Tour de France

Tour de France : Les non-sélections de coureurs les plus controversées

Tour de France

La nouvelle de lundi selon laquelle Mark Cavendish ne participera pas au Tour de France 2022 n'était pas si surprenante, étant donné que Fabio Jakobsen était depuis longtemps pressenti pour le poste de sprinteur de QuickStep-AlphaVinyl, mais elle était tout de même choquante.

L'absence d'un coureur qui a remporté quatre étapes et le maillot vert l'année dernière est quelque chose en soi, sans compter que Cavendish a le record absolu de victoires d'étapes à portée de main. Il y avait plus qu'un soupçon de rupture de communication avec son équipe lorsqu'il a déclaré dimanche qu'il n'avait pas eu de nouvelles d'eux, puis lundi qu'il avait appris sa non-inclusion sur les médias sociaux.

Cavendish fait partie d'une série d'absents de premier plan au Tour de France de cette année, une liste qui comprend le champion du monde Julian Alaphilippe et le maillot vert de 2020 Sam Bennett. Au fil des ans, de nombreux coureurs talentueux ont été omis des sélections du Tour de France et certaines équipes ont eu raison dans leurs choix, mais cela n'a pas empêché la controverse à l'époque. Nous revenons ici sur certaines des omissions les plus contestables et les retombées qui en ont résulté.

Bradley Wiggins (Team Sky) – 2014

On peut dire ce que l'on veut de Bradley Wiggins, mais il mérite vraiment un certain crédit pour ses actions en 2014, lorsqu'il est allé sur le plus grand réseau de télévision rival de Sky, la BBC, pour annoncer essentiellement que, à moins que Chris Froome ne tombe, il ne serait pas sélectionné pour le Tour de France.

Bien sûr, Wiggins avait déjà manqué le Tour l'année précédente, ayant été encouragé à participer au Giro d'Italia alors que Froome commençait à construire les bases de sa première de ses quatre victoires, mais en 2014, des appels ont été lancés pour que Froome et Wiggins soient réunis en juillet.

Malheureusement, pour ceux qui ont vécu le drame des querelles intestines qui ont eu lieu lors de la course de 2012, un tel scénario n'allait jamais se produire. Pour être honnête, la non-sélection de Wiggins était un choix facile pour Brailsford. Froome avait remporté le Tour l'année précédente et sa relation avec Wiggins était si tendue que les deux hommes ne se seraient même pas parlés s'ils avaient été dans la même pièce, et encore moins dans la même équipe pendant trois semaines d'affilée.

Et même si Wiggins était la tête d'affiche du cyclisme britannique, de Sky et de nombreux hommes d'âge moyen qui pensaient qu'il était acceptable de se pavaner comme Paul Weller, Brailsford a impitoyablement, mais de manière compréhensible, écarté le vainqueur du Tour 2012 de l'équipe. Au final, Froome s'est écrasé sur le Tour, Wiggins a remporté un titre mondial de contre-la-montre et a quitté l'équipe au printemps suivant.

Mark Cavendish (Dimension Data) – 2019

À la mi-2019, Dimension Data et son sprinter talisman Mark Cavendish se dirigeaient tous deux vers un découplage très conscient dans l'arène publique. L'équipe n'avait remporté qu'une seule course WorldTour au moment où le Tour de France s'est présenté, tandis que la sécheresse de victoire de Cavendish s'étendait jusqu'au printemps précédent en raison d'un virus de longue date.

Malgré le manque de forme ou de résultats de Cavendish, le manager de l'équipe, Doug Ryder, a été choqué de laisser un coureur qui avait remporté 30 étapes du Tour de France chez lui, sur le canapé, pendant le mois de juillet. Cela aurait été compréhensible si l'équipe avait eu un remplaçant prêt à l'emploi, mais elle s'est débattue pendant le Tour, n'a pas réussi à gagner une étape et n'a même pas pu se consoler de toute la publicité que Cavendish aurait générée même s'il avait couru la moitié du Tour et terminé au-delà de la limite de temps comme l'année précédente.

La situation est cependant devenue grotesque à Bruxelles, avant le Grand Départ, lorsque Ryder a choisi de s'éclipser de la conférence de presse d'avant Tour et d'envoyer quatre de ses coureurs affronter les médias. Un jour plus tard, Ryder s'est finalement présenté à l'extérieur du bus de l'équipe pour expliquer sa décision de laisser Cavendish à la maison, mais Rolf Aldag, DS senior, est sorti du bus quelques minutes plus tard et a sapé son patron en déclarant qu'il voulait que Cavendish participe au Tour et que la tâche de choisir l'équipe lui avait été retirée.

Selon Aldag, l'Allemand a proposé Cavendish à deux reprises, mais Ryder a barré son nom à chaque fois. Quelques mois plus tard, Cavendish et Aldag étaient tous deux partis, le coureur étant parti à Bahreïn et son fidèle DS ayant rejoint Canyon SRAM.

