Tennis

WTA-Portrait : Avé Maria

La grande Russe vient de tirer sa révérence. Il s’agit là d’une occasion pour nous de faire un retour sur la belle carrière de la Reine Sharapova. 

L’étoile Russe 

Lors de ses débuts sur le circuit professionnel, Maria Sharapova fera rapidement la fierté de son pays. En effet, bien qu’avant elle, des joueuses aient essayé de performer sur ce circuit parfois si surprenant qu’est celui de la WTA, Sharapova brillera sur de nombreux points où ses ainées ont échoué. Elle se fait également rapidement un nom pour sa silhouette élancée et  charismatique, l’égérie de Nike laisse une marque dès son plus jeune âge par sa morphologie titanesque. Elle est l’évolution en terme de gabarit des joueuses de tennis modernes durant les années 2000. Athlétique, musclée et puissante. Bien entendu, au delà de cette morphologie son tennis rivalise avec celui de sa rivale durant son ère de règne : l’Américaine Serena Williams. Pour briller dans son pays et être reconnue comme l’athlète de l’année de nombreuses fois Maria va enchaîner les exploits. Première joueuse à devenir professionnelle à ses 14 ans, première Russe à gagner : Wimbledon et l’Open d’Australie. Mais également, médaillée Olympique, numéro 1 mondiale et détentrice des quatre tournois du grand chelem.

C’est tout logiquement que Maria Sharapova s’imposera comme l’immense talent et la meilleure joueuse de tennis Russe de l’histoire.

 

Son Style de Jeu

Un jeu pur et lourd du fond de court et un service puissant bien qu’irrégulier caractérisent son jeu. Un type de jeu souvent comparé à celui de Lindsay Davenport. Grande adepte d’un tennis à risque, elle est capable de faire la différence en un coup de raquette. A l’aise en coup droit comme en revers son jeu extrêmement tendu et à plat lui permet même dans les situations les plus délicates de déborder l’adversaire. Néanmoins, lorsque “Masha” se trouve en grande difficulté son physique imposant ne lui permet pas de déplacements fluides. De plus, pas de chip ou de lift n’existent dans le jeu de la Russe. Aucunement attentiste elle ne sait que prendre le jeu rapidement à son compte sans ne jamais terminer ses points à la volée, où elle ne se sent aucunement à l’aise. Son jeu est clair: agir tel un rouleau compresseur sur ses adversaires sans ne jamais rien lâcher. En effet, Maria Sharapova est l’une des imperturbables sur les courts durant sa carrière. Conquérante et puissante elle est la joueuse redoutable durant plusieurs années consécutives.

 

Sa carrière en chiffres 

18: Oui 18 ans de carrière sur le circuit professionnel sont au compteur de la Russe. Un chiffre éloquent, qui justifie surement aussi ce physique abîmé par les années qui a poussé Maria à dire ” Au revoir au tennis”. 

36: est le nombre de trophées que Maria Sharapova lèvera. Parmi eux, Roland Garros par deux fois ! Wimbledon (2004), l’Open d’Australie en (2008) et pas moins de 31 titres autres. 

23: ce chiffre en dit long sur la carrière de la russe qui s’est hissée 23 fois en finale sans  décrocher le titre. 

18: l’âge auquel elle devient numéro 1 mondiale. 

17: L’âge de son premier grand chelem. 3 ans après ses débuts sur le circuit professionnel une immense victoire qui marque sa carrière : WIMBLEDON

21: est le nombre de semaines durant lesquelles Sharapova a régner sur la WTA en tant que numéro 1 mondiale. Il faut cependant noter qu’elle jouait durant l’ère Williams, Serena ayant été à la tête du circuit durant 186 semaines consécutives (record qu’elle co-détient avec Steffi Graf).

Une carrière entachée 

Malgré tous ses succès et cette carrière incontestablement triomphante, demeure une ombre au tableau: une suspension de 15 mois va être infligée à l’athlète Russe, après un contrôle anti-dopage positif au Meldonium durant l’Open d’Australie 2016 (la substance incriminée est un produit prohibé depuis Décembre 2015). Une erreur qui va coûter cher à Sharapova qui derrière aura bien du mal à récupérer son niveau.

 

Queen Maria 

Des débats et des polémiques ont alimentés parfois la carrière de la Russe. Trop expressive, trop bruyante et le dopage ont alimenté le venin des mauvaises langues. Divisant le public parfois, sur son attitude pouvant être jugée comme hautaine et froide Maria suscite pour les passionnés de la petite balle jaune le respect. Sharapova aura marqué les années 2000 et restera une figure emblématique du tennis.

La magnifique et l’insupportable s’en va en laissant de nombreuses marques de sa puissance sur les courts qu’elle aura foulé.

La reine Maria abdique mais restera dans l’histoire. 



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
felis Sed ultricies libero Aliquam neque. ipsum