Sunderland: Envers et contre tous

Amis fans de séries, amis fans de ballon rond, amis fans de foot anglais, voici une série à ne pas manquer ! Sortie le 14 décembre 2018 sur Netflix, la série-documentaire “Sunderland ‘Til I die” nous présente parfaitement ce qu’est la culture anglaise à travers le prisme du football. La première saison en huit épisodes se concentre sur l’exercice 2017/2018 du club mythique de Sunderland fraîchement relégué en Championship. Entre les confessions d’un directeur sportif désabusé, la passion dévorante qui habite les habitants de la ville et des images de matchs que les amateurs de foot devraient apprécier, la série fait mouche en nous embarquant dans une aventure haletante faite de hauts et surtout de bas.

(NewsLocker)

Un choix de réalisation cohérent

A la fin de la saison 2016/2017, le club de Sunderland, alors entrainé par David Moyes, est relégué en Championship après dix années passées en Premier League. Un drame pour cette équipe du Nord-Est de l’Angleterre qui a une des plus grandes communautés de fans du pays. Mais au lieu d’uniquement suivre l’équipe au jour le jour faisant de la série un documentaire purement sportif, les réalisateurs ont décidé de recueillir les témoignages et expériences de tous les acteurs du club. On passe très facilement des confessions budgétaires du propriétaire du club à la déception chronique de certains supporters qui n’ont raté aucun match à domicile ou à l’extérieur sur les deux-cents derniers joués. Il y a donc un panel assez large d’intervenants ce qui permet au spectateur de s’immiscer au sein de ce club mythique.

D’ailleurs, il est important de souligner le fait que les caméras de Netflix aient pu filmer des scènes qu’il est très rare de voir dans ce monde du football pas très transparent, comme des signatures de joueurs avortées ou bien une altercation entre un supporter et le coach Chris Coleman. Mais ce qui ressort avant toute chose après avoir vu les huit épisodes, c’est bien la passion incommensurable qu’ont les habitants de la ville pour ce club. Une multitude de scènes insolites mais parfois très touchantes apparaissent dans la série. Ces hommes ou femmes d’une cinquantaine d’années aux tatouages en hommage aux plus grands joueurs de l’histoire du club, ceux qui décident de se faire enterrer avec leur maillot blanc à rayures rouges (ou rouges à rayures blanches), tous ne vivent que pour une seule chose : Sunderland AFC.

 

(Sports Illustrated)

Découverte ou redécouverte d’une culture

Cette passion démesurée pour « un simple club de football » permet à la série de faire découvrir aux spectateurs une région et une culture que tout le monde ne connait pas de l’autre côté de la Manche. Lorsque l’on s’intéresse quelque peu à la civilisation britannique, on apprend qu’il y a une division forte entre le Sud-Est (Londres et ses alentours) et le reste de la Grande Bretagne, que ce soit politiquement, économiquement mais aussi culturellement. Grâce à ce documentaire (parfois un peu romancé), l’écart saute aux yeux. Historiquement, le Nord de l’Angleterre était une région industrielle (Liverpool et Manchester) et Sunderland était le plus grand port de construction navale au monde. Mais les temps ont changé et tous ces emplois ouvriers ont disparu rendant la vie dans cette région très difficile.

La ville doit donc se rattacher à une entité qui rassemble, rend heureux ses habitants et leur donne un peu d’espoir, et cette entité c’est le football. Il n’y a pas de doute, cette série est la meilleure représentation du football britannique dans la culture ; tous ces working class men (gens de la classe ouvrière) qui n’attendent que le weekend pour se retrouver dans les pubs et trinquer à la santé de leur club, tous ces abonnés qui payent de grandes sommes pour assister à tous les matchs de leur équipe (y compris les déplacements), tous ces hommes et femmes qui se rassemblent à l’église et prient pour que leur club retrouve un jour l’élite du football anglais, la Premier League. Ce sont ces gens souvent mis de côté ou moqués qui font du le football anglais le plus beau football du monde.

 

Peut être pas la série qui vous remontera le plus le moral, mais une série dépaysante et émouvante en particulier pour les fans de foot. Netflix a annoncé qu’une deuxième saison était en préparation pour la saison 2018/2019. Et au vu des résultats actuels du club en League One, nul doute que la saison 2 sera un peu plus optimiste. Seul bémol : il faudra attendre presque un an…

Crédit photo de Une: whatculture.com

@TheoPutavy

A propos de l'auteur

Chelsea, OM, Giants, Equipe de France: oui j'aime le bleu. Passionné de sport, je passe tout mon temps libre à regarder du foot (surtout la Premier League), la NFL et le cyclisme. A part ça je suis accessoirement étudiant en L2 de LEMA (Lettres Edition Médias Audiovisuel)-Anglais à la Sorbonne.

Poster un commentaire

Donec justo pulvinar elit. consequat. neque. sit ipsum odio risus venenatis