WTA : 5 bonnes raisons de suivre le tournoi de Madrid

Dès demain, on entre enfin dans le vif du sujet avec le début du tournoi espagnol. Vous êtes un peu largué à deux semaines de Roland-Garros ? Pas de panique on vous explique pourquoi il faille suivre impérativement ce qu’il va se passer au sein de la Caja Magica madrilène !

Parce que c’est le plus gros tournoi sur terre après Roland-Garros

Doté du statut de Premier Mandatory depuis sa création en 2009, Madrid est devenu la référence en terme de préparation à l’approche du Grand Chelem parisien. Et même s’il propose une terre battue plus rapide que celle de la Porte d’Auteuil, les conditions y sont similaires et s’imposer sur le court Manolo Santana a toujours du bon.

Parce que la future lauréate doit se battre du premier au dernier tour

Là aussi, Madrid se différencie des autres grands tournois WTA avec un tableau sans AUCUN bye. Ce qui fait que quelque soit le classement de la lauréate, cette dernière doit aligner 6 victoires en moins de 10 jours pour espérer soulever le trophée. Donc à l’instar d’un Grand Chelem, on se doit d’être immédiatement dans le tournoi et souvent face à une joueuse redoutable d’entrée de jeu. Les têtes de série ont souvent été mises à rude épreuve dans le passé et cette année n’a pas échappé à la règle. Il suffit de jeter un coup d’oeil au tableau pour le constater : affronter Kontaveit, Makarova ou encore Gavrilova d’entrée quand on est top 10 ça vous plonge direct dans l’ambiance !

Parce qu’une surprise est vite arrivée à Madrid

Vous allez me dire “les surprises c’est habituel à la WTA” … et c’est ce qui en fait son charme ! Le tournoi espagnol n’échappe pas à cette logique depuis maintenant 9 ans. On peut citer entre autres la victoire d’Aravane Rezaï en 2010 en jouant le tennis de sa vie, Lucie Hradecka sortant des qualifications et atteignant les demies en 2012, tout comme Louisa Chirico l’a fait plus récemment en 2016. Il faut donc s’attendre à des percées surprenantes voire inattendues dans le tableau principal.

Parce que Simona Halep joue gros

Cela va maintenant faire 6 ans que la roumaine a explosé en terme de résultat sur terre battue. Elle a montré que son tennis s’exprimait le mieux sur ocre et qu’elle avait le physique pour aller chercher de gros titres sur cette surface. Mais il manque encore une marche (la plus glorieuse) à Halep pour être reconnue comme une grande championne de terre : remporter Roland-Garros.

Signe important quant à son état : sa présence en finale à Madrid a toujours été synonyme de seconde semaine à Paris. On suivra donc attentivement ce que va proposer Simona Halep. D’autant que malgré une condition physique quelque peu capricieuse et une absence de titre en 2018, la native de Constanta a pour le moment plutôt bien géré son statut de reine de la WTA.

(SPOILER) Parce que Muguruza va gagner devant son public

Oui, vous avez bien lu ! On ose se mouiller malgré l’incertitude actuelle sur le circuit féminin et surtout malgré la forme actuelle de l’espagnole. Encore que le ratio ne soit pas catastrophique (15V/8D).

Il faut pour cela se remémorer que Garbine Muguruza était arrivée dans des situations bien pires avant d’entamer Roland-Garros en 2016 et Wimbledon la saison dernière. Et qu’un rien peut lui permettre d’aller au bout des tournois. Alors oui on rêve de voir la troisième mondiale soulever le trophée devant son public. Ca l’aiderait sans doute à arriver à Paris avec beaucoup plus de relâchement et surtout de confiance.

Alors prédiction avérée ou pas ? Toujours est-il que le tournoi démarre en fanfare dès demain matin avec de belles affiches. On vous conseille Garcia-Cibulkova, Venus-Kontaveit et Ostapenko-Begu entre autres.

Poster un commentaire

eget id porta. dolor Praesent commodo sed ut fringilla tristique mattis