Tel père, tels fils !

Très souvent tout dépend de quels parents et d’où avons-nous vu le jour pour avoir sa route inévitablement tracée.

Nés à Craon (Mayenne) d’un père passionné par les chevaux de course, Fabien et Clément Lefebvre sont devenus tous deux… jockeys!

 

 

 

Le patriarche

 

Passionné par les chevaux de course, Nicolas Lefebvre est venu à eux, via l’amateurisme. Après avoir monté en plat et en Cross- Country en tant que Gentleman Riders, il se tourne rapidement vers l’entrainement.

Devenu permis d’entraîner, Nicolas se fait plaisir avec Bonheur de Grain en gagnant un steeple sur l’hippodrome de la Roche Posay. Ce jour-là, devinez le jockey… Clément le plus jeune des deux fils.

Atlantic Royal est également l’un de ses bons souvenirs, au même titre que lors de toutes les sorties de ses chevaux. Peu importe la performance, l’important est de participer pour un VRAI amateur passionné.

 

 

Les deux fils 

 

Après avoir monté des courses de poneys (où ils excellaient) Fabien Lefebvre et Clément deviennent rapidement jockeys.

Si Fabien est devenu jockey professionnel par la voie de l’apprentissage, il n’en est pas de même pour Clément qui suit les traces du Pater en commençant sa carrière comme amateur dans les courses d’obstacles.

Puis après avoir gagné une multitude de courses en tant que gentleman, Clément saute la barrière et obtient sa licence pro.

Clément Lefebvre fait désormais partie des meilleurs jockeys d’obstacle en France.

Clément vient d’obtenir sa licence d’entraîneur à 24 ans !!!!

 

 

 

Un long déplacement

 

10 heures du matin: après avoir monté sur les pistes de Chantilly quelques lots pour sa compagne Carla 0’Halloran, entraîneur à Gouvieux, Fabien grimpe dans son Audi afin de rejoindre l’hippodrome de Montignac-Charentes. http://www.montignac-charente.fr/tourisme.html

Pas loin de 500 km sépare les deux points.

Un arrêt frugal très rapide sur le bord de l’autoroute sera son unique halte.

 

La ligne droite de l'hippodrome de Montignac-Charentes

                                 La ligne droite du charmant hippodrome de Montignac-Charentes

 

Aussitôt arrivé après six heures de route, Fabien se décontracte quelque peu avant d’aller faire un tour de la piste à pied afin de repérer les pièges.

Cinq heures de l’après-midi, direction les boxes afin de discuter et de voir l’état des trois montes que le jockey doit honorer.

Tout va bien, Fabien retrouve son Père, Nicolas ainsi que les entourages des possibles futurs lauréats.

 

Et d’une

 

Au contact des chevaux, Fabien oublie vite la fatigue du voyage. Il le faut car déjà les chevaux sont appelés pour la première course.

 

String Quartet et Fabien Lefebvre

                                                String Quartet et Fabien Lefebvre

 

Une petite pouliche entraînée par Madame Levesque, nommée String Quartet attend sur la piste son jockey.

 

18 h: c’est parti. Quatre minutes plus tard, la fille d’Authorized ne peut mieux faire que troisième. Personne ne semble déçu.

 

18h30, c’est l’heure du départ de la deuxième course. Clément Lefebvre présente un certain, Graf Spee.

Après avoir fini 4e sur l’hippodrome de Sillé le Guillaume, https://wesportfr.com/sille-le-guillaume-no-stress/ l’entourage cette fois-ci s’attend à finir dans les deux premiers.

Les copropriétaires sont là. Il ne faut pas se ‘trouer’…

 

                                                      Graf Spee est accueilli par Romane Glemas.

 

Graf Spee est magnifique lors de la présentation au public. Vite en bonne position le poulain se détache dans le dernier tournant en compagnie de Fire Gari. Fabien demande alors à son cheval dans les derniers cent mètres un dernier effort. Graf Spee l’emporte facilement.

Ça c’est fait !

 

Remise des Prix après la victoire de Graf Spee

                                     Remise de cadeaux à Madame et Monsieur Ménard copropriétaire de Graf Spee

 

Au retour aux balances, l’entourage est ivre de joie comme s’ils avaient gagné un Groupe à Longchamp. Fabien exulte et semble fier d’avoir fait plaisir à des amoureux des courses et évidemment à son petit frère, Clément.

 

 

Et de deux

 

Trois courses sans monter permettent à Fabien de récupérer de ses efforts et de se réhydrater. En ces temps de fortes chaleurs, les Commissaires accordent une surcharge de 500 grammes aux jockeys afin qu’ils puissent avoir une marge lors de la pesée.

Mais déjà la sixième et dernière course va se dérouler sur l’hippodrome de Montignac-Charentes.

Faut remettre le ‘bleu de chauffe’. Cette fois-ci, le fils monte pour son Père…

Au départ, Nicolas pense plus à une place qu’à la gagne. Monsieur Cannibale n’a pas les dents très longues. Mais ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant?

 

       Monsieur Cannibale est présenté au public sous les sunlights de l’hippodrome

 

L’hongre de 6 ans n’a pas encore couru cette année. Sa dernière sortie est en Cross- country…

Monsieur Cannibale n’est pas le favori de la course, malgré le fait que son jockey soit le plus médiatisé de l’épreuve.

Partis vite, après un faux départ, les chevaux fusent sous les projecteurs (eh oui ) de l’hippodrome de Montignac-Charentes.

Monsieur Cannibale attend que ses adversaires s’épuisent. Dans le dernier tournant Fabien Lefebvre décide alors de lancer le cheval de son père dans la bataille.

Soutenu du geste et de la voix, Monsieur Cannibale trouve le passage le long de la corde et s’impose. Il faut bien à tout le monde une minute pour réaliser que le cheval ‘l’a fait’.

Le retour aux balances est magnifique et donne l’envie de continuer d’être passionné par les chevaux de course.

 

Histoire de courses hippiques

                                  Monsieur Lefebvre est fier de son cheval et de son fils. Il peut .

 

 

 

 

Un retour moins long…

 

22 h: quoique le nombre de kilomètres soit le même qu’à l’aller, on dit toujours que lorsque l’on a gagné, le retour est moins long. Quelques bouteilles d’eau, de bonnes crêpes achetées en passant devant les buvettes, plus un fond de musique en fond sonore feront l’affaire pour faciliter le voyage du retour. Après presque deux tours de cadran d’activités et 1000 Km, Fabien retrouve enfin son lit.

 

 

Mais déjà faut penser à repartir pour Pornichet la Baule… afin de monter pour le frangin et M. Paul de Chevigny.

C’est cela la vie d’un sportif de haut-niveau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Ex journaliste hippique et amoureux des chevaux. Je considère les courses avant tout comme un sport, mais l'argent étant le nerf de la guerre, suis pas contre de mettre un billet de temps à autre sur un cheval. Faire connaitre le monde des courses est pour moi un plaisir.

Poster un commentaire

accumsan diam facilisis nunc sed Phasellus leo. dictum Curabitur Nullam dapibus