Cyclisme

Tour de France : Jumbo critique, Madiot répond

Les tensions commencent à se faire ressentir sur ce Tour de France à deux jours du terme de cette 110e édition. Richard Plugge a été interrogé par l'Equipe quant aux interrogations que se posent les suiveurs sur les performances de Jonas Vingegaard. Le DS de la Jumbo Visma a placé une belle cartouche à la GFDJ, ce qui n'a pas plus à Marc Madiot.

Netflix s'en frotte les mains. Des petites tensions vont animer cette fin de Tour de France. Alors que le suspens pour la victoire finale semble enterrer suite à la défaillance de Tadej Pogacar sur les pentes du col de la Loze. Les suiveurs de la Grande Boucle s'interrogent sur les performances du maillot jaune Jonas Vingegaard. À ce sujet, le patron de la Jumbo Visma, Richard Plugge a répondu au journal l'Equipe et en a profité pour glisser un petit tire à l'équipe de la Groupama FDJ. Marc Madiot n'a pas hésité à y répondre avec tout le tact que l'on lui connait.

Richard Plugge (Jumbo Visma) sort les crocs

Le quotidien français est allé interroger le DS de l'équipe néerlandaise sur les performances du maillot jaune qui suscite des interrogations. Le manager de la Jumbo Visma a tenu à rassurer les fans de la Grande Boucle :

Il y a deux choses. La première, c'est qu'on ouvre nos portes à des gens qui tournent des documentaires, cela fait quatre ans maintenant (Amazon puis Netflix), des journalistes viennent à nos camps d'entraînement. La deuxième chose que je veux dire, c'est que certaines personnes pourraient regarder plus en profondeur, se poser les bonnes questions et analyser.

Plugge a également été interrogé sur des potentiels produits que l'équipe Jumbo pourrait consommer.

Non, on n'a rien de ce genre. Prenons le cas de Jonas et des cétones. Ce n'est pas un secret, certains de nos coureurs en utilisent, mais c'est un complément, un supplément comme de la vitamine C ou D que tout le monde peut utiliser, pas un médicament ou quelque chose de ce style. Les cétones, Jonas les refuse, il n'en veut pas. Même un paracétamol, il n'aime pas en prendre. “

Toujours pendant l'interview, le boss de l'équipe leader en a profité pour envoyer un petit tire à l'équipe de Marc Madiot :

On regarde aussi autour de nous ce que font les autres. Par exemple, on était avec une équipe française (il ne la cite pas, mais il s'agit de Groupama-FDJ) à notre hôtel durant la journée de repos (lundi, veille du contre-la-montre). On voyait des coureurs boire des grandes bières. L'alcool, c'est du poison, et surtout quand vous êtes déjà fatigué, vous allez l'être encore plus. Au début de la dernière semaine du Tour, qui est la plus importante, il faut faire très attention à ce que vous buvez et mangez. Nous, personne n'a bu d'alcool, car ça vous casse, et même ceux qui ne sont pas coureurs ne devraient pas en boire. Donc c'est tout un ensemble. On peut ouvrir nos portes, répondre à toutes les questions. Mais il faut aussi montrer l'autre côté. Parce que ça explique aussi une partie des différences, pas seulement en notre faveur, mais en défaveur des autres.

La réponse sanglante de Marc Madiot

Dans la foulée, le parton de la Groupama FDJ a tenu à répondre à la remarque de Richard Plugge. Contacté par l'Equipe, Marc Madiot déclare :

À toutes les journées de repos, on fait un moment de convivialité entre mes coureurs et l'encadrement. L'encadrement boit une bière, pas forcément les coureurs et quand bien même, ils en auraient bu une, cela n'aurait pas été des cinquante centilitres. J'étais à table, il y avait des Perrier. C'est minable, petit et minable. C'est une honte. […] Pour qui il se prend, lui ? J'ai mon nutritionniste à côté, il peut vous parler de ce qu'on fait au sein de l'équipe. Franchement, c'est une attaque d'une bassesse exceptionnelle de sa part. Qu'il ferme sa gueule ! Je n'ai pas l'intention de le croiser, je n'en ai rien à foutre de sa gueule. Je ne vais pas m'abaisser à aller le voir. Je suis fâché, c'est minable. 

Ce qui est sûr, c'est que les deux hommes ne partiront pas en vacances ensemble. Il reste maintenant deux étapes aux coureurs avant l'arrivée finale à Paris.

Nathan Hanini

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut