Cyclisme

10 coureurs à suivre lors du Critérium du Dauphiné 2022

Critérium du Dauphiné

Après la conclusion du Giro d'Italia, l'attention s'est rapidement tournée vers le deuxième, le Tour de France, qui démarre à Copenhague au début du mois prochain. En tant qu'élément clé de la préparation du Tour, le Critérium du Dauphiné sera suivi de près, avec un grand nombre de prétendants à la victoire finale qui se rendront en France pour affiner leur forme et se tester avant la Grande Boucle.

Le favoris du Tour, Tadej Pogačar, évitera une fois de plus la course pour s'attaquer au Tour de Slovénie, tandis que des coureurs comme Adam Yates, Mikel Landa, Geraint Thomas et Aleksandr Vlasov participeront au Tour de Suisse.

Pendant ce temps, Primož Roglič est la tête d'affiche du Crritérium Dauphiné, alors qu'il cherche à remporter l'une des rares courses par étapes du WorldTour qu'il n'a pas encore conquise. Jack Haig et Miguel Angel López auront à cœur de l'en empêcher. Voici les coureur à suivre lors de Critérium du Dauphiné 2022.

Primoz Roglic (Jumbo-Visma)

Le Critérium du Dauphiné sera la première course de Roglič depuis deux mois après sa huitième place à Itzulia Pays Basque, et sa seule sortie avant le Tour de France le mois prochain. Malgré cette longue période d'inactivité et un problème de genou apparu au Pays Basque, il est le grand favori pour la gloire cette semaine dans un peloton qui ne comprend pas son principal rival pour la gloire du Tour, Tadej Pogačar.

Se rendre en France est un changement de cap par rapport à 2021 pour Roglič. L'année dernière, il n'a pas couru du tout entre les classiques ardennaises et le Tour, où il a fini par se retirer en raison de blessures subies lors d'une chute lors de la troisième étape. Il est difficile d'évaluer son niveau en ce mois de juin, encore plus par rapport à Pogačar, mais un récent long camp d'entraînement en Espagne devrait permettre de le voir en très bonne condition pour la course. Tiesj Benoot, Jonas Vingegaard, Steven Kruijswijk, Rohan Dennis, Wout van Aert et Christophe Laporte soutiennent le Slovène dans ce qui est sans aucun doute l'équipe la plus forte de la course.

Miguel Angel López (Astana Qazaqstan)

Après sa sortie prématurée du Giro d'Italia, López a été obligé de recalibrer ses objectifs de saison. Une tentative d'obtenir le maillot rose en Italie a pris fin lors de la quatrième étape en raison d'une blessure à la hanche. Bien sûr, le Colombien est monté sur le podium des trois Grands Tours, alors qu'il y a deux ans, il semblait prêt pour une deuxième place sur le Tour avant de faire une mauvaise performance lors du contre-la-montre de la 20ème étape.

Ses précédentes participations au Dauphiné lui ont valu une cinquième et une sixième place, mais cette fois-ci, tous les regards seront tournés vers la hanche de López, moins d'un mois après sa blessure au Giro. Avec seulement deux victoires depuis le début de la saison, Astana pourrait avoir besoin d'un peu de magie en montagne de sa part cette semaine.

Tao Geoghegan Hart (Ineos Grenadiers)

Deux saisons après son triomphe au Giro d'Italia, Geoghegan Hart mène Ineos au Dauphiné, quelques jours après que l'homme qu'il a battu en Italie, Jai Hindley, ait remporté le maglia rosa. Depuis cette victoire qui a marqué sa carrière, Geoghegan Hart a montré peu de la forme qui l'a porté jusqu'à la rose, bien que le Dauphiné de l'année dernière l'ait vu marquer un rare résultat positif avec une seconde place à Sappey-en-Chartreuse.

Le jeune homme de 27 ans se rend à la course de cette année après avoir terminé cinquième du Tour de Norvège et probablement à la tête d'un groupe qui ne comprend aucun des leaders du Tour de France Ineos – Adam Yates, Geraint Thomas et Dani Martínez. Cette semaine sera donc l'occasion pour Geoghegan Hart de prouver qu'il peut être plus qu'un super-domestique dans le train Ineos en juillet.

Wout van Aert (Jumbo-Visma)

Il n'est pas un prétendant à la victoire finale, mais Van Aert est incontournable partout où il court, l'un des rares coureurs du peloton à détenir un tel titre. Lors de ses deux participations au Dauphiné, il a déjà remporté trois victoires d'étape et deux maillots à points, et il y aura probablement plus au menu pour le coureur polyvalent cette semaine.

Il jouera son rôle en aidant Primož Roglič et Jonas Vingegaard dans les montagnes, mais la course sera également un terrain d'essai – tout comme Paris-Nice – de la capacité de l'équipe à équilibrer une candidature au classement général avec les ambitions de maillot à points de Van Aert. Il est assez facile d'imaginer l'équipe repartir avec le jaune et le vert cette semaine, bien que cela soit évidemment plus difficile à réaliser, et encore plus sur le Tour. Néanmoins, Van Aert est un coureur à surveiller simplement parce qu'il sera impossible de l'ignorer.

