Angleterre

West Ham – Manchester United : retour du diable Moyes

Pour le retour des supporters dans les stades en Premier League, Manchester United se déplace au London Stadium de West Ham. L’ancien manageur des Red Devils, David Moyes, voudra continuer sur sa lancée et rester dans la course à l’Europe.

Les Hammers pourront accueillir 2 000 supporters dans leur stade, en espérant que les fans leur portent plus de chance qu’avant. En effet, West Ham est l’équipe ayant le plus progressé en nombre de victoires à domicile depuis le début des huis clos au moment du restart, avec 5 victoires sur les 10 derniers matchs. Le London Stadium, réputé assez froid au niveau de l’ambiance, est maintenant source de sérénité pour Moyes, sans les supporters au moins. Ils ont déjà pris des points à Tottenham, Manchester City, Wolverhampton et Leicester, et sont actuellement 5e du championnat. En face, les Red Devils sont sur une très bonne série à l’extérieur (8 victoires de rang), la meilleure série de leur histoire, le tout en ayant été mené sur les 4 dernières victoires. Avec un match de retard, les Mancuniens pointent à la 9e place, mais une victoire les feraient revenir à égalité avec Chelsea, 3e. Cependant, la tendance depuis 2 ans est plutôt en faveur de West Ham : 2 nuls, 1 victoire Manchester United et deux victoires de West Ham sur les 5 derniers matchs depuis mai 2018. A quoi s’attendre donc ? Analyse !

West Ham, les points avant la beauté du jeu

West Ham, le club réputé pour le dur labeur, les milieux de terrains qui courent éternellement (Mark Noble pourrait être partout), inspiré par les valeurs de leurs supporters. L’ancien stade, Boleyn Ground, situé dans l’est de Londres proche de la City, reflétait parfaitement ces valeurs : un stade terne en couleur, mais toujours bouillant. Puis est venu Dimitri Payet, toujours lui, et il fait probablement la plus belle saison de sa carrière, la dernière dans ce stade mythique qui a produit une bonne partie de l’équipe d’Angleterre, championne du monde 1966. Déménagement, direction Stratford, et le Parc Olympique Queen Elisabeth, où a été construit le London Stadium pour les Jeux Olympiques de 2012. La pelouse est entourée d’une piste d’athlétisme, les tribunes se retrouvant donc à une certaine distance du terrain ce qui n’est pas tout à fait courant en Premier League et qui marque un vrai changement avec Boleyn. De là, les supporters ont vu une certaine forme de détachement du club, qui, après une très bonne saison, pense devenir un cador européen en laissant ses fans en chemin. Cependant, la mayonnaise ne prend pas. Les investissements sur le marché des transferts ne sont pas de francs succès et le club flirte plus avec la relégation qu’avec la coupe d’Europe.

Cependant, malgré un jeu pas toujours léché à la Bielsa, David Moyes a enfin réussi à gagner des points avec cette équipe. Cela vient tout d’abord d’un tout autre état d’esprit, un mental d’acier qui leur permet de remonter 3 buts face aux leaders Tottenham en 10 minutes. Le mental ne fait pas tout, il est vrai. Il faut de la qualité également, et ça ils en ont. Le recrutement de Bowen en janvier dernier a fait beaucoup de bien, mais des joueurs comme Fornals, Masuaku et surtout Antonio ont trouvé un tout autre niveau quelques mois. Ils ont presque accroché Liverpool, ont été très fort face à City et ont mis 3 buts à Leicester. Une équipe efficace qui s’appuie tout d’abord sur une bonne assise défensive et qui peut contre attaquer. Ils s’appuient parfois sur la taille de Haller pour dégager long, un peu comme un Andy Caroll à Newcastle. Contrairement aux Magpies, Moyes a un vrai projet de jeu qu’il veut instaurer plutôt que dépendre de l’adversaire. Moyes pourrait donc, encore une fois, faire un grand coup face à son ancien club, et mener son équipe dans le top 4 de la Premier League. Preuve que le beau jeu ne fait pas tout, demandez à Pep.

Manchester United, seigneurs de l’irrégularité

Ils sont menés 2-0 à la mi-temps contre Southampton la semaine dernière. Cavani rentre, et change complètement le visage de l’équipe. Un centre parfait pour Bruno Fernandes, qui lui rend l’offrande avant que El Matador marque à la 92e minute. Fergie Time à l’ancienne, un but vainqueur… comme son entraîneur Solskjær à l’époque. Les traditions se perpétuent. Cependant, à force de jouer avec le feu, ils se brûlent. Surtout à domicile, comme cette performance pour le moins bizarre en Ligue des champions cette semaine face à Paris. Certains diront qu’ils ont totalement déjoué (le loupé de Martial), d’autres diront un manque de chance (la barre de Cavani), mais on peut surtout dire que Fred n’aurait jamais dû revenir sur le terrain après la pause. Le Brésilien était très nerveux et aurait dû se faire exclure en première mi-temps, finalement exclu pour une faute qui n’en est pas une. Un style 100% débridé en attaque, qui aurait pu s’avérer payant s’ils avaient été plus efficace. Malheureusement, c’est un peu le problème de United à domicile, certains joueurs ne se montrent absolument pas et déjouent complètement. Même après son entrée, Pogba ne donnait pas l’impression de vouloir être là. Les Red Devils ont encore leur destin en main, avec un point face à Leipzig la semaine prochaine qui leur permettrait de se qualifier.

Il y a cependant un vrai problème d’irrégularité chronique depuis quelques temps à United, particulièrement cette saison. Crystal Palace, Tottenham ou Arsenal cette saison ont pris les trois points à Old Trafford, stade pourtant considéré comme une forteresse à l’époque Ferguson. Le milieu de terrain change trop souvent, l’organisation n’est pas claire et surtout les cadres peuvent parfois complètement disparaître. Il y a surtout parfois un manque d’intensité défensive, qui leur coûte de nombreux points et sera très problématique face à un West Ham qui a envie de faire plus que de la figuration. Quel visage auront-nous ce week-end ? Le visage habituel de Manchester United à l’extérieur, parfois chanceux mais surtout beaucoup plus convainquant en deuxième période ? Ou un Manchester sans envie, organisation ou réalisme comme on peut le voir à domicile ? Il faudra absolument mettre de l’énergie et de l’impact pour exister face aux Hammers.

Compositions Probables

West Ham: Fabianski – Balbuena, Ogbonna, Cresswell – Coufal, Rice, Soucek, Masuaku – Bowen, Antonio, Fornals

Manchester United: De Gea – Wan-Bissaka, Lindelof, Maguire, Telles – McTominay, Fred – Greenwood, Fernandes, Martial – Cavani

Pronostic

West Ham 1-2 Manchester United

Malgré la forme de West Ham et la défaite de Manchester United en milieu de semaine, le talent de certain joueurs côté Manchester devrait leur permettre de l’emporter, sûrement dans la difficulté. Match à 18:30, enjoy!

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero libero sed mattis efficitur. mattis tristique risus.