Catch

WWE Hall of Fame 2021 : le British Bulldog, héros britannique

Bulldog entre au HoF 2021

À l’occasion de la cérémonie du Hall of Fame 2021, We Sport a décidé de faire les portraits de chaque nouvel intronisé. Précédemment, nous vous avons présenté John Bradshaw Layfield. Nous continuons donc la série de la classe 2020 avec le British Bulldog.

Premiers pas dans le catch

Davey Boy Smith commence sa carrière dans son Angleterre natale, en 1978. A seulement 15 ans, il catche pour le fédération World Of Sports, véritable institution pour les Britanniques. Dès ses premiers combats, son destin catchesque le lie à Tom Billington, connu sous le nom de Dynamite Kid. Les deux s’envolent au Canada pour poursuivre leur formation dans le donjon des Hart. Les deux compères deviennent une des attractions de la Stampede Wrestling, fédération tenue par Stu Hart, le patriarche de la dynastie des Hart. Ils entrent dans une feud durant laquelle leurs styles, mêlant puissance et technique, vont attirer l’œil des promoteurs du monde entier. Ils aiguisent ensuite leur savoir-faire au Japon, à la New Japan Pro-Wrestling puis à la All Japan Pro Wrestling. Billington et Smith s’y associent pour créer la tag team des British Bulldogs.

Premier run à la WWF

Les British Bulldogs effectuent leurs débuts pour la fédération de Vince McMahon en 1984. Il commencent un programme avec une équipe qu’ils connaissent très bien, puisqu’il s’agit de la Hart Foundation, composée de Bret Hart et de Jim Neidhart. Neidhart et Smith sont tous les deux les beaux-frères de Bret Hart, étant mariés respectivement à Diana et Elizabeth Hart, filles de Stu Hart. Cette rivalité familiale permet aux fans d’apprécier les prouesses athlétiques, physiques et techniques exceptionnelles des quatre catcheurs concernés.
A WrestleMania II, en 1986, Smith et Billington remportent les titres par équipe de la WWF en battant la Dream Team, Brutus Beefcake et Greg Valentine. Après neuf mois de règne, ils perdent ensuite leurs ceintures face à la Hart Foundation.
Après quelques feuds sans enjeux avec les autres équipes de l’époque, les Bulldogs sont contraints de quitter la WWF. Des altercations avec des membres du roster les poussent vers la sortie. Ils partent alors se ressourcer en des lieux familiers, le Canada et le Japon.

SummerSlam 1992, ou l’évènement d’une vie

Smith retourne à la WWF en 1990, mais cette fois sans son acolyte. Des tensions personnelles entre les deux ont eu raison de leur complicité. Billington est resté au Japon, tandis que la WWF a contacté Smith pour acquérir ses services une deuxième fois. Cette fois, pas de British Bulldogs, mais un seul British Bulldog. C’est le nom de ring qu’il adopte et avec lequel il bâtira sa réputation en tant que compétiteur solo. Aux Etats-Unis, il ne parvient pas à trouver son public. Mais dans le même temps, à des milliers de kilomètres de là, la popularité de la fédération de Vince McMahon croît de façon spectaculaire. Au Royaume-Uni, le British Bulldog devient une icône. Si bien que la WWF décide d’organiser SummerSlam 1992 à Londres, au Wembley Stadium. C’est le premier pay-per-view que la WWF organise ailleurs qu’en Amérique du Nord, et plus de quatre-vingt mille spectateurs sont rassemblés pour voir le British Bulldog affronter Bret Hart, avec le ceinture Intercontinentale du “Hitman” en jeu. Les jours précédents les shows, Smith est pris d’insomnies et de crises de paniques. Lors du match, Bret joue les chefs d’orchestre et dirige le Bulldog dans les séquences. Une réussite totale, puisque le combat est sans doute le meilleur et le plus abouti de la carrière de l’Anglais. Il remporte le titre devant une foule en délire, qui le porte en héros.

Malheureusement, son règne ne s’étend pas sur la durée. Il est défait par Shawn Michaels en novembre dans un match où la ceinture est en jeu. Il sera renvoyé par la WWF dans la foulée, suite à une affaire d’importation de stéroïdes, dans laquelle est aussi impliqué l’Ultimate Warrior.

Deuxième retour à la WWF

Après un bref passage à la WCW, le British Bulldog effectue un nouveau retour à la WWF, en 1994. Il s’engage alors dans la rivalité familiale entre Bret et Owen Hart. Aux Survivor Series 1994, il intervient pour équilibrer les débats dans un match entre Bret et Bob Backlund, dans lequel Owen tentait de faire perdre le Championnat de la WWE à son frère. Backlund sortira finalement vainqueur. Il s’associe ensuite à Lex Luger, avec qui il forme les Allied Powers. Cette tag team, mettant à l’honneur l’amitié britannico-américaine, ne durera que quelques mois, sans qu’elle n’aboutisse à un règne de champions par équipe. En revanche, après un heel turn, c’est avec son beau-frère Owen qu’il met la main sur ces ceintures, au pay-per-view In Your House : Mind Games en septembre 1996. Il devient même le premier détenteur du championnat Européen en février 1997, affrontant son coéquipier en final d’un tournoi visant à désigner le tout premier vainqueur de ce nouveau titre.

