ATP

Andy Murray suit les traces de Roger Federer en décidant de renoncer à la saison de terre battue

Murray

Andy Murray a suivi l'exemple de Roger Federer en renonçant à la saison sur terre battue, mais cette décision sera-t-elle payante pour le triple champion du Grand Chelem ? Murray a déclaré qu'il prévoyait de prendre du temps pour se “reposer et récupérer” plutôt que de jouer sur terre battue cette année.

Andy Murray ne jouera pas sur la terre battue cette saison. Murray a annoncé, avant de participer à l'Open de Rotterdam cette semaine, qu'il ne jouera pas sur la terre battue pour se “reposer et récupérer” avant l'été. Cette décision signifie que Murray ne jouera pas de tennis de compétition de haut niveau pendant deux mois.

Federer a décidé il y a quelques années qu'il n'était pas dans son intérêt – qui est largement centré sur la victoire à Wimbledon – de jouer plus longtemps sur terre battue. En 2016, il n'a joué que cinq matchs sur terre battue en raison d'une blessure, et en 2017 et 2018, il n'a pas joué du tout sur cette surface. “Pour essayer de jouer sur l'ATP World Tour pendant de nombreuses années, je pense qu'il est préférable de faire l'impasse sur la saison sur terre battue cette année et de me préparer pour les saisons sur herbe et sur dur”, a déclaré Federer en 2017, alors qu'il avait 35 ans et qu'il se remettait encore d'une opération du genou subie un an plus tôt. Cet été-là, Federer a remporté Wimbledon pour la huitième fois. 

Il a depuis joué une poignée d'événements sur terre battue en 2019 et 2021, y compris l'Open de France les deux années, mais l'époque où Federer s'acharnait sur la terre battue chaque semaine est révolue depuis longtemps. Serena Williams a également décidé il y a plusieurs années qu'elle ne jouerait plus régulièrement sur terre battue.

Si Murray semble souvent s'épanouir dans les matchs longs et éprouvants, ceux-ci comportent un élément de risque. Après s'être battu avec acharnement pour retrouver la santé ces dernières années suite à une opération de la hanche, Murray semble maintenant sur la bonne voie. Il est compréhensible qu'il ne veuille pas soumettre son corps à un stress supplémentaire en ce moment et mettre en péril ses chances à Wimbledon. “Cela me donne l'occasion de me reposer, de récupérer, de travailler sur ma condition physique et de ne pas prendre de risques”, a expliqué Murray, qui n'a pas non plus joué de tournoi sur terre battue l'année dernière.

Murray

Murray a connu un certain succès sur terre battue à son apogée, atteignant trois demi-finales de Roland-Garros entre 2014 et 17 et également la finale en 2016. Mais rejouer sur terre battue aujourd'hui signifierait que son corps serait davantage sollicité.

“Vous devez à nouveau passer des heures sur la terre battue”, a déclaré Federer en 2019 au moment de son retour sur cette surface. “Il faut s'habituer à glisser. Il s'agit des différentes pressions que la terre battue exerce sur vos muscles de la cuisse et du mollet par rapport au gazon, par exemple. Quand vous jouez sur le gazon, c'est plus une question d'explosivité. Ici, c'est un peu plus une question d'endurance. Il faut travailler là-dessus” complète le suisse.

“Le travail est difficile et c'est dur. Vous devez être prêt pour de longs rallyes et de longs matchs, donc vous devez travailler sur différentes choses pour votre endurance”. Il reste à voir quel travail Murray va fournir à la place. Il n'y a pas de tournois en dur sur l'ATP Tour en avril et mai, et il est probable qu'il n'y en ait que quelques-uns sur l'ATP Challenger Tour. Plus bas dans l'échelle, il pourrait y avoir d'autres options en dur, ou peut-être Murray prendra-t-il le temps de se reposer et de s'entraîner au National Tennis Centre avant la saison sur gazon. D'ici là, il aura peut-être un entraîneur à plein temps pour l'aider à planifier ses activités. Il s'est récemment séparé de son entraîneur Jan de Witt après une période d'essai infructueuse à l'Open d'Australie. À l'Open de Rotterdam, il travaillera avec son ancien entraîneur Dani Vallverdu. Cependant, Vallverdu, qui a travaillé avec Murray entre 2010 et 2014, n'est pas une option à long terme car il travaille toujours avec Stan Wawrinka, qui se remet actuellement d'une opération du pied.

“Il n'a pas été facile de trouver quelqu'un”, a déclaré Murray cette semaine. “Je ne suis pas aussi demandé qu'il y a quelques années. En fin de compte, je veux que ce soit la bonne personne. Je suis conscient qu'il n'y a pas de configuration parfaite, mais à moyen et long terme, je veux une certaine stabilité et je vais essayer de l'obtenir dans les prochaines semaines” a déclaré le britannique.

Avec ou sans entraîneur à plein temps, il sera intriguant de voir comment Murray se débrouille dans les deux prochains mois. Il était clairement frustré par sa défaite contre le qualifié Taro Daniel au deuxième tour de l'Open d'Australie, après avoir montré une bonne forme la semaine précédente en atteignant la finale à Sydney. Il a maintenant une solide série de tournois sur surface dure à Rotterdam (6-13 février), Doha (14-19 février) et Dubaï (21-26 février) avant les Masters 1000 d'Indian Wells (10-20 mars) et de Miami (23 mars-3 avril).

Comme le classement de Murray est toujours très bas (95e place mondiale), il dépend toujours de l'obtention de wild cards pour participer aux tournois et éviter de passer par les qualifications. Mais comme il n'a pratiquement aucun point à défendre avant l'été, il a la possibilité de progresser rapidement. Un bon mois de février pourrait permettre à Murray de se rapprocher du top 50 avant de se rendre à Indian Wells. Un bon parcours à Indian Wells ou à Miami lui permettrait d'accumuler beaucoup plus de points. Murray partira ensuite pour une pause de deux mois et espère en ressortir revigoré et prêt pour une deuxième partie de saison intense.

À lire aussi – Peng Shuai : le message sur Weibo a provoqué un “énorme malentendu”.

Dernières publications

En haut