Tour de France

Tour de France 2022 : Les britanniques présents sur le Tour

Tour de France

Des coureurs du monde entier descendront la rampe de départ à Copenhague pour donner le coup d'envoi du Tour de France 2022 vendredi, avec un peloton composé d'hommes de nations aussi variées que la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Colombie et l'Afrique du Sud.

Il y a, bien sûr, beaucoup de coureurs des puissances cyclistes traditionnelles d'Europe centrale qui prennent le départ, tandis que neuf Australiens et maintenant – avec l'ajout tardif du Canadien Guillaume Boivin (Israël-Premier Tech) à la liste de départ – 11 Nord-Américains seront également en course. Il y a également une petite représentation britannique à la course, avec huit coureurs prenant le départ au Danemark cette semaine.

Il s'agit d'une baisse de quelques coureurs par rapport à l'année dernière, où un record de 10 coureurs britanniques ont pris le départ de la course, à égalité avec 2015, avec des grands noms tels que Mark Cavendish, Simon Yates, Tao Geoghegan Hart, et Hugh Carthy ne s'alignant pas. Cependant, deux anciens vainqueurs participeront au Tour cette année, ainsi qu'un autre prétendant à la victoire finale, des chasseurs d'étapes et des équipiers.

Geraint Thomas (Ineos Grenadiers)

À 36 ans, Thomas, vainqueur en 2018, est de retour en tant que co-leader des Ineos Grenadiers cette fois-ci et un véritable prétendant au podium après avoir remporté le Tour de Suisse au début du mois. Là, il a pris le meilleur sur des coureurs comme Sergio Higuita, Jakob Fuglsang et Remco Evenepoel, au cours de ce qui était vraiment la première semaine de la saison où il a montré sa meilleure forme.

Parmi les deux principaux favoris – Tadej Pogačar et Primož Roglič – il n'a pas été en tête-à-tête avec l'un ou l'autre depuis sa troisième place au Tour de Romandie 2019, que Roglič a remporté. Même s'il a été impressionnant en Suisse, il est logiquement derrière les deux dans la hiérarchie jusqu'à ce qu'il puisse prouver le contraire.

Ineos a cependant la force du nombre, avec Dani Martínez et Adam Yates (voir ci-dessous) qui codirigent l'équipe avec Thomas. Bien qu'un ” trident ” de leadership n'ait pas fonctionné pour d'autres équipes dans le passé – voir l'histoire récente de Movistar – Ineos qui passe à l'offensive en montagne pourrait créer la surprise.

Chris Froome (Israël-Premier Tech)

Froome, quadruple champion et ancien coéquipier de Thomas, a connu une période très difficile depuis sa grave chute lors du Critérium du Dauphiné 2019. Il lui a fallu se battre pour retrouver la forme dominante qu'il affichait avant cet accident qui a mis sa carrière en péril, mais les choses s'améliorent.

Il y a un mois, lors de la Classic Alpes-Maritimes, il a obtenu son meilleur résultat depuis 2019 avec une 11e place, même s'il avait quatre minutes de retard sur ses coéquipiers Fuglsang et Michael Woods, qui ont réalisé le doublé. Le coureur de 37 ans a été frappé par la maladie au Dauphiné, nous n'avons donc pas grand-chose d'autre à nous mettre sous la dent et aucune idée réelle de ce dont il est capable sur le Tour. Un retour à la lutte pour le titre de champion du monde est une utopie, mais attendez-vous à le voir travailler pour Fuglsang et Woods et tenter sa chance dans les échappées s'il en a la forme.

Adam Yates (Ineos Grenadiers)

Yates est la deuxième partie du trio de tête d'Ineos, l'homme de 29 ans revenant sur le Tour après avoir manqué la course de l'année dernière. Sa forme est remise en question après qu'il ait admis avoir lutté contre le COVID-19 après avoir été testé positif au virus lors du Tour de Suisse. Lors d'une conférence de presse pré-Tour, il a déclaré qu'il n'avait pas perdu beaucoup de forme pendant sa maladie mais qu'il devrait attendre le contre-la-montre d'ouverture à Copenhague pour savoir comment il va.

En tant que tel, il est difficile de faire des déclarations majeures sur ce que Yates peut faire en France. Il a bien commencé la saison avec une deuxième place au Tour des Émirats arabes unis et une quatrième place à Paris-Nice, bien que ces deux places soient derrière Pogačar et Roglič, et comme c'est le cas pour Thomas, il est difficile d'envisager un scénario dans lequel il les battra – même s'il est en pleine forme à partir de vendredi.

