ATP

Roland-Garros : Quand Dominic Thiem doit laisser sa place en conférence de presse à Serena Williams

Éliminée hier au 3ème tour de Roland-Garros, Serena Williams a encore fait parler d’elle. Non pas pour sa défaite, mais tout simplement pour avoir fait virer Dominic Thiem qui était en pleine conférence de presse. La raison ? L’Américaine n’a pas eu la patience d’attendre son tour. 

Dominic Thiem viré de conférence de presse pour laisser place à Serena Williams ! 

Mauvaise perdante ou caprice de star, on vous laissera en juger… Toujours est-il qu’après son match perdu face à Sofia Kenin qui s’est terminé vers 20h30, Serena Williams pressée d’en finir, n’a pas voulu attendre qu’une salle de presse se libère pour accorder ses réactions aux journalistes. A deux doigts de quitter le complexe si on ne lui répond pas favorablement à sa demande, l’organisation a dû prendre une décision surprenante pour palier au caprice de la star.

Aucune salle n’étant libre pour accueillir la championne aux 23 Grand Chelem, c’est bien Dominic Thiem, le finaliste de l’an dernier, qui a été sommé d’interrompre sa conférence de presse pour laisser place à l’Américaine. Sans comprendre pourquoi, l’Autrichien quitte les lieux sans broncher, avant d’apprendre la réelle explication qui l’a poussé à interrompre ses interviews.

Furieux, Dominic Thiem n’a pas caché sa colère

Relégué dans une autre salle de presse qui s’est libérée entre temps, Dominic Thiem n’a pas caché (à juste titre) son mécontentement.

L’Autrichien a par ailleurs finit par quitter les lieux sans avoir répondu aux questions des journalistes.

« Je ne comprends pas, sérieusement. Franchement, qu’est-ce qu’il se passe ? C’est une blague ! Je dois quitter la pièce parce qu’elle arrive. Je pars aussi alors je ne vais pas rester là, je fais aussi ce que je veux. »

Une polémique dont l’organisation de Roland-Garros se serait sans doutes bien passée. Mais toujours est-il que l’on est en droit de se demander pourquoi le staff du tournoi a réagi de la sorte. Car même si l’on s’appelle Serena Wlliams et que l’on a 23 Grand Chelem, le moindre des respects est d’attendre son tour…

Crédit photo en une : Le Parisien

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
nec id, felis nunc ipsum Aenean eleifend sem, risus.