce Roland-Garros. Mais une blessure à la côte l’a écartée des courts après son titre en Italie. La jeune Tricolore abordait donc le Grand Chelem parisien forte d’un bagage rempli de victoires mais diminuée par une blessure et une préparation physique abrégée.
Si elle a gagné son premier match sans trop capter l’attention autour d’elle, c’est bien lors de son match du second tour que Fiona Ferro a enflammé les chaumières. Et pour cause, “Fiofio” a crée la sensation en éliminant en trois sets Elena Rybakina, une des outsiders au titre et joueuse très solide cette année. La Tricolore s’est finalement inclinée en huitièmes de finale face à Sofia Kenin, future finaliste du tournoi. Mais ce qu’elle a montré sur ce Roland-Garros a tout de prometteur pour la suite de sa carrière. Elle endosse aujourd’hui le statut de numéro une Française. Une juste récompense vu la progression et le niveau de jeu produit par Fiona cette année.

La grinta de Caroline Garcia

Notons également le beau parcours de Caroline Garcia. On savait la Lyonnaise en meilleure forme depuis sa belle performance à l’US Open où elle avait éliminé la tête de série numéro une Karolina Pliskova. Mais la Tricolore devait faire face à Anett Kontaveit au premier tour. Un tirage loin d’être évident pour Caroline qui avait perdu contre l’Estonienne quelques jours plus tôt au premier tour de Rome. Mais la grinta revenue dans l’attitude de la Française lui a permis de passer ce premier match après une belle bataille en trois sets. Elle enchaîne ensuite avec une victoire solide sur Aliaksandra Sasnovich, bien que diminuée par une blessure au genou, avant d’éliminer la solide Elise Mertens au troisième tour. De retour en huitièmes de finale d’un Grand Chelem, Caroline Garcia passe totalement à côté de son match contre Elina Svitolina mais confirme sa bonne forme depuis la reprise de la compétition.

Kristina Mladenovic titrée en double

Rien n’est facile en simple pour Kristina Mladenovic depuis la reprise de la compétition. Et ce n’est pas à Roland-Garros que “Kiki” a pu reprendre confiance en elle. Éliminée au premier tour du tableau de simple après un point litigieux sur balle de set contre Laura Siegemund, le Française a néanmoins pu reprendre confiance en double après sa disqualification de l’US Open.


Avec son amie et partenaire Timea Babos, Kristina Mladenovic a remporté son troisième Roland-Garros.
Il s’agit du deuxième Roland-Garros d’affilée pour la paire franco-hongroise, mais aussi leur quatrième titre du Grand Chelem ensemble.
Malgré de nombreuses désillusions en simple, “Kiki” est incontestablement une leader du double dames. Elle compte au total cinq Grand Chelem dans la discipline.

La relève tricolore est là ! 

À l’instar d’Hugo Gaston, Clara Burel a elle aussi marqué ce Roland-Garros 2020. La jeune Bretonne n’en finit plus de progresser. Alors qu’elle inscrivait sa première victoire sur le circuit principal à Strasbourg quelques jours auparavant, Clara Burel a continué sa belle progression à Paris. Pour sa première participation à Roland-Garros, Clara Burel a passé trois tours avant de s’incliner avec les honneurs aux portes des huitièmes contre Shuai Zhang.

 

Elle vient succéder à Kristina Mladenovic qui avait remporté le titre porte d’Auteuil en 2009. Elsa Jacquemot, 17 ans, est la championne de Roland-Garros dans la catégorie Junior. Tête de série numéro trois, la jeune Tricolore pourtant mal embarquée dans sa finale, a renversé Alina Charaeva pour s’offrir son premier titre chez les juniors en Grand Chelem.

Le tennis tricolore a un bel avenir devant lui !

Soulignons également les adieux de Pauline Parmentier. À 34 ans, la vétérane a tiré sa révérence à Roland-Garros. “Paupau” quitte le circuit avec quatre titres WTA et une Fed Cup à son palmarès. Mais nul doute que la Tricolore ne restera jamais bien loin des courts de tennis.

On attendait une édition triste et froide. Mais malgré un public limité et la fraîcheur automnale, l’édition 2020 de Roland-Garros a mis un peu (beaucoup) de chaleur dans le cœur des fans de tennis. Des matchs épiques et la découverte de nouvelles pépites ont fait la réussite de ce Roland-Garros pourtant si particulier.
On termine sur une bonne nouvelle ? Le Grand Chelem parisien est de retour dans moins de 8 mois ! 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here