30 Days NBA Rewind : Cleveland Cavaliers

0

Avec le NBA Hiatus, il n’y a plus de matchs à se mettre sous la dent. Ce n’est néanmoins pas une raison pour arrêter de parler de notre sport préféré. We Sport profite de la pause au cours de cette saison 2019 pour revenir sur l’histoire, les joueurs et les moments qui ont fait la gloire de chacune des trente franchises NBA. Aujourd’hui, direction l’Ohio pour s’intéresser aux Cleveland Cavaliers.

L’Histoire des Cleveland Cavaliers:

Miracle et Défaites sur roulement de propriétaires :
Cleveland Cavaliers
Jim Brewer (n°52) et Austin Carr (n°34) en 1976 avec les Cavs. (Crédits : Dick Raphael/Getty Images)

Les Cavaliers voient le jour en 1970 en tant que franchise d’expansion. Pour sa saison inaugurale, Cleveland est au plus mal et finit avec le pire bilan de la ligue. La franchise va drafter Austin Carr l’année suivante et peu à peu s’extraire du bas du classement. En 1975-1976 et après plusieurs additions dans l’effectif (Jim Chones, Nate Thurmond, …), les Cavaliers obtiennent le premier bilan positif de leur histoire et décrochent par la même occasion le titre dans la division centrale. Un exploit qui s’accompagnera d’un miracle en playoffs. En effet, Cleveland élimine Washington 4-3 dans une série au dénouement fou. Malgré cet exploit, les Cavaliers se feront éliminer par les Celtics au tour suivant. Par la suite, la franchise jouera à nouveau deux séries de playoffs puis rebasculera dans une spirale de défaites en enchaînant les différents propriétaires.

Draft 1986, Playoffs puis Chute :
Cleveland Cavaliers
A partir de 1986, les Cavs ont joué les premiers rôles à l’Est avec le duo Mark Price/Brad Daugherty. (Crédits : Draft Brasil)

En 1986, plusieurs bonnes décisions de la franchise font basculer les résultats sportifs. Tout d’abord, la franchise drafte Brad Daugherty (voir plus loin) avec le 1er choix, puis récupère Mark Price (voir plus bas) et Ron Harper dans la même soirée. De plus, la franchise nomme Lenny Wilkens comme coach, un choix qui portera ses fruits. Avec une base de joueur solide (qui sera renforcée après l’arrivée de Larry Nance en 1988), les Cavs vont devenir des habitués des playoffs de la fin des années 80 à la deuxième moitié des années 90. La franchise dispute la postseason neuf fois de 1987 à 1998 et atteint même les finales de conférence en 1992 (défaite 4-2 contre les Bulls, champions cette année là). La franchise commencera à décliner dans les late nineties après la retraite de Brad Daugherty (problèmes de santé) et le transfert de Mark Price. S’en suivra alors cinq longues années sans playoffs et sans espoir, jusqu’à un soir de draft en 2003.

King James Tome 1 et 2 :
Cleveland Cavaliers
The Block, action décisive dans le match 7 des Finales 2016 qui offrira son 1er titre à Cleveland. (Crédits : Business Insider)

La draft 2003 sera considérée, a posteriori, comme une des plus grandes de l’histoire. Coup de chance pour les Cavs, ils disposaient du 1er choix et ont sélectionné LeBron James, enfant de l’Ohio qui fera changer la franchise de dimension. Dès son arrivée, le King éclabousse la ligue de son talent, lui qui était considéré comme un des meilleurs joueurs de l’histoire à la sortie du lycée. Cleveland progresse grâce à sa jeune star et retrouve les playoffs en 2005/2006, la première saison de Mike Brown sur le banc. Les Cavs démarrent alors une des plus belles périodes de leur histoire. En 2006, la franchise atteint les finales mais s’incline face aux Spurs. Deux ans plus tard, elle termine la saison avec 66 victoires et atteint les finales de conférence. Cependant, les performances baissent les saisons suivantes et LeBron James décide de quitter la franchise en 2010 (The Decision).

La franchise retombe en bas du classement et profite de la draft 2011 pour récupérer Kyrie Irving avec le 1er choix. Si les résultats restent décevants, tout bascule à nouveau en 2014 lorsque LeBron James décide de revenir dans l’Ohio (voir ci-dessous). Avec James, Irving et Kevin Love, les Cavs vont atteindre les Finales quatre fois de suite. Quatre séries historiques face aux Warriors, qui permettront à Cleveland de remporter le seul titre de son histoire en 2016.

Depuis cette période dorée, le King a à nouveau quitté les Cleveland Cavaliers, direction Los Angeles, tout comme Kyrie Irving, transféré à Boston l’année précédente. Aujourd’hui, les Cavs reconstruisent à nouveau leur effectif, en espérant peut-être un nouveau retour du King avant qu’il ne prenne sa retraite.

La Période Clé :

Revenons en 2014. Alors que les Cavs enchaînent les saisons difficiles, LeBron James décide de revenir à la maison avec un objectif en tête : offrir un titre à Cleveland. Dès 2014/2015, les Cavaliers marchent sur l’Est. 1er de leur conférence, ils rejoignent les Warriors en Finales sans trop de difficultés. Toutefois, le rêve du King va être stoppé par une équipe qui s’imposera comme une des plus grandes dynasties de l’histoire. L’année suivante, même scénario. Domination à l’Est, playoffs tranquilles et Finales contre les Warriors. Ces Finales démarrent mal et Golden State mène 3-1. Cleveland va alors réaliser une performance jamais vu en rattrapant ce déficit et en remportant le titre à l’issue d’un match 7 légendaire. Cleveland et Golden State s’affronteront à nouveau en Finales lors des deux saisons suivantes, mais ce sont bien les Warriors qui triompheront. En quatre saisons, les Cavs auront donc écrasé l’Est et remporté le 1er titre de leur histoire. Exactement ce que LeBron espérait en rentrant à la maison.

La Salle des Trophées :

Titres(s) NBA = 1 : 2016

Titre(s) de Conférence = 5 : 2007, 2015, 2016, 2017, 2018

Titre(s) de Division = 7 : 1976, 2009, 2010, 2015, 2016, 2017, 2018

Numéro(s) retiré(s) : 7 (Bango Smith), 11 (Zydraunas Iglauskas), 22 (Larry Nance), 25 (Mark Price), 34 (Austin Carr), 42 (Nate Thurmond), 43 (Brad Daugherty)

Joueurs emblématiques :

LeBron James :
(Crédits : Getty Images)

On ne présente plus le roi. Drafté en première position par les Cleveland Cavaliers en 2003 à sa sortie du lycée, LeBron James a radicalement changé l’image de la franchise. Grâce à ses performances individuelles, il a permis aux Cavs d’atteindre les Finales en 2006. Même si son départ a été très mal vécu par les fans en 2010, son retour en 2014 a permis à la franchise d’écrire la plus belle page de son histoire avec quatre Finales consécutives et un titre en 2016. Individuellement, LeBron est une légende et restera peut-être à tout jamais comme le meilleur joueur de l’histoire de la franchise. Le GOAT ? Ça, c’est pour un autre débat.

Mark Price :
(Crédits : Brian Drake/Getty Images)

Si les Cleveland Cavaliers ont surtout été performants suite à l’arrivée de LeBron James, il ne faut pas oublier que l’équipe atteignait régulièrement les playoffs dans les années 90. À la tête du groupe il y avait alors Mark Price, meneur de taille moyenne (1,83 m) diablement efficace au shoot Ultra adroit, il terminera sa carrière avec plus de 90 % de réussite aux lancers francs et plus de 40 % à trois points ! Par ailleurs ce shooteur de génie (il remporta deux fois le concours à trois points) était également un très bon passeur, se classant deuxième (derrière LeBron James) au classement des meilleurs passeurs de l’histoire de la franchise.

Autres : Brad Daugherty, Kyrie Irving, Larry Nance, Zydraunas Iglauskas.

Rendez-vous demain pour la suite de cette série avec une franchise qui a pris l’accent allemand pendant de longues années, les Dallas Mavericks.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here