Tour de France

Tour de France : Quelle équipe pour Ineos Grenadiers ?

Tour de France

Bien qu'il reste maintenant moins de trois semaines avant le Grand Départ de Copenhague, la composition finale de l'équipe Ineos Grenadiers pour le Tour de France reste incertaine. En l'absence d'un leader clair et évident derrière lequel se rallier, l'approche et la stratégie de l'équipe sont moins sûres que lors des Tours précédents, et par conséquent, il en va de même pour la composition du groupe, avec plusieurs coureurs encore en lice pour les représenter.

La présence de Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) et de Primož Roglič (Jumbo-Visma) signifie que l'équipe britannique n'est plus la grande favorite qu'elles était autrefois, mais elles espèrent toujours construire une équipe capable de lutter pour le maillot jaune.

Les coureurs garantis 

Au cours de la saison, deux coureurs se sont imposés comme les meilleurs espoirs d'Ineos pour le Tour de France : Dani Martínez et Adam Yates. Martínez a remporté la victoire générale à Itzulia Pays Basque en avril, tandis que Yates a terminé deuxième du Tour des Émirats Arabes Unis, où il a été le seul coureur à mettre Pogačar sous pression, et tous deux ont fait équipe pour se classer respectivement troisième et quatrième à Paris-Nice.

La principale inquiétude concernant ces deux hommes est leur capacité à transposer ces excellentes performances d'une semaine sur un Grand Tour de trois semaines. Bien que Martínez ait impressionné en terminant cinquième alors qu'il travaillait pour Egan Bernal au Giro l'année dernière, ce résultat est son seul top 20 dans un Grand Tour, et il n'a jamais eu à porter la responsabilité qui vient avec le statut de leader au plus haut niveau. Et bien que Yates en ait fait l'expérience, son manque de régularité fait qu'il n'est jamais monté sur le podium. Si leur place dans l'équipe ne fait aucun doute, on ne sait pas encore si l'un d'entre eux se verra attribuer le statut de leader.

En ce qui concerne les rôles secondaires, le nom de Filippo Ganna a été inscrit depuis qu'il a choisi de ne pas participer au Giro, et sa position s'est certainement consolidée après sa victoire au contre-la-montre du Critérium du Dauphiné. En plus d'être le favori de l'étape d'ouverture, l'énorme moteur de l'Italien devrait être d'une grande importance lors des étapes de plat et sur les pentes inférieures des ascensions.

En tant que pilier de l'équipe, il serait très surprenant que Luke Rowe ne soit pas sélectionné. Le Britannique n'a pas manqué un Tour de France depuis 2014, et est fermement établi comme le capitaine de route de l'équipe. De même, les capacités polyvalentes de Michał Kwiatkowski ont fait de lui un équipier précieux, et il devrait donc faire sa sixième apparition consécutive sur le Tour pour l'équipe – à condition que la blessure au genou qui l'a forcé à abandonner le Dauphiné ne persiste pas.

Les coureurs d'Ineos susceptible de participer au Tour de France

La sélection ou non de Geraint Thomas pourrait dépendre de sa performance au Tour de Suisse. En tant que vainqueur du maillot jaune en 2018 et vice-champion en 2020, il a de meilleures références pour le Tour que n'importe qui d'autre dans l'équipe. Mais bien qu'Ineos aimerait sûrement exploiter cela, le Gallois a manqué de forme toute la saison, ne parvenant pas à entrer dans le top 10 lors de ses quatre participations à des courses à étapes.

Bien que Tao Geoghegan Hart n'ait pas semblé confiant d'être sélectionné lorsqu'on lui a posé la question lors d'une interview au début du Dauphiné, sa huitième place au classement général a dû améliorer ses chances.

Si l'un ou l'autre de ces coureurs ne parvient pas à convaincre Ineos, l'entreprise voudra probablement faire appel à un autre domestique grimpeur, en mettant en concurrence Carlos Rodríguez, 21 ans ou Pavel Sivakov (même s'il a participé au Giro). Mais avec des attentes plus diluées en matière de classement général par rapport aux Tours précédents, ils pourraient plutôt opter pour Tom Pidcock et/ou Ethan Hayter en tant qu'optionsexcitantes qui ont le potentiel de gagner des étapes, au détriment d'un domestique fiable. La forme de Pidcock est inconnue puisqu'il n'a pas couru depuis avril, mais Hayter a été en feu au Dauphiné, montant sur le podium dans trois étapes différentes.

L'arrivée de Ganna dans la salle des machines a remis en question la sélection de deux des constantes des dernières équipes du Tour, Jonathan Castroviejo et Dylan van Baarle. Faisant partie de chaque équipe Ineos Tour depuis sa signature en 2018, le départ de Castroviejo serait une décision importante, alors Van Baarle pourrait être plus à risque. Malgré sa victoire à Paris-Roubaix ce printemps, l'équipe pourrait être moins réticente à le laisser tomber étant donné qu'il est en route pour Jumbo-Visma la saison prochaine.

Les absents de la sélection

Suite à la grave blessure qui a écarté Egan Bernal de la course pour une longue période, Richard Carapaz aurait été le coureur le plus évident pour prendre la tête du Tour de France. Mais il a été décidé que l'Equatorien s'en tiendrait à son plan initial, qui consistait à viser le Giro d'Italia, et le fait qu'il y ait terminé deuxième au classement général signifie qu'il ne sera pas assez frais pour revenir sur le Tour et essayer d'améliorer sa troisième place de l'année dernière.

Il en va de même pour son bras droit au Giro, Richie Porte, qui ne participera pas à un dernier Tour avant de prendre sa retraite à la fin de la saison. Remarquablement, ce sera le premier Tour que l'Australien manquera depuis 2010, et si Ineos se retrouve léger en montagne, ils pourraient regretter de l'avoir emmené au Giro plutôt qu'au Tour.

Malgré ses victoires à la Settimana Internazionale Coppi e Bartali et au Tour de Hongrie, Eddie Dunbar n'est toujours pas en faveur des Grands Tours, et ne sera pas sélectionné pour le Tour après avoir été également écarté du Giro. Un autre équipier, Laurens De Plus, ne sera pas non plus de la partie, n'ayant pas réussi à trouver la forme lors de sa deuxième saison dans l'équipe.

La tentation aurait pu être grande de sélectionner des coureurs parmi l'afflux de jeunes talents qui ont émergé cette saison, comme ils l'ont fait avec Ben Tulett au Giro. Luke Plapp en particulier ressemble à un futur challenger potentiel du maillot jaune, et les classiques Ben Turner et Magnus Sheffield pourraient faire de très bons rouleurs domestiques. Mais aucun d'entre eux n'a été jugé prêt pour le Tour de France, et leurs débuts sur le Grand Tour ne se feront qu'à une date ultérieure.

Dernières publications

En haut