Chris Froome (Ineos Grenadiers) – 2020

Après un Critérium du Dauphiné décevant en 2020, Dave Brailsford a annoncé les changements avec une efficacité impitoyable. Geraint Thomas et Chris Froome ont tous deux été retirés de la liste, Thomas étant envoyé au Giro d'Italia et Froome à la Vuelta a España.

À l'époque, Brailsford a publiquement vendu ces décisions comme si elles faisaient partie du plan depuis le début, mais il était impossible d'ignorer le fait que l'équipe n'avait tout simplement pas réussi à trouver sa meilleure forme après la fermeture du printemps et du début de l'été et que Thomas, Froome, ainsi que plusieurs autres, étaient hors du rythme.

On peut se demander si c'est Froome ou Thomas qui a été la plus grande surprise de cette omission – Thomas avait déjà prouvé qu'il pouvait être remplaçant en 2019, tandis que Froome cherchait toujours désespérément à retrouver sa forme d'antan après sa chute au Dauphiné l'année précédente, mais en laissant Froome de côté, Brailsford disait essentiellement que la réputation ne comptait pas beaucoup, et avec Froome déjà prêt à partir pour la Start-Up Nation israélienne, il n'y aurait pas de Tour du cygne pour l'équipe britannique. (DB)

Bryan Coquard (Direct Énergie) – 2017

Lorsqu'il a raté d'un cheveu Marcel Kittel dans l'une des photo-finales les plus spectaculaires de la mémoire récente, il semblait impensable que Bryan Coquard doive attendre quatre ans pour sprinter à nouveau sur le Tour de France. Cependant, lorsqu'il a informé Jean-René Bernaudeau, directeur de Direct Energie, début 2017, de son intention de quitter l'équipe à la fin de l'année, cela a déclenché une vilaine chaîne d'événements qui, selon Coquard, a eu des implications à long terme sur sa carrière.

Malgré cinq victoires en première partie de saison, Bernaudeau a publiquement remis en question la forme et les capacités de Coquard à l'approche du mois de juillet, avant de lui poser un ultimatum au Critérium du Dauphiné : gagne une étape ou bat Arnaud Démare, et tu peux venir au Tour. Après que Bernaudeau a ordonné à son équipe de travailler pour Adrien Petit lors des championnats de France, l'omission de Coquard de l'équipe du Tour a été confirmée.

“Le Tour est réservé aux meilleurs. Bryan ne fait pas partie de ce club pour le moment”, a déclaré Bernaudeau, insistant sur le fait que la décision n'avait rien à voir avec les tensions entourant le refus du contrat.

Coquard voit les choses différemment. “Bien sûr que je suis en colère”, a-t-il déclaré, tandis que sa mère a publiquement accusé Bernaudeau de le “détruire psychologiquement”. Le talisman de l'équipe, Thomas Voeckler, a adopté une ligne diplomatique, mais même lui a reconnu que Coquard représentait leur meilleure chance de gagner une étape.

L'équipe a fini par remporter une étape grâce à Lilian Calmejane, tandis que Coquard est revenu sur la piste avant de signer chez B&B Hotels, bien qu'il ait eu du mal à laisser cet épisode derrière lui. ” Cela a pris un an, je l'avoue “, nous a confié Coquard au début de l'année 2019. “Toute l'année dernière, je n'étais plus confiant, plus sûr de moi, de mes capacités. Ça a pris beaucoup de temps pour surmonter tout ça.” 

Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) – 2021

Les coureurs s'en prennent rarement à leur directeur d'équipe dans les médias, mais Pascal Ackermann était tellement enragé par son omission du Tour en 2021 qu'il l'a fait. Le sprinter allemand n'a pas gagné de course au cours du premier semestre de 2021, mais il estimait que sa place sur le Tour de France ne faisait aucun doute. Ralph Denk, cependant, n'était pas de cet avis.

“Je suis plus que déçu, je dois le dire. Ralph a toujours été un homme qui tient sa parole. Mais cette fois, il ne l'a absolument pas fait. Il était dit que je ferais le Tour pendant trois ans, et il a toujours été dit que je ne devais pas m'en inquiéter. Sans cette promesse, je n'aurais pas signé le contrat à l'époque. Il faut aussi voir cela. C'est pourquoi je suis extrêmement déçu”.

Ackermann n'a pas été ouvertement puni pour ses actions. Il a été envoyé dans des courses de niveau inférieur dans la seconde moitié de la campagne et en a gagné quelques-unes. Mais son sort était scellé, et il n'était pas du tout surprenant de le voir quitter l'équipe à la fin de l'année pour rejoindre UAE Team Emirates.

À lire aussi – Tour de France : l’histoire des départs à l’étranger

 

Dernières publications

En haut