Fred Wright (Bahrain Victorious)

Après avoir fait ses débuts sur le Tour l'année dernière au service de Jack Haig, qui a été contraint d'abandonner lors de la troisième étape, Wright revient dans l'équipe Bahrain Victorious, sujette aux descentes de police, en tant que domestique pour l'espoir australien du classement général.

En octobre dernier, le jeune homme de 23 ans était à deux secondes de devenir champion britannique sur route, et cette année, il attend toujours la première victoire décisive de ses trois années de carrière. Une septième place que peu attendaient au Tour des Flandres est son meilleur résultat de 2022 jusqu'à présent. Avec Haig et Damiano Caruso en tête de la lutte pour le classement général et Matej Mohorič et Dylan Teuns prêts à chasser les étapes, Wright n'aura probablement pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter sa chance pendant le Tour. Il sera cependant un domestique clé pour les leaders de l'équipe.

Tom Pidcock (Ineos Grenadiers)

Le champion olympique de VTT et de cyclo-cross est le seul coureur britannique à faire ses débuts sur le Tour de France cette année. Comme son coéquipier Yates, il est sur le chemin du retour après avoir attrapé le virus COVID-19 en Suisse. Sa forme est également remise en question, mais il aura l'occasion de s'adapter à la course plutôt que d'être “sur le coup” dès le premier jour. Bien sûr, on attendra du jeune homme de 22 ans qu'il travaille pour Thomas, Yates et Martínez, mais il y aura des occasions pour lui et d'autres coéquipiers de se battre pour leur propre gloire.

Pidcock a confirmé dans une interview avant la course qu'il espère “peut-être essayer de gagner une étape” en plus de travailler pour les autres. Comme Steve Cummings, le directeur sportif de l'équipe, l'a dit à Eurosport en début de semaine, Pidcock a “un rôle d'électron libre, pour tenter sa chance où il peut”.

Connor Swift (Arkéa-Samsic)

Swift, 26 ans, fait sa troisième apparition consécutive sur le Tour de France pour la formation française Arkéa-Samsic, qu'il a rejointe à la mi-2019. Depuis lors, il a travaillé dans les sprints pour André Greipel et Nacer Bouhanni. Cette fois, il aidera Amaury Capiot et Hugo Hofstetter dans les arrivées sur le plat, bien qu'aucun d'entre eux ne soit le grand favori pour une victoire d'étape – Capiot n'a jamais couru le Tour auparavant, tandis que Hofstetter a obtenu une place dans les quatre premiers en 2020.

On ne s'attend pas à ce que Swift aide les leaders de l'équipe, Nairo Quintana et Warren Barguil, sur leur terrain naturel, la haute montagne, et il devrait avoir une certaine marge de manœuvre pour s'infiltrer dans les échappées ici et là.

Luke Rowe (Ineos Grenadiers)

Quatrième et dernier coureur Ineos Grenadiers de notre liste, Luke Rowe est l'un des coureurs britanniques les plus expérimentés du Tour de France, ses sept participations n'étant dépassées que par les 11 de Thomas. Contrairement aux trois leaders du classement général et aux chasseurs d'étapes Pidcock et Filippo Ganna, la gloire de Rowe viendra de la victoire de l'équipe plutôt que d'une victoire d'étape personnelle. L'homme de 32 ans est le capitaine de route de l'équipe, il aide sur tous les terrains comme il le peut.

Alors que le Gallois devra être au service des leaders de l'équipe tout au long de la course, ses compétences sur les pavés devraient être très utiles lorsque l'équipe naviguera sur le pavé de Paris-Roubaix lors de la cinquième étape.

Owain Doull (EF Education-EasyPost)

Un troisième Gallois, Doull, complète la sélection du Tour de France britannique. Ce Gallois de 29 ans a été transféré d'Ineos pendant l'intersaison et fera ses débuts sur le Tour de France en juillet avec sa nouvelle équipe EF Education-EasyPost. Vétéran de la piste et champion olympique de la poursuite par équipe, Doull possède une grande rapidité d'exécution, bien qu'il soit un peu en retrait par rapport aux prétendants au sprint comme Wout van Aert, Caleb Ewan et Fabio Jakobsen.

Au sein d'une équipe EF éclectique et polyvalente, on attendra de lui qu'il aide les autres, plusieurs de ses coéquipiers étant de bonnes options pour une victoire d'étape sur des terrains très différents. Doull a déclaré qu'il réalisait un “rêve d'enfant” en juillet, et qu'il pourrait bien faire partie de l'échappée à plusieurs reprises.

Dernières publications

En haut