Jack Haig (Bahrain Victorious)

L'Australien est à la tête d'une solide équipe de Bahreïn au Dauphiné, avec Dylan Teuns, Damiano Caruso, et Pello Bilbao, bien que Haig semble être la tête de l'équipe avant un Tour de France qui le verra également diriger l'équipe. L'été dernier, il a terminé cinquième ici avant de commencer le Tour en force, mais a chuté lors de la troisième étape. Sa troisième place à la Vuelta a España est sa meilleure place sur un Grand Tour.

Les espoirs seront de nouveau élevés cette année, la semaine à venir étant un terrain d'essai clé pour l'une des équipes les plus fortes du peloton. Haig a été solide plutôt que spectaculaire jusqu'à présent cette année, et il n'a pas couru depuis fin avril, donc un bon résultat au Dauphiné sera l'objectif avant le grand rendez-vous du mois prochain.

Chris Froome (Israël-Premier Tech)

Froome n'est pas apparu sur beaucoup – voire aucune – de ces listes depuis sa chute du Critérium Dauphiné menaçant sa carrière en 2019, bien que cette fois-ci, il y ait plus de raisons de prêter attention au vétéran. Il se rend à la course pour la 10e fois de sa carrière, luttant pour une place dans l'équipe Israel-Premier Tech, alors que l'équipe se bat pour des points dans sa tentative de rester à l'écart de la zone de relégation du WorldTour. Bien sûr, il a déjà remporté le Dauphiné à trois reprises, mais cela ne compte guère dans l'immédiat.

Ce qui est plus positif, cependant, c'est le résultat récent de Froome à la Classic Alpes-Maritimes, où il a terminé à la 11ème place dans ce qui est une course d'un jour difficile et montagneuse. Il avait 3:58 de retard sur le vainqueur, son coéquipier Jakob Fuglsang, et le peloton n'était pas le plus fort, mais tout de même, c'est de loin son meilleur résultat depuis 2019. Pour cette seule raison, il est l'un de ceux qu'il faut garder à l'œil.

David Gaudu (Groupama-FDJ)

Gaudu sera rejoint par un Thibaut Pinot renaissant au Tour de France de juillet, mais il est le seul leader de l'équipe Groupama-FDJ au Critérium du Dauphiné, habilement épaulé par Michael Storer et Valentin Madouas. Le Français est un coureur qui a certainement montré son talent sur les plus grandes scènes – top 10 à la Vuelta et aux Jeux Olympiques de Tokyo, un podium à Liège-Bastogne-Liège, et plus encore – mais il doit encore évoluer vers un coureur qui fait constamment partie de l'élite partout où il se présente.

Après une victoire d'étape et une cinquième place à la Volta ao Algarve, Gaudu n'a pas obtenu grand-chose à Paris-Nice et à Itzulia Pays Basque, avant d'apparaître avec une troisième place à la récente Classic Alpes-Maritimes. S'il est à son meilleur niveau ici, une autre place sur le podium pourrait être une réelle possibilité.

Mark Padun (EF Education-EasyPost)

En juin dernier, Padun a fait irruption sur la scène avec deux incroyables victoires en échappée sur les deux dernières étapes du Critérium du Dauphiné. Le talentueux Ukrainien a choqué tous les spectateurs en remportant les plus grandes victoires de sa carrière jusqu'à présent. Malgré cette explosion de forme, il n'a pas participé au Tour un mois plus tard, et sa troisième place à la Vuelta a Burgos a été son dernier résultat majeur avant qu'il ne passe de Bahreïn à la EF cet hiver.

Cette année, une victoire d'étape et une troisième place au classement général de la course à étapes Gran Camiño en février sont ses meilleurs résultats jusqu'à présent. Un retour dans le sud-est de la France va-t-il l'inspirer à nouveau ? Ce serait une surprise, mais pas aussi grande que celle de l'année dernière, bien que l'EF, menacée de relégation, ait besoin de résultats après une campagne du Giro d'Italia très décevante pour l'équipe.

Ben O'Connor (AG2R Citroën)

Il y a un an, l'Australien a terminé huitième du Critérium du Dauphiné après une belle prestation lors des deux dernières étapes de montagne, puis un mois plus tard, il a quitté le Tour de France avec une victoire au sommet à son actif et une quatrième place inattendue au classement général.

Il a été régulier depuis le début de l'année 2022, remportant une étape à la Volta a Catalunya et terminant dans le top 10, ainsi qu'à la Vuelta a Andalucía et au Tour de Romandie. Il semble tout à fait capable de réaliser la même chose au Dauphiné, mais peut-il franchir une nouvelle étape et mener la bataille contre Jumbo-Visma et Roglič ?

Juan Ayuso (UAE Team Emirates)

Le jeune homme de 19 ans a Brandon McNulty (deuxième à la Volta ao Algarve, victoire d'étape à Paris-Nice) dans son équipe ainsi que George Bennett et Rafał Majka, mais il n'a fait qu'impressionner jusqu'à présent au cours de sa première saison complète en tant que professionnel, même s'il reste sans victoire. La quatrième place et le classement des jeunes au Tour de Romandie était le dernier d'une série de bons résultats, qui comprenait également la deuxième place au Trofeo Laigueglia et la cinquième à la Volta a Catalunya.

Il ne fait aucun doute que l'Espagnol gagnera un jour des courses comme celles-ci et le Critérium du Dauphiné – il s'agit juste de savoir quand. Il serait franchement surprenant qu'il perce et remporte cette course, et il pourrait même travailler pour McNulty, mais Ayuso mérite qu'on s'y intéresse, quelle que soit l'issue de la semaine.

Dernières publications

En haut