ATP

A.Zverev, une éclosion en vitesse accélérée en 2017

Il aurait pu être élu comme étant la meilleure progression de l’année ou la star de demain par l’ATP (c’est finalement Denis Shapovalov qui a empoché les 2 trophées), Alexander Zverev a prouvé, malgré la vingtaine tout juste atteinte, qu’il était devenu un des tous meilleurs joueurs du monde en 2017.

Il aurait pu être élu comme étant la meilleure progression de l’année ou la star de demain par l’ATP (c’est finalement Denis Shapovalov qui a empoché les 2 trophées), Alexander Zverev a prouvé, malgré la vingtaine tout juste atteinte, qu’il était devenu un des tous meilleurs joueurs du monde en 2017. Pour preuve, il est actuellement au pied du podium au ranking mondial…

L’Allemagne nourrit en lui de grands espoirs

Alexander Zverev a sans doute le profil du grand joueur que l’Allemagne attend depuis Tommy Haas ou Boris Becker, qui est actuellement patron du tennis masculin allemand et où sa mission consiste à se trouver un successeur en Grand-Chelem. Grand par la taille (ndlr : 1,98m), puissant au service et excellentissime en revers, le joueur de 20 ans a l’archétype parfait du futur crack du tennis mondial. “Sascha” comme il est surnommé en raison des origines russes de son prénom, a réussi une progression tout bonnement hallucinante depuis ses débuts en 2013 sur le circuit ATP.

807ème fin 2013, il a fait un énorme bond en avant de 671 places (!) en l’espace d’une année, pour faire son apparition au 136ème rang mondial en 2014. Cette progression l’a tenue en haleine jusqu’à cette fin d’année 2017 qu’il a clôturée à la 4ème place à l’ATP ! Bluffant à seulement 20 ans…

Il terrasse Gasquet en finale à Montpellier.

Et, dès les premiers coups du premier Grand-Chelem de la saison 2017 donnés, le frère de Mischa Zverev; également très performant au cours de l’année (ndlr : finaliste à Genève et actuellement 33ème à l’ATP) et fils de Alexander Mikhaïlovitch Zverev; ex-175ème au classement ATP, réussit à percer alors que des éléments comme Novak Djokovic et Andy Murray sont sur le déclin.

A Melbourne, Zverev tient même en respect le futur finaliste de l’épreuve, Rafael Nadal, avant de s’incliner après un match somptueux conclut en 5 manches et plus de 4h de jeu (4/6 6/3 6/7(6) 6/3 6/2) ! Seul un manque d’habitude de ces longs combats en 5 manches l’empêche de signer le plus bel exploit de sa jeune carrière. Mais cette défaite ne sonne en aucun cas le glas des ambitions du jeune allemand. Ce dernier empoche même en février le premier titre de sa saison en France, à Montpellier aux dépens du natif du “coin”, Richard Gasquet !

Tous les chemins mènent à Rome…

S’ensuit une phase de digestion après deux mois de compétitions plus que satisfaisants pour un teenager de pas encore 20 ans. Il bute bien avant les 1/4 de finales des tournois de Rotterdam, Marseille (ndlr : il tombe face au vétéran Nicolas Mahut, de 15 ans son cadet) et du Masters 1000 d’Indian Wells. S’il se ressaisit à Miami, en sortant au passage Stan Wawrinka, alias “Stan The Man”, le grand blond aux cheveux dans le vent, tel Bjorn Borg lors de ses plus belles années, ne s’inspire pas vraiment du jeu de jambes du champion suédois lors de ses premiers pas sur terre battue.

Zverev se fait notamment littéralement balayer par Rafael Nadal au 3ème tour du Masters 1000 de Monte-Carlo. Score final : 6/1 6/1… L’euphorie de son bon début de saison est passée, croit-on, mais que nenni… Prenant progressivement ses marques sur une surface exigeante, “Sascha” Zverev marque les esprits en triomphant à domicile, à Munich, puis avec un 1/4 de finale à Madrid, avant de créer un monumental exploit à Rome où il remporte le graal, son premier Masters 1000 aux dépens de l’ancien boss du tennis mondial Novak Djokovic, concassé 6/4 6/3 par un Allemand stratosphérique…

Zverev surfe sur la vague… sauf en Grand-Chelem

Sa puissance de feu notamment en revers et au service et sa confiance au firmament ont donc continué de porter Zverev au plus haut sur la suite de la saison. Mis à part un accroc, contre il est vrai un joueur piégeux au 1er tour de Roland Garros, en la personne de Fernando Verdasco, le joueur d’origine Moscovite a connu un été couronné de succès : finale à Halle contre Roger Federer, sacre à Washington et surtout à Montréal, son deuxième Masters 1000 en carrière aux dépens de …sa majesté Federer ! Il n’y a finalement que sa réussite en Majeurs qui le fuira cette saison. 1/8ème de finaliste à Melbourne et Wimbledon, ce qui s’apparente à un résultat correct, il a franchement déçu à Roland-Garros et l’US Open où il n’aura réussi à gagner qu’une seule rencontre.

Concernant ses premiers Masters à Londres, ses résultats en demi-teinte (ndlr : 1 victoire en 3 match) sont à tempérer étant donné les efforts physiques consentis à l’issue de son immense saison. Il devra encore s’étoffer physiquement en 2018 et passer un cap en Grand-Chelem où il lui manque encore le vice des plus grands (?). S’il arrive à mettre bout à bout ces deux critères, Alexander Zverev déboulera très certainement à la place que beaucoup d’observateurs lui prédisent : le sommet du classement ATP…

Adrien CHIRAC



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Aenean felis vulputate, justo porta. Donec mattis libero. luctus