Benfica fait sa loi, Sporting stipule, Porto dispose.

0
Ligue 1

22e journée de Liga Nos en ce week-end de troisième semaine de Février, marquée par le choc opposant Braga au leader Benfiquiste et qui voit son avance sur le rival Portista fondre comme neige au soleil. Tension extrême.

→ Primeira liçao : Tremblez Juventini, ce Porto-là est prêt.

FC Porto 4-0 Tondela. Estadio do Dragao (35 210 spectateurs).

Buteurs : André Silva (43e sp), Ruben Neves (54e), Tiquinho Soares (63e), Diogo Jota (90e)

 

Que le temps des doutes est loin. Que cette trêve a fait du bien. Depuis son retour aux affaires en 2017, le FC Porto a passé la vitesse supérieure en championnat et semble inarrêtable en ce moment. Après avoir passé avec succès les deux gros tests Sporting et Guimaraes, marqués par les débuts fracassants du petit nouveau Tiquinho Soares, transfuge de Guimaraes cet hiver, il s’agissait pour le FCP de confirmer à la maison face à la lanterne rouge du championnat, Tondela.

Pourtant, la première mi-temps des pensionnaires du Dragon fut loin d’être de tout repos. Si effectivement la domination est azul e branco, Tondela n’est pas en reste, obligeant Casillas à s’employer sur un coup franc lointain de Murillo puis sur une frappe lointaine Tavares (22e, 38e). Il faut attendre le tournant du match, qui arrivera juste avant la mi-temps, lorsqu’André Silva est ceinturé dans la surface par le colosse Osorio. Le jeune international, en difficulté dans le jeu, ne se fait pas prié pour transformer la sentence (1-0, 43e). Deux minutes plus tard, le même Osorio est exclu pour un deuxième carton jaune sévère (45e).

La messe est dite, le coach Pepa le sait, et la deuxième mi-temps ne se résumera qu’à une attaque-défense, ponctuée par le bijou de Ruben Neves, des 25m (54e), le subtil enroulé pied droit de l’inévitable Tiquinho Soares, intenable vendredi soir (63e) et enfin du missile de Diogo Jota sur une parfaite remise d’André Silva (90e). La Dragao peut fêter ses soldats, en attendant le choc face aux Bianconeri ce mercredi en 8e de finale de Ligue des Champions.

Segunda liçao : Une victoire moche vaut aussi 3 points.

SC Braga 0-1 SL Benfica, Estadio Municipal de Braga (24 836 spectateurs)

Buteurs : Konstantinos Mitroglou (79e)

 

On joue la 79e minute du côté d’A Pedreira (« le rocher » en portugais, surnom attribué au stade de Braga construit à proximité d’une falaise), lorsque que Kostas Mitroglou décide de prendre les choses en main. Quatre joueurs éliminés et une frappe croisée plus tard, le géant grec fait exploser les supporters de Benfica, autant de joie que de soulagement. Car oui, dire que ce match n’a pas été facile pour les tricampeao en titre est un euphémisme, tant ce rendez-vous tant attendu face aux hommes de Jorge Simao a été disputé.

D’ailleurs, la couleur a été vite annoncée, et les mondanités vite mises au placard. Si ce match était d’une importance capitale pour les hommes de Rui Vitoria, il ne l’était pas moins pour un Jorge Simao dont le crédit acquis grâce aux performances de son Chaves a vite été remis en question, les contre-performances s’enchaînant depuis son arrivée à la tête de Braga en remplacement de José Peseiro. Et quoi de mieux que de se payer un grand pour rassurer les supporters ? C’est en ce sens que les Arsenalistas attaquent ce match avec la bave aux lèvres, menés par son doble pivot tout neuf constitué du duo Rafael Assis/Battaglia, anciens soldats du commandant Simao du temps de Chaves. Impériaux hier soir, les deux compères du milieu de terrain ont littéralement asphyxié la construction du jeu lisboète, éteignant tour à tour Pizzi et Fejsa et forçant la base défensive rouge à allonger le jeu pour trouver un Mitroglou monstrueux d’impact physique hier. C’est d’ailleurs le Grec qui lance les hostilités peu après le quart d’heure de jeu, reprenant victorieusement une frappe dévissée de Rafa Silva, mais signalé hors-jeu (21e), avant de reprendre un centre en force du même Rafa, au- dessus cette fois (28e).