Les champions par équipe se verront attribués un rôle prépondérant dans la storyline principale de la WWF en 1997. La nouvelle star montante “Stone Cold” Steve Austin voit sa cote de popularité grimper en flèche, bien qu’il soit officiellement toujours heel. Bret Hart, qui représente une génération correspondant de moins en moins aux attentes des fans, commence à être hué par le public. Lors de WrestleMania XIII, Hart et Austin s’affrontent dans une bataille mémorable, à l’image du finish où un “Stone Cold” en sang finit le combat inconscient, prisonnier du Sharpshooter. Ce combat mène à un double-turn, le rôle de babyface étant définitivement confié au Texan, tandis que Bret Hart devient heel pour la première fois depuis près de dix ans. De cet affrontement découle une rivalité sur fond de patriotisme. Adulés par les fans canadiens, et de manière plus générale par les spectateurs de la WWF à l’international, les membres de la Hart Fondation s’opposent à Austin, représentant de luxe de l’Américain moyen dans une feud qui anime le show hebdomadaire RAW Is WAR (nom adopté pendant une période par Monday Night RAW) durant toute la première moitié de l’année 1997. Owen et le Bulldog perdront les titres par équipe en mai, aux dépends de Shawn Michaels et Stone Cold lui-même.

En novembre 1997, Smith est contraint de quitter la WWF. Bret Hart, alors champion du Monde, ne parvient pas à trouver d’accord avec Vince McMahon pour une revalorisation de son contrat qui se termine très prochainement. Les deux s’accordent tout de même pour faire de Shawn Michaels le nouveau champion avant un inévitable départ de Hart. Le plan originel est de lui faire perdre le titre à RAW, le lendemain de Survivor Series. Le pay-per-view a lieu à Montréal, et le natif de Calgary est catégorique : il ne concèdera pas son bien sur ses terres canadiennes. Un combat contre Michaels pour le titre y est tout de même annoncé. Le match se déroule sans incident, jusqu’au finish. Les frontières entre la fiction est la réalité sont brisées. Alors que Shawn Michaels vole le finisher de son adversaire et assène à Hart un Sharpshooter, Vince McMahon se précipite aux alentours du ring et ordonne à l’arbitre, Earl Hebner, de faire sonner la cloche. Le “Montreal Screwjob” provoque la stupeur chez les fans présents. Bret Hart signe quelques jours plus tard à la WCW. La relation entre la famille Hart et la WWF est ternie, et ne guérira jamais complètement.

Passage à la WCW et blessure

C’est ainsi que le British Bulldog et Jim Neidhart se retrouvent eux aussi à combattre pour la fédération d’Atlanta. Une destination qui sera presque fatale pour Davey Boy Smith. Lors du pay-per-view Fall Brawl 1998, il combat dans un match par équipe avec Neidhart contre les Dancing Fools (Alex Wright et Disco Inferno).  L’Ultimate Warrior doit faire ses débuts pour la WCW plus tard dans la soirée, en entrant par-dessous le ring, doté d’une trappe à cet effet. A deux reprises durant son combat, le Bulldog tombe sur cette trappe, endommageant très sérieusement son dos. Sa carrière prend alors un terrible tournant. Atteint d’une infection à la colonne vertébrale, la douleur l’empêche de combattre et il développe une addiction aux antidouleurs. Alors qu’il se bat contre ses démons, il apprend son renvoi de la WCW chez lui, par courrier.

Fin de carrière à la WWF

En 1999, un évènement tragique va entacher encore un peu plus la relation entre les Hart et la WWF. Owen Hart meurt lors du pay-per-view Over The Edge. Sous sa gimmick du Blue Blazer, et alors qu’il fait son entrée par les airs avant d’affronter le Godfather, le harnais qui le tient lâche. Il chute de près de trente mètres, et ne se relèvera jamais. Le British Bulldog est par la suite réengagé par Vince McMahon, qui tente par tous les moyens de chercher le pardon de la famille canadienne. Suffisamment rétabli pour catcher (bien que ses problèmes de dos soient toujours handicapants sur le long terme), Davey Boy Smith revient avec un nouveau look. Les collants blancs ornés de l’Union Jack sont remplacés par un simple jean. Les tresses font place à une coupe gominée. Ce style correspond un peu plus à l’ère dans laquelle la WWF est entrée il y a de ça deux ans, l’Attitude Era. Endossant le rôle d’un heel agressif, le British Bulldog parvient brièvement à se frayer un chemin dans le haut de la carte, et s’immisce dans la course au championnat du Monde. Il échoue dans sa quête, mais parviendra tout de même à étoffer son palmarès avec un nouveau règne en tant que champion Européen, après une victoire contre D’Lo Brown. Il perdra le titre contre Val Venis, avant de jeter son dévolu sur le championnat Hardcore qu’il remporte contre Crash Holly, dans son pays natal. Il s’agit du dernier titre obtenu par le British Bulldog à la WWF.

En mai 2000, il combat pour la dernière fois dans un ring de la fédération de McMahon lorsqu’il affronte Eddie Guerrero pour la ceinture Européenne, lors d’un épisode de Sunday Night Heat. La confrontation se solde par un double décompte à l’extérieur. Davey Boy Smith quitte la WWF dans la foulée, et prend sa retraite.

Smith décède le 18 mai 2002 d’une crise cardiaque. Son fils, connu par les fans de la WWE sous le nom de David Hart Smith, a suivi les pas de son père et est devenu catcheur à son tour. A WrestleMania 37, il lui rendra hommage lorsqu’il l’intronisera au Hall of Fame, rendant hommage par la même occasion à sa vie et à sa contribution dans l’histoire du catch.

 

Crédits photo et vidéo : WWE

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire