Toronto : En patron, Nadal remporte son 33ème Masters 1000 !

Et un Masters 1000 de plus dans la musette de la légende Nadal ! Auteur d’une grosse semaine canadienne, le numéro un mondial est allé décrocher son 33ème titre en Masters 1000, à l’issue d’une finale qu’il aura maîtrisé face à la surprise Stefanos Tsitsipas (6-2/7-6).

 

Paire, Wawrinka, Cilic, Khachanov, et donc Tsitsipas. Tels sont les adversaires que Rafael Nadal a accroché à son tableau de chasse cette semaine à Toronto. S’il a alterné le bon et le moins tout au long de son parcours, l’Espagnol, arrivé avec une préparation pourtant minime, est allé chercher son 4ème titre au Canada grâce aux qualités qu’on lui connaît : combativité, service, défense, mental et surtout coup-droit.

 

Une finale (presque) à sens unique

Ce dimanche en finale, le Majorquin s’attendait surement à un troisième vrai combat cette semaine (après ceux remportés face à Wawrinka et Cilic) face au prodige grec Stefanos Tsitsipas, tombeur sur son chemin de Dominic Thiem, Novak Djokovic, Alexander Zverev et Kevin Anderson. Rentré idéalement dans sa rencontre, la légende du jeu ne laisse que des miettes à son adversaire et break d’entrée pour mener 3 jeux à 0. Intraitable au service, Nadal peut une nouvelle fois compter sur son maître coup-droit pour faire la différence. Il remporte finalement le premier set 6-2, dans une manche à sens unique.

Le second acte démarre sur les mêmes bases puisque “Rafa” break d’entrée et assomme Tsitsipas. Alors qu’il gère tranquillement son avance jusqu’à 5-3, le Taureau de Manacor sert pour le match à 5 jeux à 4, et perd son premier point de service derrière une première balle, ce qui ne lui était jamais arrivé depuis le début de la rencontre. Pas anodin, puisque Tsitsipas débreak et passe devant (6-5). Malgré une balle de deuxième manche contre lui, qu’il sauve non sans trembler, le triple vainqueur de l’épreuve parvient à accrocher le tie-break. La balle de match sera à l’image de son match : un bon service (94% de réussite derrière sa première balle) qui lui permet de prendre son coup-droit derrière, puis un pétard, et un coup gagnant. Jeu, set et match, NADAL ! Genoux aux sols, grand sourire, il peut savourer.

 

Rafael Nadal remporte donc son 33ème Masters 1000 (un record amélioré), le 4ème au Canada, et est plus que jamais numéro un mondial, place à laquelle il pourrait terminer pour la deuxième saison consécutive, ce qu’il n’a encore jamais réussi dans sa carrière. Rendez-vous à Cincinnati dès demain, pour continuer de voir comment évolue la dynamique du circuit, avant l’US Open qui débutera dans deux semaines, et où le tenant du titre n’est autre que… Rafael Nadal.

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

dapibus neque. Sed ipsum consectetur Phasellus mi, ut porta.