Puis plus rien, à part un festival de tacles et de mauvais contrôles. Jusqu’à la 37e, où Ricardo Ferreira envoie un missile sol-air de la tête sur le poteau de Julio César, suite à un délicieux corner de Pedro Santos. L’adrénaline retombe très vite, mi-temps.

Pour ceux qui attendaient un peu plus de spectacle lors de la seconde période, encore raté. Tout ce beau petit monde repart sur les mêmes bases, les coups et les cartons pleuvent, même si Braga tente de forcer la décision avec deux situations intéressantes, par son lutin Fede Cartabia, tout juste arrivé de Valence. Et alors que se profilait doucement mais sûrement un partage des points, ce diable de Mitroglou sortit de sa boîte..vous connaissez la suite. Benfica reprend les rênes de la Liga Nos, avec un point d’avance sur Porto.

→ Terceira liçao : Ça va (un peu) mieux du côté d’Alvalade...

Sporting Portugal 1-0 Rio Ave, Estadio José Alvalade XXI (40 053 spectateurs)

Buteurs : Alan Ruiz (20e)

 

Un petit but et puis s’en va. Mais un petit but qui fera office de médicament pour les Leoes, leur permettant d’enchaîner une deuxième victoire consécutive en Liga Nos, chose qui n’était pas arrivée depuis quasiment trois mois.

Que ce fut dur, pourtant. Gênés, perturbés voire dominés pendant une grande partie du match (55% de possession de balle, 11 tirs à 6 pour les visiteurs), les Sportinguistas s’en sortent grâce à une contre-attaque brillamment menée par William Carvalho, puis conclue en deux temps par l’argentin Alan Ruiz (20e). Pas grands chose d’autre à offrir aux spectateurs du soir, fautes et approximations techniques mises à part, face à une belle équipe de Rio Ave qui aura manqué de réussite, peu aidée il est vrai par la prestation XXL du gardien champion d’Europe Rui Patricio. Cette victoire permet au Sporting de faire un petit trou au classement, reléguant Braga et Guimaraes à respectivement 6 et 8 points.

→ Extra Time : Passage de témoin au Portugal

Chaves 2-0 Arouca, Estadio Municipal de Chaves (2 480 spectateurs)

Buteurs : Renan Bressan (9e), Fabio Martins (80e)

Perdre son entraîneur au mois de décembre ? Bagatelle. Perdre son inamovible milieu de terrain Assis/Battaglia au mercato d’hiver, partis renforcer la nouvelle équipe de leur ancien technicien ? Détail, on trouvera mieux. Cette équipe de Chaves, pour les suiveurs lointains, est un miracle permanent. Pourtant, les performances du promu ne s’expliquent que par la cohérence sportive qui transpire de toutes les strates du club, et qui abat les meilleures équipes du pays toutes les semaines. Et ce week-end n’y a pas fait exception ; mieux que ça, c’est tout un symbole qui se déplaçait à l’Estadio Municipal de Chaves, Arouca, le petit qui avait mis à l’amende la plupart des équipes du pays l’année dernière pour aller au final chercher une place européenne en fin de saison. Résultat, une victoire 2-0, qui confirme et autorise ce petit bout de Portugal à se prendre à rêver d’Europe.

→ L’homme du week-end : Mais nom d’une pipe, quand s’arrêtera Welthon ?

Paços de Ferreira 2-1 Vitoria Setubal, Estadio da Capital do Movel.

Buteurs : Welthon (24e et 65e) pour Paços ; Meyong (90 + 1sp) pour Setubal

Welthon. Ce nom ne vous dit peut-être rien, et en étant honnête il n’évoquait pas grands choses à grand monde lorsqu’il débarque du côté de Paços de Ferreira au tout début du dernier mercato d’été. Pourtant, le Portugal a appris à le connaître, puisque le garçon, seule pointe de système de Seabra, vient d’inscrire ses 10e et 11e buts de la saison, malgré les déboires de son équipe cette saison. Rapide, puissant et doté d’un sens du but aiguisé, le Brésilien d’1m80 attise déjà les convoitises des grands du pays, qui voient déjà en lui le nouveau Derlei.

Les autres résultats :

Moreirense 1-1 Estoril

Feirense 0-1 Boavista

Belenenses 1-1 Guimaraes

Maritimo 0-0 Nacional da Madeira

Maxence DURAND

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here